Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


MICKEY 3D - Tu Vas Pas Mourir De Rire (2003)
Par RICHARD le 26 Avril 2019          Consultée 630 fois

Le contexte, toujours le contexte, ce satané contexte comme nous le rappelaient incessamment nos professeurs à la fac d'Histoire de Caen. Oui, parfois ça aide pour essayer de comprendre un phénomène limité et momentané dans le temps. Ainsi, par exemple, comment ce trio qui à priori ne paye vraiment pas de mine, originaire de Montbrison, n'ayant alors au compteur que deux albums très discrets, quasi Do It Yourself (Mistigri Torture et La Trêve) a pu exploser en 2003 ? Oui, comment ? Se souvenir peut-être de cette sensation de désert de GOBI artistique pour les sorties grand public. Pour un RADIOHEAD qui tenait encore la route, un PLACEBO qui peinait et allait bientôt être en roue libre, il fallait aussi composer avec la particulièrement pénible Avril LAVIGNE, les terrifiants EVANESCENCE ou les cohortes surréalistes d'apprentis chanteurs de la STAR ACADEMY. Peut-être aussi que nous étions alors secrètement tenaillés par une envie de revenir à des chansons simples en apparence, porteuses de sens, compteuses des déboires du quotidien, sans fioriture, ni pathos. Le changement dans la continuité en somme. Du grand-père RENAUD au parrain MIOSSEC, du petit nouveau CALI aux plus exposés MICKEY 3D, la chanson française se portait alors plutôt bien. Ou alors, peut-être que plus simplement, il n'y avait aucune raison.

Le coup de projecteur heureux, l'accélérateur de succès imprévu fut quand même à l'évidence le titre «J'ai demandé à la lune» d'INDOCHINE, tube de l'été 2002 que composa Mickaël Furnon qui n'est ni plus ni moins que le leader de MICKEY 3D. C'est indéniable, le trio stéphanois a gagné en visibilité et d'un album qui peut-être serait malheureusement resté dans l'ombre, Tu Vas Pas Mourir De Rire est devenu l'opus emblématique du groupe. Heureuse conjonction des planètes? Première et agréable impression, le groupe a indéniablement gagné en ampleur. Le temps pourtant pas si lointain du minimalisme revendiqué semble bien révolu. Deuxième constat, Furnon s'il est toujours autant vindicatif le fait cette fois-ci de façon plus varié, allant selon ses humeurs du général au particulier. Selon la formule consacrée, du chanteur énervé au chanteur énervant, il n'y a qu'un pas qui est parfois malheureusement franchi, mais globalement, ça tient plutôt bien la route. C'est l'un des paradoxes de cette galette. Avoir gagné le cœur du plus grand nombre, de la ménagère de plus ou moins cinquante ans comme celui de l'ado qui écoutait encore TRAGEDIE il n'y a pas si longtemps avec un propos qui ne donnait pas nécessairement envie de mourir de rire (désolé). C'est un album noir, désenchanté, à l'espoir particulièrement tenu.

Tout est parti pour cette mise en lumière inattendue en fait de «Respire», le hit écologique du mal venu été caniculaire de 2003 où comme à son habitude Furnon d'un ton désabusé assène ses petites vérités qui touchent souvent ou irritent parfois, c'est selon. Évidemment, ce texte conforta l'image qui collait un peu à sa peau militante. Celle d'un petit côté père la morale à quelques centimes d'euros qui peut agacer et/ou laisser totalement dubitatif (cf le mini hit de 1999 « La France a peur »). Comme le dit un éminent et très respectable chroniqueur de ce site (je ne balance pas, il s'agit de BAK.. ), il pourrait y avoir même comme «un côté benêt, pour ne pas dire plus» dans l’œuvre des Stéphanois. Moi, j'aime plutôt bien l'idée que ce morceau soit appris dans certaines écoles pour sensibiliser à la question environnementale. Les mots simples mais pas naïfs, ici sonnent justes. Sur certains titres, c'est indéniable, et je rejoins en ça mon talentueux confrère, cette révolte toute adolescente se transforme néanmoins en devoir de français années Collège, très appliqué et pétri de bons sentiments dégoulinants, enrobés qui plus est de glucose manichéen. Il suffit de se pencher sur l'énervé «Demain Finira Bien ?» ou le très gênant electro «Les Enfants» (comment est-ce possible ?) pour se dire que la main sur le cœur ne fait pas nécessairement de bonnes chansons.

De chansons, l'album n'en manque donc pas. Quatorze petites histoires qui baignent dans une mélancolie trouble. Le phrasé particulier de Furnon pourtant guère marquant de prime abord insuffle pleinement ce sentiment de tristesse. Je n'y peux rien, c'est plus fort que moi, mais je trouve que sa voix réussit parfois à transmettre de poignantes sensations. Le prenant et très CURE «Beauseigne» (grand fan de Robert Smith le petit Mickey) ainsi que l'émouvante «Chanson de Rien du Tout» et son piano faussement entraînant ne sont surtout pas à écouter lorsqu'on a le moral un peu dans les chaussettes. Souvenirs d'enfance heureuse qui n'est plus, sentiment de n'exister pour personne, comme thème de gaudriole, on a vu mieux. C'est vraiment avec ce type d'atmosphères que MICKEY 3D avec sa simplicité coutumière délivre tranquillement ses plus belles émotions. Certaines fois, ça marche totalement lorsque comme sur l'enjoué «Ça M'étonne Pas» (cette basse) ou le tristounet «Si J'étais Toi» Furnon partage ses déceptions, ses doutes et espoirs en toute sincérité. L'identification se fait naturellement. Il nous parle comme un vieux pote qui essaye de redonner espoir à son meilleur ami totalement down. D'autres fois, ça tombe carrément à plat. «La Peur» même énervée est plutôt tiède et la flânerie folk dans «La Vallée» laisse carrément sur sa faim.Non, c'est encore une fois et en définitive lorsque le groupe se concentre, se recentre sur les petits détails de la vie qu'il fait mouche, voire mal. A ce titre, «Les Gens Raisonnables» est excellent. Choisis ton camp, camarade !

Tu Vas Pas Mourir De Rire s'il n'est pas exempt de certaines facilités est un album qui a indéniablement passé l'épreuve du temps. Plus de quinze ans après sa sortie, sa noirceur n'en est que plus forte, car à vrai dire, en ce bas monde, rien n'a vraiment fondamentalement changé.

A lire aussi en ROCK par RICHARD :


FAITH AND THE MUSE
Elyria (1994)
Un plus que classique des univers sombres




FAITH AND THE MUSE
Annwyn, Beneath The Waves (1996)
Merveille gothique


Marquez et partagez





 
   RICHARD

 
  N/A



- Mickaël Furnon (chant,guitare)
- Najah El Mahmoud (clavier, chant,accordéon)
- Aurélien Joanin (batterie, percussions, basse)


1. Amen
2. Respire
3. Mimou, Fils De Harki
4. Yalil (la Fin Des Haricots)
5. Les Gens Raisonnables
6. Demain Finira Bien ?
7. Les Enfants
8. La Peur
9. La Vallée
10. Ça M'étonne Pas
11. Si J'étais Toi
12. Chanson De Rien Du Tout
13. La Mort N'existe Pas
14. Beauseigne



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod