Recherche avancée       Liste groupes



      
CHANSON BRETONNE/JAZZ  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


TALEC NOGUET QUARTET - Dindan Dilhad Dindan (2019)
Par MARCO STIVELL le 13 Mai 2019          Consultée 351 fois

Dindan Dilhad Dindan, "les dessous de mes dessous"... Pour un peu, on penserait que c'est à un programme coquin que nous invitent Rozenn TALEC, Yannig NOGUET et leur quartette fraîchement monté. On parle bien du nom du groupe pour l'effet nouveauté, mais les musiciens, eux, se connaissent depuis longtemps, environ une dizaine d'années lorsqu'ils jouaient pour la formation musicale associative d'Erik MARCHAND, Kreiz Breizh Akademi.

Si le tandem NOGUET/TALEC a eu le temps de réaliser plusieurs albums acoustiques, la formule présente semble être un mélange entre ceci et les disques où la chanteuse officiait en compagnie de Timothée Le Bour. La présence de Julien Padovani, non coutumier de cette musique traditionnelle, se révèle également déterminante, et on obtient un album de chanson bretonne axé sur les échanges entre la voix, le saxophone, l'accordéon et les claviers.

"Les dessous de mes dessous", Dindan Dilhad Dindan, ce sont les petites personnalités de soi-même cachées les unes derrière les autres, les souvenirs et expériences accumulées et qui ne se révèlent qu'avec le temps et la connaissance. Rien d'affriolant donc, même si plusieurs chansons anciennes du tandem ont pu s'affirmer dans un tel style. D'où la réaction première, et aussi, quand on voit que le saxophone est autant présent !

Mis à part sur deux morceaux, il est en effet un complément de taille et permanent à la voix de Rozenn TALEC, parfait si l'on peut dire. En dehors de quelques arrangements doublures (au baryton surtout), le sax ténor emprunte, au free jazz certes pour le côté parfois strident, ainsi qu'au chant traditionnel de Bretagne, nasillard et ornementé sur des danses festives comme la gavotte ou le plinn. Le principe du kan ha diskan (chant et déchant) nous est ici proposé de manière inédite.

Si le chant et le sax forment ici une paire splendide, il en va de même pour l'accordéon et les claviers, dont le rôle est essentiellement rythmique. L'apport d'un orgue, d'un piano électrique et d'un synthétiseur Moog ouvre une palette de sons que l'on rapproche, non sans plaisir bien sûr, du courant fusion ou du progressif. Il est vrai qu'à force d'étirer les morceaux, varier les ambiances, durcir ou radoucir le ton de la sorte, passer d'un duo voix/accordéon à une plainte rageuse de saxophone sur fond de claviers cosmiques, on a affaire à un disque de chanson populaire considérablement enrichie, à travers une musique en partie originale (composée par NOGUET).

Ce qui est d'autant plus fort, c'est qu'aux traditionnels, voire à la reprise de "E Sant Lazar" (Aristide BRUANT à la base, adaptée par Rozenn TALEC), s'ajoutent des textes écrits pour les besoins de l'album, mais dans un style qui tend à se rapprocher de l'ancienne forme de chanson populaire. D'un côté on a "Olala" et "Dindan Dilhad Dindan", dont la chanteuse est responsable sur le plan des paroles, et qui contiennent d'ailleurs une empreinte féminine palpable, d'une façon ou d'une autre.

Ils sont entonnés et joués aussi bravement que la prose empruntée, sérieuse et dramatique de "An Amerik"/"Ur momant da repoz", chants réalistes de Bretons immigrés à New York et travaillant dans la pauvreté il y a de cela plusieurs décennies, ainsi que celle de "Ar gwin hag an tan", invitation à une grande tablée pour un souper, dans un ton très rural et sur un rythme hanterdro (trois temps du pays vannetais). Même dans le domaine des paroles, la richesse est de mise.

Seuls les deux morceaux accordéon/voix, "E Sant Lazar" et "Dindan Dilhad Dindan" nous ramènent davantage vers Paris et son urbanisme, offrant de belles respirations (et quelques mots rares en français), quand tout le reste de l'album nous plonge dans les danses du centre Bretagne. Avec la force conjointe du chant (brillant de bout en bout, Rozenn TALEC est une excellente meneuse musicale !) et celle du trio d'instrumentistes, ô combien riche, on pense autant au jazz fusion qu'à la musique tzigane. De quoi attirer les amateurs de ces différents horizons, comme ceux de la musique folklorique - point trop puristes évidemment. Seul petit point glissant : la durée de l'album, un brin exigeante pour des néophytes, peut-être plus appréciable en live.

A lire aussi en MUSIQUES FOLKLORIQUES par MARCO STIVELL :


An TRISKELL
Dañs Plinn (1973)
Folk breton, débuts à la tri yann




Kristen NOGUèS
Marc'h Gouez (1976)
Disque rare d'une immense artiste.


Marquez et partagez







 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Rozenn Talec (chant)
- Yannig Noguet (accordéon diatonique)
- Timothée Le Bour (saxophones)
- Julien Padovani (piano, orgue, claviers, synthétiseurs)


1. Olala
2. An Amerik
3. Ur Momant Da Repoz
4. En Tu All D'ar Mor
5. Des Pagnes Des Magnes
6. Dindan Dilhad Dindan
7. Ar Gwin Hag An Tan
8. Kêr Goant Sant Nikolaz
9. Traoñienn Ar Garantez
10. Roue An Holl Grasoù
11. Na Chomomp Ket Da Soñ Jal
12. E Sant Lazar



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod