Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : George Benson

GEORGE BENSON & AL JARREAU - Givin' It Up (2006)
Par BAKER le 24 Mai 2019          Consultée 128 fois

Passé 60 ans, vous devez penser à trois choses. D'abord, votre assurance-obsèques. Le jeune homme plein de santé et très bien habillé qui me harcèle tous les jours au téléphone me l'a encore répété ce matin. Ensuite, c'est un peu cru, mais aller pisser chaque fois que vous en avez l'opportunité. Parce que vous ne savez jamais quand la prochaine se présentera. La troisième, ce sont les amis. Parce qu'on a moins de temps à leur consacrer. De moins en moins. A chaque respiration.

Donc, après avoir mené de leur côté deux carrières assez exemplaires, les potes George BENSON et Al JARREAU décident de faire cause commune pour un album reprenant, outre des standards, quelques-uns de leurs petits joyaux respectifs, signés sous leur patronyme ou celui, on y revient, de leurs amis. Mais quel George BENSON ? Et quel Al JARREAU ? Ceux de "Give Me the Night" et "Moonlighting" ? Ou de "Breezin" et de "This Time" ? A dire vrai, un peu des deux, et c'est l'équilibre, un peu précaire mais savamment contrôlé, qui fait le sel de ce disque unique. C'est le côté plus purement jazz qui est ici mis en avant, par rapport au funk-pop qui a fait leur fortune et leur seconde partie de carrière ; mais avec une production chatoyante et formidablement accrocheuse qui donne un sacré coup de fouet à quelques titres.

Chaloupé comme il faut, ensoleillé mais sans indice de protection ridicule, "Breezin' ", un des morceaux phares de BENSON, est revisité avec un Al complice, qui scatte doucement, à la cool, négociant la transpose qui se voit à des kilomètres tel Damon Hill négociant le dernier virage de Spa en 98 (....avec une visibilité légèrement moindre, donc). "Mornin' " enfonce le clou avec un BENSON tout en finesse... mais où est Al ? Ben partout, derrière. Pour un album de duo, le premier contact pourra étonner, voire décevoir, mais non, nos deux hommes sont bien tout le temps ensemble : quand George ne joue pas, il chante. Et quand Al ne chante pas, il... bon, vous savez ce qu'un JARREAU en roue libre est capable de faire.

Plusieurs morceaux font mouche avec leurs mélodies incroyables ; "Ordinary People" aérien jusqu'au bout des plumes, "Four" qui va lorgner vers un jazz un peu plus "pur" mais avec une bonne humeur complètement pop, la doublette "Don't Start / Bring It On Home" (featuring une english noblesse) avec cette relance de piano magique qui évolue vers un gospel plein de ferveur et de dents blanches... Régulièrement, le disque sait accrocher son auditeur sans pour autant céder à la facilité. Deux morceaux se taillent cependant la part du lion, avec une classe ineffable. D'abord, une reprise pour le moins culottée de "Tutu". Oui, de Miles DAVIS, CE "Tutu". Avec paroles s'il vous plaît. Si l'on excepte un solo de piano un peu excessif, cette revisite est assez incroyable, d'autant que la production est largement supérieure à l'originale (sachant que je fais partie des rares personnes à ne pas conchier la prod de 86 !).

L'autre, c'est juste du bonheur à l'état pur, "Summer Breeze" avec un son à en faire frire des oeufs, des petits synthés à la George DUKE bien gras, le refrain en duo tout simple, tout bête, 100% efficacité 0% de les phosphates, sensuel et accueillant, un dortoir d'étudiantes de film français de 1978. Mais non j'l'ai pas dit. A lui seul, ce titre vaut l'achat. Sincèrement. Mais globalement, l'ensemble est de toute façon aussi soigné qu'aguicheur, chaque musicien étant à sa place. Comme dans les plus grands disques de JARREAU (BENSON étant un monstre d'un autre pedigree), les musiciens abattent un boulot gigantesque mais donnent l'impression de tirer une taffe en attendant le réglage des micros. Le bonheur.

Il y a bien un petit nuage gris, c'est la durée assez conséquente de ce projet qui du coup est parfois rendu bancal par des titres qui veulent être plus modernes que simplement fun. "All I Am" n'arrive pas tout à fait à caler le duo, "Giving It Up" ne décolle jamais, avec sa prod trop décalée, et "Let It Rain" possède de très belles choses mais se montre trop disparate (pour mon goût personnel, mais vous pourrez être charmé). C'est un défaut trop important pour être passé outre, mais il est totalement compréhensible : un tel duo ne pouvait pas se contenter de 8 titres.

L'album sera un one-shot. Pourtant, à aucun moment il ne donne l'impression d'être un mariage contre nature, ou un coup médiatique. Et en même temps ( (c) CronMa), cette association de malfaiteurs n'était pas à 100% du tout cuit : c'est plus un chaudron de potion magique qui a carrément fonctionné, et son manque de suite le rend plus culte que regrettable, surtout depuis que le duo, ben, c'est plus un duo. Il fait peur au départ, il rend gaga à l'arrivée : ce disque, c'est le Ted Bundy du smooth jazz des années 80/10 (oui, faut prendre large). Un achat limite obligatoire, en tout cas extrêmement conseillé, pour les fans de l'un comme de l'autre.

A lire aussi en JAZZ par BAKER :


Al JARREAU
Jarreau (1983)
Et encore des bijoux, c'est une joaillerie ce mec.




Al JARREAU
Accentuate The Positive (2004)
Et on muscle son jeu !


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Al Jarreau (chant)
- George Benson (guitare, chant)
- Jill Scott (chant)
- Patti Austin (chant)
- Paul Mccartney (chant)
- Barry Eastmond (claviers)
- Freddie Ravel (claviers)
- Joe Turano (claviers)
- Larry Williams (claviers)
- Michael Broening (claviers)
- Herbie Hancock (piano)
- Randy Waldman (piano)
- Rex Rideout (piano)
- Patrice Rushen (guitare)
- Dean Parks (guitare)
- Freddie Fox (guitare)
- Michael O'neill (guitare)
- Michael Thompson (guitare)
- Ray Fuller (guitare)
- Abraham Laboriel (basse)
- Marcus Miller (basse)
- Mel Brown (basse)
- Stanley Clarke (basse)
- Gregg Field (batterie)
- Michael White (batterie)
- Ricky Lawson (batterie)
- Vinnie Colaiuta (batterie)
- Marion Meadows (saxophone)
- Chris Botti (trompette)
- Bashiri Johnson (percussions)
- Paulinho Da Costa (percussions)
- Alethea Mills (choeurs)
- Chavonne Morris (choeurs)
- Darlene Perry (choeurs)
- De'ante Duckett (choeurs)
- Lorraine Perry (choeurs)
- Maxi Anderson (choeurs)
- Sandra Simmons Williams (choeurs)
- Sharon Perry (choeurs)
- Valerie Pinkston (choeurs)


1. Breezin'
2. Mornin'
3. 'long Come Tutu
4. God Bless The Child
5. Summer Breeze
6. All I Am
7. Ordinary People
8. Let It Rain
9. Givin' It Up For Love
10. Every Time You Go Away
11. Four
12. Don't Start No Schtuff
13. Bring It On Home To Me



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod