Recherche avancée       Liste groupes



      
DREAM-INDIE POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


LOWTIDE - Lowtide (2014)
Par RICHARD le 8 Juin 2019          Consultée 165 fois

Parfois, sans aucune raison objective ni explication rationnelle, on tombe littéralement sous le charme d'un groupe, de son monde, de sa sensibilité. Ce fut le cas pour moi en 2014, lorsque je découvris totalement par hasard ce lumineux quatuor de Melbourne. Je ne savais pas encore que j'allais en devenir accro. La dépendance n'a pour ainsi dire aucun effet négatif (merci donc de ne pas appeler le 17). En effet, il ne s'écoule pas une seule semaine sans que j'écoute ces neuf titres, autant de véritables petits bijoux polis à l'électricité et à la douceur mélodique. LOWTIDE est talentueux, LOWTIDE est grand, qu'on se le dise, même s'il restera très certainement et malheureusement, confiné à son petit cercle shoegaze. Les Australiens sont apparus en toute discrétion en 2010 avec You Are My Good Light, un quatre titres qui posait déjà avec assurance les bases de leur monde. A savoir, une sorte de chaînon manquant entre les CURE, version pop et arpège cristallin de guitare et le SLOWDIVE aérien. Vous pourriez me rétorquer, mais non, pas encore eux, toujours eux, mais où est la nouveauté, l'esprit d'aventure ? Il nous embête ce Richard ! C'est peut-être vrai, mais qu'importe.

Ce qui marque instantanément à l'écoute, c'est qu'en moins de quarante minutes, le groupe alterne avec une facilité déconcertante pour un premier essai langueur shoegaze et évidence pop. Les habitués du genre ne pourront que saluer cette réactualisation réussie des ambiances dignes du début des années 90 tandis que les autres succomberont sans doute à cette invitation à l'abandon. LOWTIDE fait de la mélancolie et de l'abstraction de précieuses partenaires pour conquérir les cœurs, tous les cœurs. Pour ce faire, rien de plus efficace qu'une très belle introduction. De « Whale », on pourra retenir d'abord ces guitares souterraines qui serpentent insidieusement pour jaillir soudainement et emplir l'espace. Puis, les voix des deux bassistes (oui, deux) Lucy Buckeridge et Giles Simon Fielke qui s'unissent parfaitement, à la manière évidente là encore de Rachel Goswell et Neil Halstead de SLOWDIVE. Voici une bien belle carte de visite. La filiation musicale et vocale avec leurs prestigieux aînés anglais est encore plus frappante avec les deux titres « Held » et « Wedding Ring » qui sous des atours pop entraînants sont délicatement saupoudrés de zébrures shoegaze. Imparable, normalement. Vous n'êtes toujours pas convaincu ? Comment est-ce possible? Je continue alors avec mon bâton de pèlerin.

Si LOWTIDE propose des instantanés pop, il sait aussi en très peu de temps vous emmener également ailleurs, ce qui est un peu l'essence de ce courant. Le temps et l'espace s'effacent et l'imaginaire joue pleinement son rôle, quitte à se répéter une nouvelle fois. Je ne trouve pas de meilleure description pour évoquer ces tableaux sonores. Que ce soit avec le morne « Autumn » ou l'inspiré Touching Pop « Maxillae Leaving, Seaward» (d'ailleurs le groupe reprendra « Julia » d'ASYLUM PARTY fer-de-lance de cet éphémère mouvement), cette galette est là encore une nouvelle invitation au rêve. Peut-être que je prête plus d'intentions aux Aussies qu'ils n'en ont vraiment, mais c'est bien cette sensation qui à chaque nouvelle écoute apparaît. Que doit-on alors penser d'un morceau tel que « Yesterday » ? Ennui profond sans accroche particulière ou quintessence de l'A.D.N des Australiens ? Pour ma part, le choix est vite fait. A l'image des superbes « Still Time » ou « Missing History », LOWTIDE pare ses morceaux d'une sensibilité à la douceur cotonneuse. Que ce soient les voix posées, la guitare aérienne et lointaine, tout concourt à faire de cet album un délicieux voyage dans un monde dénué de toute contrainte. Nous voici donc comme en apesanteur, l'esprit dans les nuages.

Il est rare de proposer dès le premier opus tant de qualités. LOWTIDE tel un petit Poucet malicieux jette avec parcimonie des petits diamants musicaux, autant de repères qui vous mènent directement au bonheur. Superbe. Ni plus, ni moins.

A lire aussi en ROCK par RICHARD :


LOWTIDE
Southern Mind (2018)
L'Australie, terre de shoegaze.




BLANKENBERGE
More (2019)
Shoegaze russe.


Marquez et partagez





 
   RICHARD

 
  N/A



- Giles Simon Fielke (chant,basse)
- Lucy Buckeridge (chant,basse)
- Gabriel Lewis (guitare)
- Anton Jakovljevic (batterie)


1. Whale
2. Held
3. Autumn
4. Blue Movie
5. Wedding Ring
6. Yesterday
7. Missing History
8. Maxillae Leaving,seaward
9. Still Time



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod