Recherche avancée       Liste groupes



      
GRUNGE CLASSIC ROCK   |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Temple Of The Dog, Brad

The AFGHAN WHIGS - Up In It (1990)
Par NOSFERATU le 11 Juin 2019          Consultée 158 fois

AFGHAN WHIGS, originaire de Cincinnati dans l’Ohio, est un peu à part dans toute cette scène grunge émergente de la fin des années 80. On connaît surtout le groupe pour un rock alterno non dénué d’influences soul, surtout à partir de leur disque Congregation. Succès d’estime qui ne dépassera pas les Etats-Unis, malgré la publicité faite par leur label, Sub pop. Pas comme NIRVANA ou SMASHING PUMPKINGS qui récolteront quant à eux au niveau planétaire la rançon de la gloire, jouant sur la formule à succès quiet/loud qui avec le temps deviendra vite un cliché. Pourtant, le groupe n’était pas avare en mélodies originales, tranchant avec le côté brut de décoffrage caractérisant les activistes de la scène de Seattle.

C’est le mélancolique Greg Dulli qui forme le groupe, en s’attelant au chant et à la gratte rythmique. Dès les origines, le gang affirme avoir des influences disparates comme du classic rock folky genre THE BAND et l’inévitable NEIL YOUNG mais aussi des trésors soul/RNB à la TEMPTATIONS. On est donc loin des MELVINS, du moins sur le papier. Up in it propose un rock plutôt tristounet avec des compositions pas toujours évidentes, même pour un grungeux de base. Toute la personnalité affligée de son leader Greg Dulli transparaît. Mais on est loin toutefois d’un classic rock inoffensif. Le disque peut ainsi interpeller le friand de "high energy"  dépressive. Il y a en effet des bourrasques sonores comme ce "White Thrash Party" qui sonne comme du JANE’S ADDICTION en plus braillard ou du GREEN RIVER assez rêche (les vocalises flirtent avec le Mark Arm des grands jours). Ou ce "Retarded" marqué par un riff grunge répétitif, avec un phrasé qui se transforme en hurlement au bout d’une minute, repris à la fin du morceau comme un mantra schizophrénique. Ici, Greg Dully n’est pas loin des cris désespérés d’un Kurt Cobain.

On s’aperçoit que ce combo joue à la fois sur les facettes heavy et des mélodies carabinées. Et Greg Dully joue habilement sur ces deux registres sans verser dans le pathos surjoué d’un futur Eddie Vebber (PEARL JAM). "Hated" évoque ainsi Neil YOUNG revisité par l’énergie crade d’un DINOSAUR JR. "You My Flower" est une sorte de ballade avec des chœurs, rappelant là encore la bande à Jay Mascis, le coté impassible en moins. Par moments, ça peut être légèrement horripilant comme le bâtard "Son of the Youth", une espèce de blues noisy se métamorphosant en heavy rock grungy, avec un chant mi-mélodique mi-perçant. Il y a même des relents de punkitude. Légèrement punky, le rock lourd et chaloupé de "South Paw" joue ainsi sur le même répertoire Bruit/Mélodie. "Amphetamine and Coffee" claironne de même comme du HUSKER DU en plus seventies. Dans ce créneau, "Hey Cuz", avec sa rythmique trépidante, présente une solide compo qui fait mouche.

La galette, représentative du son d’une époque, se révèle le brouillon d’une discographie singulière, une sorte d’écriture longue en somme.

A lire aussi en ROCK PSYCHEDELIQUE par NOSFERATU :


BUTTHOLE SURFERS
Psychic, Powerless... Another Man's Sac (1984)
Versez du lsd chaque matin sur vos céréales !!!




The TROGGS
From...nowhere (1966)
"wild thing" ...


Marquez et partagez





 
   NOSFERATU

 
  N/A



- Greg Dulli (chant, guitare rythmique)
- Rick Mccollum (guitare solo)
- John Curley (basse)
- Steve Earle (batterie)


Non disponible



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod