Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-ROCK/FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

2019 Jade Bird

JADE BIRD - Jade Bird (2019)
Par MARCO STIVELL le 26 Juin 2019          Consultée 299 fois

21 ans, un seul album et Jade BIRD se voit non seulement adoptée par le public pop-rock, mais en plus, elle reçoit déjà pas mal d'éloges, monsieur Tony Visconti en tête (on parle bien du producteur mythique de T-REX, David BOWIE, STRANGLERS etc). Elle pourrait, aux côtés du chanteur Pete DOHERTY, défendre les couleurs de Hexham, leur ville d'origine située au sud du Northumberland, comté rural et le plus septentrional d'Angleterre, mais en suivant un père travaillant pour l'armée, elle a connu une enfance nomade, quoique dans un rayon géographique réduit. Londres, Chesterfield, l'Allemagne (lieu le plus exotique de la liste !), le Pays de Galles... De quoi nourrir une âme de folkeuse, surtout lorsqu'on sait qu'elle débute sa carrière franchement aux Etats-Unis.

Les singles "Uh Huh" et "I Get No Joy" peuvent donner une image d'elle tronquée car ils se concentrent sur un aspect bien précis, celui d'une chanteuse borderline/sur le fil qui hurle des refrains nerveux à grosses guitares folk. D'autant plus que "I Get No Joy" est aussi bien rappée que chantée (mais personnellement, ce rap-là, j'en redemande). C'est ce qui peut également attirer l'attention sur cette enfant des années 90, que l'on rapproche naturellement et avec justesse d'Alanis MORISSETTE, et dont, par ricochet, elle est un beau reflet actuel, vingt ans après.

Même type de chevelure longue et "telle quelle" (note des proches/collègues : rien ne saurait plaire autant à un Marco Stivell très peu porté sur les chignons, colorations, carrés mode, coupes courtes/rasées à la punk, afro crépues etc), encadrement du look adolescent qu'Alanis arborait (jeans, T-shirt...). Même puissance vocale, toutefois sans le grain de folie de la Canadienne. Même capacité à débuter une chanson de manière faussement calme et envoyer la sauce au moment des refrains. Ceux de "I Get No Joy" et "Love Has All Been Done Before" ont leur tendance rapeuse dans le chant comme "You Oughta Know" à l'époque, d'une autre manière.

On reste dans un domaine folk et pop-rock, avec des sons indé parfois comme "Uh Huh". Et ça sonne, c'est efficace, ça marche ! Il y a de la mélodie ! Toutefois, prises séparément encore une fois, les trois chansons peuvent paraître similaires et répétitives bien que de courte durée, en plus d'être abruptes, car miss BIRD nous crache ce qu'elle a dans le gosier comme ça, sans prévenir. On apprécie d'ailleurs qu'elle n'en abuse pas, que ça vienne quand on s'y attend le moins. Tout comme cette tendance actuelle générale à matraquer une note, une phrase, n'a pas de quoi déranger ici.

Et à côté, en matière de chansons douces et délicates, elle est tout aussi forte. Le début de "Ruins", voix et guitare acoustique, refrain typiquement folk et ensoleillé, nous prouve déjà, à l'instar de bien d'autres moments sur ce disque, que tout n'a pas été dit dans l'écriture à trois-quatre accords. Cette formule peut toujours séduire, même après lorsque la batterie cogne fort des tempos lents, tandis que BIRD entonne des mélodies imprégnées de champs, de routes et autres grands espaces. Le son est tout ce qu'il y a de plus américain et certaines chansons usent de charmes blues, country/bluegrass.

"Side Effects", "Going Gone" parfaite pour mettre le feu en concert, "Good at It" (ce final gospel avec piano et claps à beau être basique, on approuve !) n'en sont pas moins excellentes, super bien écrites. Et les chansons les plus lentes/tristes, où le piano soutient la voix mieux qu'autre chose ! "If I Die", "17" avec ses cordes, belle, fragile et passionnée à en donner des frissons, idem pour "My Motto", ballade aux tons crépusculaires, ne font que compléter une identité musicale solide. Sans oublier "Does Anybody Know", intime au possible, juste chant et guitare en accords blues, splendide, bonne transition avec "Uh Huh". On s'écarte un peu des bidouillages d'Alanis durant les années 1995-98, mais ce n'est pas plus mal car on retrouve pleinement le côté "soeur", "amie".

Les singles se laissent mieux apprécier à travers l'ensemble d'un premier album qui ne manque pas d'inspiration, publié par Glassnote, même label que PHOENIX, CHVRCHES, MUMFORD & SONS. Un indispensable 2019 ! Jade BIRD, qui n'a pas trop de concurrence dans son envie de raviver la nostalgie de "teenagers" pas encore trop connectés, mérite de continuer sur cette lancée.

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


Anthony PHILLIPS
Wise After The Event (1978)
Seul album d'Ant entièrement chanté




Kate BUSH
Director's Cut (2011)
Remodelage approuvé


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. Ruins
2. Lottery
3. I Get No Joy
4. Side Effects
5. My Motto
6. Does Anybody Know
7. Uh Huh
8. Good At It
9. 17
10. Love Has All Been Done Before
11. Going Gone
12. If I Die



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod