Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL SYMPHONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2019 Resist
 

1997 Enter
1998 The Dance
2001 Mother Earth
2002 Mother Earth
  Mother Earth Tour
2004 The Silent Force
2005 The Silent Force Tour
2007 The Heart Of Everythi...
2008 Black Symphony
2009 An Acoustic Night At The...
2011 The Unforgiving
2014 Hydra
2019 Resist

WITHIN TEMPTATION - Resist (2019)
Par BAKER le 17 Septembre 2019          Consultée 1640 fois

Imaginez un bloc de béton. Un joli bloc de béton. C'est du travail, vous savez, un bloc de béton. Ca se fait pas tout seul. Au fil des siècles, il y a eu des chimistes qui ont mis au point la formule permettant de le fabriquer, qu'il soit costaud, manipulable et pérenne. Ce n'est pas rien. Et sans compter les gens, payés avec un lance-pierre là où les agences de comm croulent sous la farine qui écarquille les yeux, qui fabriquent ledit bloc. Bref, une avancée majeure dans l'évolution de l'espèce humaine. Pourtant, ce joli bloc de béton, là, juste là, si vous vous le prenez sur le coin de l'orteil, la première pensée philosophique qui viendra à votre cortex nébuleux sera "ah putain de ta mère, salope !" (désolé Thérèse, parfois les mots dépassent la pensée).

Le dernier WITHIN TEMPTATION, c'est ça. On sent bien que ça a été fait par des gens doués et passionnés, avec le sens du détail, l'amour du travail bien fait, mais une fois entre les oreilles, cet album vous fait autant de bien qu'un massage tantrique avec finition à la chinoise par... ce putain de ta mère de bloc de béton, salope. Sur le gros orteil du pied gauche, vous savez, celui qui est incarné et que vous aviez oublié depuis la plage l'été dernier. Je suis sérieux, le son de cet album n'est pas épouvantable, il n'est pas calamiteux, il n'est pas atroce, il n'est pas immonde, il est, parce que ça porte un nom, honteux. J'entends par là qu'au-delà des arrangements, de la prise de son et du groupe en lui-même, il y a des gens qui se regardent tous les matins dans le miroir et se disent 'je suis responsable du son de Resist par WITHIN TEMPTATION'. Et qui arrivent à survivre toute la journée malgré ça : la honte, balek. A mon avis, ils font souvent des gâteaux. Avec de la farine.

Ce nouveau disque, attendu comme le loup blanc après un Hydra protéiforme mais intéressant, est donc totalement plombé par une production écoeurante et épuisante (mes félicitations si vous survivez jusqu'à "Supernova" sans bailler ni baisser le son), mais aussi par l'inconsistance de ses compos et inspiration. Ca commence pourtant pas mal, avec un gros titre à tendance alt-metal, dark, bénéficiant d'un chant masculin et d'un riff électro plutôt original. Et ça finit bien, puisque "Trophy Hunter", l'un des titres les plus sombres et massifs de l'histoire du groupe, termine sur une dernière partie complètement atomique, théâtrale, ne se refusant rien - enfin ça, c'est quand vous trouvez les bonnes idées sous les tonnes de gravats.

Mais, entre les deux, WITHIN ne brille pas franchement ni par son originalité, ni, c'est plus grave, par son efficacité. Des chansons comme "Endless War", "Raise Your Banner" (screamo gratuit inside, ce qui était frais dans Hydra est désormais périmé) ou "Mercy Mirror", qui ressemble au dernier Avril LAVIGNE, n'ont franchement que très peu d'intérêt et ont du mal à faire vibrer la corde sensible de l'auditeur. Quelques refrains, un peu plus pop contemporaine dans leur approche mélodique, se montrent plus corrects : "Holy Ground", la bonne "In Vain" (totalement pompée sur autre chose, mais quoi ?), le heavy disco "Mad World", passent sans heurt, sous trente couches de gras métallique et des couplets volontairement sombres et bas du front.

On a même quelques rares bonnes idées originales, avec au sommet la guitare twang, claire mais excessivement compressée, de "Firelight", qui donne à ce duo romantique un petit côté western déstabilisant. Mais si ce disque devait faire un pont entre Hydra et le projet MY INDIGO de Sharon, c'est bien dans cette tendance, pas encore saoûlante mais ça ne saurait tarder, de l'oversinging. Depuis au moins Silent Force, WITHIN n'est guère plus qu'un backing band pour la belle princesse hollandaise, mais ce n'était en aucun cas un souci puisque la qualité était au rendez-vous : cette fois, ça ne passe pas. En admettant que le son ait été agréable, précis, on aurait quand même eu une petite moitié d'album sans grand génie, voire anecdotique. En l'état, c'est à une belle dégringolade que l'on assiste, sans même savoir comment l'enrayer puisque ce que beaucoup réclamaient, à savoir un son plus heavy et une ambiance plus lourde, s'est réalisé. Disons que c'est une mauvaise passe, mais jusqu'à quand va-t-elle durer ?

PS : Cette chronique a été exceptionnellement rédigée par Baker, mais c'est bien Octavie qui vous fera bientôt (re)découvrir le talent unique de ce groupe charnière.

A lire aussi en METAL par BAKER :


STRATOVARIUS
Enigma - Intermission Ii (2018)
Des restes de la semaine fort goûteux




AVANTASIA
Moonglow (2019)
Vainqueur par k.o dans les cordes.


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Sharon Den Adel (chant)
- Jacoby Shaddix (chant)
- Anders Friden (chant)
- Jasper Steverlinck (chant)
- Martijn Spierenburg (claviers)
- Robert Westerholt (guitare)
- Ruud Jolie (guitare)
- Stefan Helleblad (guitare)
- Jeroen Van Veen (basse)
- Mike Coolen (batterie)


1. The Reckoning
2. Endless War
3. Raise Your Banner
4. Supernova
5. Holy Ground
6. In Vain
7. Firelight
8. Mad World
9. Mercy Mirror
10. Trophy Hunter



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod