Recherche avancée       Liste groupes



      
GOTHIQUE  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Divers Compositeurs Jeux Video

Michiru YAMANE - Castlevania Symphony Of The Night Ost (1997)
Par CHIPSTOUILLE le 9 Mars 2007          Consultée 5247 fois

Série de jeux-vidéo phare de la maison Konami, tout le monde s'accorde à dire que Castlevania a vu en son épisode Playstation "Akumajo Dracula X : Nocturne in the moonlight" (plus connu en dehors de l'archipel nippon sous le nom de "Castlevania Symphony of the night") son paroxysme. Boudé à l'époque en raison du retard technique qu'il accusait, la réputation du jeu a rapidement gagné du terrain sur sa mauvaise presse. Les avis sur le jeu ont donc été divergents au cours du temps, un détail n'a cependant jamais fait partie des points négatifs : ses musiques.

Michiru YAMANE, aux commandes, n'est pas la compositrice de jeux vidéo la plus connue qui soit. Elle fit ses premières armes chez Konami (éditeur de la série Castlevania, donc) dans les années 90. On lui connaît notamment une première expérience réussie sur l'épisode Bloodline/The next generation (sur Megadrive), mais rien qui n’ait suffisamment marqué les esprits. Son travail sur cet épisode "Symphony of the night" fut donc des plus surprenant, grâce à cela elle accède aujourd'hui à une certaine reconnaissance, et Konami de lui confier plus de projets (notamment sur les derniers Castlevania).

Mais qu'y a-t-il, dans cette musique de jeu vidéo, qui vaille bien la peine de s'y intéresser? Pour décrire le tout, voyez qu'il s'agit donc d'un jeu vidéo orienté action, se déroulant dans un gigantesque château aux proportions totalement surréalistes peuplé d'une galerie de monstres issus de divers récits du XIXe siècle ou du folklore européen : fantômes, mort-vivants et autres sorcières sont là pour vous accueillir. Pour ornementer ce tableau des horreurs, Michiru YAMANE a donc fait appel à un cocktail de styles appropriés : gothique, classique et rock. Du piano sombre aux orgues lugubres en passant par les nappes de synthé (pensez à l’excellent "Cursed holy castle"), tout se rallie à ce côté folklorique et sombre qui marie l'amour et la mort en un bouquet musical. Le gothique ne sort jamais bien loin sans son fidèle écuyer, la musique classique. Elle est ici personnifiée par quelques instruments acoustiques, violons, clavecins (en particulier sur le superbe "Woodcarving palteeta" de la bibliothèque) et plus rarement flûtes, pour ce côté austère du mobilier - parfois habité - ou des planchers qui grincent.

Notons également que rapport au côté "galerie des horreurs", on manipule ici les dissonances, et les effets de style. Sur quelques titres, tout y est pour déranger, mais l'ensemble reste cohérent sans partir dans l'insoutenable (on pense au superbe "Path of the departe" et ses accords insistants au piano à chaque fois plus glauques), ce qui fait la plus grande qualité de cet ouvrage. Citons niveau dissonances, le macabre "The poetic melody of death" qui accompagne un combat de bon goût contre un agglomérat sphérique de cadavres en décomposition particulièrement étouffant : musicalement approprié et tout à fait mémorable.

Il faut également mentionner une inspiration rock dans quelques titres, batterie-basse-guitare s'en donnent à coeur joie sur le fameux "Prologue" du combat introductif contre le comte Dracula ou encore dans les tubes "Dracula's castle", "Young Nobleman of Sadness" ou "Our festival". Scène japonaise oblige, on donne dans le guitar-hero et, pour une fois, les quelques solos qui nous sont administrés sont de bonne facture, sans tomber dans la collectionnite aiguë de notes inutiles et le shredding irrationnel (une petite pensée émue pour le solo conclusif de "Young Nobleman of Sadness", particulièrement réussi).

Enfin, si la plupart des titres sont instrumentaux, au côté gothique (j'y reviens puisqu'il s'agit de la coloration principale) s'adjoint parfois quelques voix féminines, de l'angélique et contrepointé "Prayer" au macabre de dissonances, une fois encore, "Evil banquet". Quelques choeurs viennent s’ajouter à la grandiloquence du tout, notamment dans les parties de transition "Transformation No 1 à 3". Enfin, pour changer des habitudes, le titre pop conclusif est tout à fait hors de propos, niais au possible. En guise de "34ème piste", il vous est cependant possible de l'éluder. "Nocturne" en revanche, qui met en vedette la chanteuse Kahori YAMANE, propose une ambiance plus clairsemée, dont le piano romantique et le chant épousent au mieux les courbes gothiques de l'album.

J'aurais bien évoqué avec vous le florilège de surprises instrumentales dont ce recueil est serti, comme les New Age "Lost painting" (très influencé traditionnel japonais) ou "Crystal drop" qui trouvent miraculeusement leur place ici. Je ne pourrai pas non plus passer sous silence cette superbe "Final Toccata" à l'orgue, évidemment influencée par la fameuse Toccata et fugue en ré de Jean-Sébastien BACH. L'onirisme gothique y est à son comble, cette musique qui nous est judicieusement resservie à outrance dans le jeu est très prenante. J'ajoute également que cette Bande Originale (OST pour les anglophones) ne souffre pas du défaut classique propre au support vidéo-ludique, c'est à dire que les titres ne bouclent pas, ce qui est grandement appréciable pour le côté scénarisé et varié du CD.

Enfin, l’ensemble frise à de nombreuses reprises le grandiloquent, le kitsch, le surplus et l'excès, mais se veut maîtrisé et parvient à rester sur un équilibre jamais rompu, sans doute grâce à l'absence d'un chanteur impromptu. Les musiques de Castlevania Symphony of the Night font, en tous cas, partie des plus belles jamais entendues dans un jeu-vidéo.

A lire aussi en NEW-WAVE :


ECHO AND THE BUNNYMEN
Porcupine (1983)
Les lapins franchissent de rudes montagnes




LYNCELIA
Forsaken Innocence (2016)
Love me tender...


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



Non disponible


1. Transformation No. 1
2. Prologue
3. Illusionary Dance
4. Symphony Of The Night
5. Prayer
6. Dracula Castle
7. Golden Dance
8. Marble Corridor
9. Tower Of Evil Fog
10. Nocturne
11. Woodcarving Palteeta
12. Gate Of Spirits
13. Our Festival
14. Resting Place
15. Requiem Of The Gods
16. Crystal Drops
17. Path Of The Departed
18. Rainbow Cemetery
19. Stillness
20. Lost Painting
21. Pearl Dance Song
22. Cursed Holy Castle
23. Evil Banquet
24. Awakened Soul
25. Young Nobleman Of Sadness
26. Through The Gate, Over The Deep Edge
27. Through The Gate, Into The World Of Heaven
28. The Poetic Melody Of Death
29. Strange Bloodline
30. Transformation No. 2
31. The Final Tocatta
32. Black Feast
33. Transformation No. 3
34. I Am The Wind



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod