Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Gil EVANS - Plays The Music Of Jimi Hendrix (1974)
Par DERWIJES le 9 Février 2020          Consultée 389 fois

Dire que Jimi HENDRIX était bien occupé avant sa mort relève de l’euphémisme : il suffit de voir le nombre d’albums posthumes sortis en son nom pour se rendre compte qu’il travaillait sur au moins une dizaine de projets différents en même temps. Le plus intriguant d’entre eux était une collaboration avec Gil EVANS. Ce projet enthousiasmant n’ira jamais plus loin que la simple idée puisqu’HENDRIX rejoignit le club le plus triste au monde avant même d’avoir pu se réunir avec EVANS.

Gil EVANS étant un musicien aimant à relever les défis, on imagine qu’il devait être très enthousiaste à l’idée de travailler avec quelqu'un comme HENDRIX capable de mélanger dans sa musique des influences à la fois blues et jazz. Pour lui rendre hommage, il réunit un orchestre de dix-neuf musiciens, ce qui n’est quand même pas mal, et se lança dans l’enregistrement d’un album hommage reprenant sept morceaux du Voodoo Child (9 sur la version CD avec les pistes bonus, même si l’une d’entre elles est une prise alternative de "Up In the Sky"), album qui, à cause de conflits d’agenda, sortira finalement en 1974 plutôt que directement après la mort d’HENDRIX comme cela était prévu au départ.

Quand on parle de Gil EVANS on pense d’abord à son travail avec Miles DAVIS : les orchestrations qu’il a faites pour le trompettiste sont connues pour leur aspect apaisée qui prend le soin de laisser la musique respirer, dans l’idée de faire le pont entre le jazz, la musique classique et la musique de film. Ici, c’est entièrement l’inverse. Il puise dans le rock son aspect le plus cacophonique en laissant tous les instruments exploser en même temps dans un joyeux foutoir sonore assez déstabilisant lors des premières écoutes. Quel instrument écouter ? Il y-t-il une ligne directrice, une mélodie à suivre ? Le morceau d’ouverture « Angel » nous laisse confus, assailli de toutes parts par un orchestre bigarré : on y compte deux cors d’harmonie, des tubas, trois guitares, deux basses, toutes sortes de percussions, un carillon tubulaire, du xylophone, des saxophones, et j’en passe…

Quel changement par rapport aux versions originales centrées sur la guitare ! On pense aux big bands, une sorte de Duke ELLINGTON sous acide qui ouvrirait une bacchanale. La sauce ne prend pas toujours, par exemple "Gypsy Eyes" n’est pas plus intéressante que cela, pendant que "Up in the Skies" est longue, longue…pour ne pas dire grand-chose au final. La plus grosse déception du disque est quand même "Voodoo Child" où le riff est décliné à la trompette. C’est assourdissant et pas vraiment agréable pour les oreilles.

Quelques déceptions qui ne suffissent pas à masquer le plaisir apparent des autres pistes. Les deux medleys "Crosstown Traffic/Little Miss Lover" et "Castles Made of Sand/Foxey Lady" sont juste jouissifs. Les transitions entre les morceaux sont souples, ils sont joués de manière complètement décomplexés et c’est tout simplement un plaisir à écouter. La version CD rajoute CD rajoute donc une prise alternative à "Up in the Sky", pas tellement meilleure que l’originale, et "Little Wing", toujours aussi bien, et qui est de toute manière un morceau toujours excellent quand on le met entre des mains compétentes. Mais j’ai gardé le meilleur pour la fin : "1983 – A Merman I Should Turn to Be". Souvenez-vous, l’original est le morceau le plus long d’HENDRIX, un trip de treize minutes dans un paysage apocalyptique… Ici Gil EVANS a retiré l’aspect oppressant mais a gardé l’influence psychédélique. L'intro est aux petits oignons, avec la montée de la tension qui se libère à l’arrivée du riff joué par les vents… Il y a beaucoup d’adjectifs qui me viennent à l’esprit mais le plus adapté reste encore « sacrément classe, bon sang de bonsoir ça fait du bien par où ça passe et ça vous débouche les orifices auditifs ».

En bref, The Gil EVANS Orchestra Plays the Music of Jimi HENDRIX (placé sur notre site sous le nom résumé de Gil Evans Plays the Music of Jimi HENDRIX pour des raisons pratiques) est un tribute album intéressant qui propose une autre lecture de la rencontre entre le rock et le jazz que pouvait proposer à la même période Miles Davis. En dépit de quelques défauts, c’est une écoute qui saura charmer aussi bien les fans d’HENDRIX que les amateurs de jazz, et même ceux qui n’aiment ni l’un ni l’autre devrait trouver dans ce joli bordel quelque chose pour leur plaire.

A lire aussi en JAZZ par DERWIJES :


Bobby BROOM
Soul Fingers (2018)
Air guitar




Regina CARTER
Swing States: Harmony In Battleground (2020)
E pluribus unum


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



- Gil Evans (chef d'orchestre, arrangements, piano, piano élect)
- Hannibal Marvin Peterson (trompette, chant)
- Lew Soloff (trompette, bugle,trompette piccolo)
- Peter Gordon (cor d'harmonie)
- Pete Levin (cor d'harmonie, synthétiseur)
- Tom Malone (trombone, flûte, synthétiseur, arrangements)
- Howard Johnson (tuba, clarinette, basse électrique, arrangements)
- David Sanborn (saxophone alto, saxophone ténor, flûte)
- Billy Harper (saxophone ténor, flûte)
- Trevor Koehler (saxophones alto, ténor, baryton et soprano, arrang)
- John Abercrombie, Ryo Kawasaki Guitare é
- Keith Loving (guitare)
- Don Pate (basse)
- Michael Moore (basse électrique, basse acoustique)
- Bruce Ditmas (batterie)
- Warren Smith (vibraphone, marimba, carillon tubulaires, percussi)
- Sue Evans (batterie, congas, percussions)


1. Angel
2. Crosstown Traffic/little Miss Lover
3. Castles Made Of Sand/foxey Lady
4. Up From The Skies
5. 1983...(a Mermand I Should Turn To Be)
6. Voodoo Child
7. Gypsy Eyes
8. Little Wing
9. Up From The Skies (prise Alternative)



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod