Recherche avancée       Liste groupes



      
SOUL-JAZZ  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Shirley SCOTT - Great Scott! (1958)
Par DERWIJES le 12 Février 2020          Consultée 448 fois

Voici une artiste que nous a recommandé Le Merle Moqueur dans la Boîte à Demandes. Et au vu de la description qu’il en faisait, comment pouvais-je résister, je vous le demande ?

C’est ainsi que j’ai fait la connaissance de Mme. Shirley SCOTT, Philadelphienne jusqu’au bout des ongles, qui, comme beaucoup d’enfants afro-américains, fit d’abord connaissance avec la musique à l’église avec le gospel. Vint ensuite l’école et les premiers cours de trompette et de piano, avant l’adolescence et la rencontre décisive avec ce qui deviendra son instrument de prédilection : l’orgue Hammond. Elle parvient à se lancer dans la musique, sort un single « In the Kitchen » qui connaît un bon petit succès, et épouse le saxophoniste Stanley TURRENTINE. C’est ensemble qu’ils enregistrent presque une quarantaine d’albums entre 1958 et 1974, alors qu’ils divorcent en 1971. Elle disparait ensuite de la scène musicale pendant toutes les années 80 et ne réapparaît qu’au début des années 90 pour sortir quelques albums avant de reprendre non pas sa retraite, mais son travail de professeure de musique qui la passionne, avant de nous quitter beaucoup trop tôt en 2002 à l’âge de 67 ans.
Je ne sais pas pour vous, mais moi elle m’inspire d’emblée confiance, cette brave dame. Elle me donne l’impression d’avoir mené une vie relativement simple dévouée à la musique qu’elle aimait. Comme elle a une discographie bien remplie et qu’il me fallait bien commencer quelque part, j’ai jeté mon dévolu sur son premier disque solo, Great Scott ! paru en 1958 sur le label Prestige. On passe sur le titre qui reprend une expression de surprise aujourd’hui ringarde (mais utilisée de manière très drôle dans un épisode de la série animée Batman des 90’s, où, après qu’un personnage surpris par sa présence l’exclame, le Joker répond « Actually, I’m Irish » …où en étais-je déjà ?).

Concentrons-nous plutôt sur la musique. Comme nous l’avons dit, l’instrument de prédilection de Shirley Scott était l’orgue Hammond que nous sommes plus souvent habitués à entendre dans la Soul, comme chez la Stax. En toute honnêteté, ce n’est pas un instrument que j’apprécie beaucoup –tout comme les orgues en général d’ailleurs-. Je lui trouve un son certes chaleureux, mais manquant de profondeur. Et c’est toujours en toute honnêteté que je peux vous dire que Shirley Scott m’a quelque peu rabiboché avec. Bon, je n’inviterais pas un orgue Hammond à prendre le thé avec moi, ce serait bizarre, mais je l’apprécie plus maintenant que j’ai eu l’occasion d’en avoir une démo technique.
« Démo technique » n’est pas un terme très courant dans une chronique musicale sur le jazz mais est pourtant bien adapté à ce premier essai qui constitue un terrain de jeu idéal pour Shirley Scott, accompagnée seulement d'une partie rythmique très discrète constituée de George DUVIVIER à la basse et de Arthur EDGEHILL à la batterie. Elle a l’excellente idée de ne pas s’en tenir simplement au jazz mais d’y mettre quelques influences diverses et variées, principalement de la soul et du blues. On y trouve aussi un soupçon latin sur « Brazil » et « Nothing Ever Changes My Love For You », alternant entre ballades et morceaux plus enjoués. Impossible de ne pas entendre le plaisir qu’elle prend à jouer, comme sur « Cherokee » ou la reprise de Cole PORTER « All of You », super classique. Malgré leur sincérité, ces reprises restent très proches des originales, comme si Shirley Scott avait peur de perdre le fil en s’éloignant trop. Il n’y a que sur « The Scott », seule composition originale de l’ensemble, qu’elle se lâche complètement sur ses touches.

Comme le soulignait avec justesse notre Merle, il y a un côté « bœuf » très présent chez Scott. Ça ne suffit pas à faire de Great Scott ! un disque incontournable, mais il dégage en tout cas une force tranquille qui entraîne la sympathie.

A lire aussi en JAZZ par DERWIJES :


Miles DAVIS
A Tribute To Jack Johnson (1971)
Ne les laissez jamais l'oublier




RESOLUTION 88
Revolutions (2019)
Fusion électrique


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



- Shirley Scott (orgue)
- George Duvivier (basse)
- Arthur Edgehill (batterie)


1. Brazil
2. The Scott
3. Cherokee
4. Nothing Ever Changes My Love For You
5. Trees
6. All Of You
7. Goodbye
8. Four



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod