Recherche avancée       Liste groupes



      
SYNTH-POP FRANCO-BELGE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


Mathilde FERNANDEZ - Final Vegas (2020)
Par MARCO STIVELL le 12 Février 2020          Consultée 510 fois

Quand elle parle, Mathilde FERNANDEZ a une voix normale. Quand elle chante, c'est une toute autre histoire !

Le genre variété/synth-pop devient plus que courant à l'heure actuelle. Beaucoup d'artistes ne peuvent cacher le goût de préfabriqué, notamment en France avec l'attitude bobo elle aussi naturelle désormais. Pour cette jeune Bruxelloise, c'est différent ; non pas d'un point de vue musical, puisqu'elle aussi est capable de faire tout seule avec quelques boucles électroniques, mais vocal, et à la fin, cela change fortement la donne.

Certes, on lui reconnaît l'influence de Kate BUSH et Nina HAGEN, dont elle a écouté les disques très tôt, mais Mathilde FERNANDEZ se distingue déjà en citant également Passion de Peter GABRIEL (bande originale – une des plus belles qui soit - de La Dernière Tentation du Christ de Martin Scorsese). Rien que pour cela, on a envie de l'aimer ! L'étonnant CHRISTOPHE Bevilacqua, lui, ne s'y est pas trompé – un duo live est disponible en vidéo.

Néanmoins, sa voix n'est pas faite pour plaire à tout le monde. En tout cas, elle s'éloigne de la froideur hautaine souvent adoptée par les chanteuses de pop synthétique qui "ont un univers" pour reprendre les paroles de mon collègue Baker. FERNANDEZ a beau styliser son image, ses clips, envoyer des messages, tout repose sur son organe si particulier et insoupçonné de prime abord. Plus que BUSH (dans les aiguës) et bien plus que Mylène FARMER, autre influence majeure, il évoque une très grande chanteuse dont on ne parle jamais, hélas : Sally OLDFIELD, la soeur de Mike. Cette façon de faire sonner les notes graves de façon gutturale, de monter dans l'aigu avec une force lyrique en un rien de temps et de faire des va-et-vient, c'est vraiment cela. Et vu que la musique est synthétique, on pense aux années 80 de Sally OLDFIELD, avec ou sans Hans ZIMMER.

Tout le monde n'adhèrera pas donc, tant mieux ou tant pis ; surtout, va se "heurter" à cette façon de faire durant un premier contact, et encore après, il faut suivre, se raccrocher à l'effort donné par la chanteuse pour tout faire passer au micro. Une vraie forêt dense, peuplée d'animaux et autres créatures surprenants plutôt qu'agressifs. Pour votre serviteur, c'est gagné, au point que le reste de la musique semble secondaire, un comble. Toutefois, Final Vegas, album court regroupant des singles et titres d'E.P parus depuis 2015 en écoute libre, n'est pas dénué de qualités.

Le bruitage long et oppressant de l'"Intro", les boucles électro-funk du morceau "Amérique", le blues moderne de "Mon Dieu", la pop bien taillée de "Chanteuse de guerre" et le piano-voix soul de "Vivre c'est la vie" ont leur charme, même si d'un point de vue personnel, une autre forme d'instrumentation supplémentaire serait bienvenue : percussions rythmiques ou mélodiques, guitare électrique, saxophone, harpe... On ne se refait pas, et pourtant la performance soliste reste à saluer, malgré quelques écueils, comme le synthé trop linéaire à le fin de "Mon Dieu", alors qu'on en appréciait l'intro juste avec un piano CP de Yamaha et la voix de FERNANDEZ qui plane dessus.

Quant au message lui-même, s'il est présent, il n'a très vite plus l'importance que lui donnent habituellement les médias ou le public. Si on identifie bien ce qui conduit la chanteuse à entonner "Amérique, Amérique, je n'irai pas là-bas, ils iront tous sans moi !", les allusions sociologiques comme personnelles ("Vivre c'est la vie") sont vite déguisées et se perdent dans ces méandres vocaux extraterrestres qui leur donnent tout l'aspect gothique-surréaliste. La chanson "Egérie" en devient savoureuse avec un tel verbiage : "Elle voulait être une égérie, elle est devenue star de la pornographie en Italie, esclave de la technologie en Turquie..." FARMER est (était ?) elle aussi allumée, plus orientée variété classique également. La folie de Diamanda GALAS n'est pas loin.

En bref, malgré les accointances avec la musique telle que décidée actuellement en général, la façon de présenter aussi, Mathilde FERNANDEZ éclipse déjà tout grâce à son chant et ne peut laisser indifférent. Elle pourrait très bien se diriger vers des choses encore moins conventionnelles.

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


Elton JOHN
Sleeping With The Past (1989)
Remontée de régime provisoire




Michelle BRANCH
Hotel Paper (2003)
Moins connu et meilleur


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Mathilde Fernandez (chant, claviers, programmations)


1. Intro
2. Amérique
3. Egérie
4. Mon Dieu
5. Chanteuse De Guerre
6. Vivre C'est La Vie
7. Amérique (english)



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod