Recherche avancée       Liste groupes



      
POP BRETONNE  |  STUDIO

Commentaires (3)
Questions / Réponses (1 / 3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2006 En Tu All
2009 Mammenn
2011 Kan An Tevenn
2013 Beo
2016 Avalon

GWENNYN - Mammenn (2009)
Par MARCO STIVELL le 30 Septembre 2015          Consultée 717 fois

La chanteuse GWENNYN, telle une jolie fleur encore à l'état de bouton, devait éclore et rayonner dans le paysage musical breton. Son premier album, En Tu All, est vite reconnu comme il se doit et la chanteuse obtient des récompenses lors de différentes scènes et événements en Bretagne, en Écosse, mais également en Laponie.

Après cette première étape franchie, survient la question difficile du deuxième album. Mammenn ("matrice") est annoncé dans le courant de l'année 2009, et pour un amateur ponctuel depuis le lancement de la carrière de la chanteuse, il aura su se faire attendre ! Cependant, une fois publié, ce sentiment était hautement comblé.

Dès les premières notes de l'album, on se sent happé par un miroir dans lequel baignent des images floues mais hautement diaphanes, tandis qu'un chant lumineux nous accueille avec sensualité. Quelque chose a changé, c'est le son, moins confiné que celui de Yann Honoré sur le premier album. Mieux encore : la voix de GWENNYN atteint des notes aigües, cimes retrouvées, celles qui nous avaient tant manqué depuis son duo avec Alan STIVELL qui l'a fait connaître en 2000.

Depuis la tournée 2006, GWENNYN est aidée largement par Patrice Marzin, musicien originaire de Saint-Brieuc, ancien collaborateur de Gérard MANSET et Hubert-Félix THIEFAINE, et ils ne se quitteront plus. Bien que conservant l'idée d'une pop bretonne joliment ficelée, Marzin apporte un souffle bienvenu à l'univers de la chanteuse.

Cela s'entend dès le premier titre, "Mammenn", gorgé de magie blanche avec ses références à la cosmogonie celtique, à la nature et au druidisme, ainsi que son énergie positive. Les boucles rythmiques et les claviers flottent sur une marée de réverbération, la cornemuse se balade comme le vent sur la plage. La voix de GWENNYN se fait plus enchanteresse que jamais, déployant les syllabes en langue bretonne dans une ambiance à la fois organique et mystique...

Ce sont des chansons porteuses et taillées sur mesure pour la jeune femme, comme les tenues brodées de Pascal Jaouen qu'elle arborera désormais sur les photos, sur scène... Plus loin, "The Child and the Tree", avec son esprit ballade irlandaise, exprime le bonheur d'être mère, la vision de son enfant qui tel l'arbre, pousse et grandit pour s'élever le plus haut possible.

La trame de cet album, dont l'évocation du mot "matrice" renvoie au synonyme ancien de l'organe utérin, se base ainsi sur un propos d'abord féminin. Il est fragile et rêveur comme sur "The Child and the Tree" et le non moins splendide "We Are Here", où la femme ouvre ses bras pour chérir la Terre comme elle le fait pour son homme.

Il est également triste et déchirant lorsqu'il rend hommage aux femmes insultées et bafouées dans le monde, parmi lesquelles la jeune afghane Gololaï, mariée de force et battue, qui s'est immolée par le feu en 2006. Dans un cas ou l'autre, on ne peut y rester insensible... Relevons également "Ene Tan", un autre texte sur les absurdités des conflits religieux, et un chant à fleur de peau.

En dehors de ces titres magistraux, GWENNYN belle et envoûtante nous convie à un grand fest-noz étalé sur plusieurs chansons qui tendent à diffuser les danses bretonnes avec une portée universelle. "We Can Plinn" surtout, avec ses guitares claquantes et son ambiance pop-plinn festive, célèbre l'arrivée de Barack Obama au pouvoir, un sursaut d'optimisme dans la vague de crise à l'époque...

Les frères Guichen d'AR RE YAOUANK participent à ces morceaux et les refrains accrocheurs pullulent, de même que sur le tendre "A Galon", et ce "Kenavo" qui exprime l'évasion dans toute sa force. Danses pop-trad chaleureuses, morceaux denses et doux, dentelles musicales comme "An Evned" sont le point fort de Mammenn, de même que le son aérien et, plus encore, la voix merveilleuse de GWENNYN.

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


Alanis MORISSETTE
So-called Chaos (2004)
Pop américaine.




Elton JOHN
Captain Fantastic And The Brown Dirt Cowboy (1975)
Le second chef-d'oeuvre


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Gwennyn (chant)
- Patrice Marzin (guitares, basse, mandoline, claviers)
- Patrick Boileau (batterie)
- Philippe Turbin (claviers)
- Jacques Moreau (percussions)
- Pierre Bloch (violon)
- Mikael Cozien (cornemuse)
- Youenn Manchec (flûte, clarinette basse)
- Jean-charles Et Fred Guichen (guitare, accordéon diatonique)


1. Mammenn
2. We Can Plinn
3. The Child And The Tree
4. Cyber Fest-noz
5. Ene Tan
6. Kenavo
7. Gololaï
8. A Galon (an Dro)
9. An Evned
10. Daouarn Ma Zad
11. We Are Here



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod