Recherche avancée       Liste groupes



      
SOUL JAZZ  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


John WRIGHT - South Side Soul (1960)
Par DERWIJES le 5 Mars 2020          Consultée 494 fois

Nous revoilà face à une nouvelle recommandation du Merle Moqueur, notre lecteur avec qui je ne risque pas de me prendre le bec (il faut au moins calembour par chronique).

Cette fois-ci nous allons découvrir John WRIGHT, un pianiste de jazz : Né dans le Kentucky, sa famille déménage très tôt à Chicago qui deviendra la ville de son cœur. Il se lance aussi assez tôt dans la musique, écumant les clubs locaux en y plaçant la ferveur du gospel de son enfance. Il s’y taille rapidement un nom et est repéré par le label Prestige, pas n’importe qui donc, qui l’envoie enregistrer dans les studios de Rudy VAN GELDER, toujours pas n’importe qui, à Hackensack. De cette collaboration sortira cinq albums entre 1960 et 1962, après quoi il se fit renvoyer du label, qui n’aimait pas trop son penchant pour l’eau qui rend bête. A partir de là il disparaît des studios jusqu’en 1994, date de sortie de son dernier album : manque de succès oblige, il a été obligé de se trouver un travail de bibliothécaire à la prison locale, ne jouant que de nuit. A t-il été malheureux pour autant ? Pas sûr, il était un acteur majeur de la scène jazz de Chicago, très investi auprès de sa ville même lorsque sa santé se dégrada et qu’il perdit la vue, peu avant son décès en 2017. Un journaliste local ayant eu la chance de le rencontrer pour un ultime entretien le décrit comme étant toujours très alerte, et cite l’exemple parlant d’un concert qu’il donna à ciel ouvert à l’occasion d’un festival alors qu’il venait de se remettre d’une longue chirurgie, et qu’il finit en pleurs devant l’accueil enthousiaste reçu.

Notre Merle s’est donc pris pour une pie et nous a ramené un joli bijou bien brillant. Si John Wright a mis le Soul dans South Side, ce n’est pas pour rien. Accompagné seulement de Walter McCANTS à la batterie et de Wendell ROBERTS à la basse, l’accent est mis sur son jeu de piano. Avec son toucher chaleureux Wright préfère avant tout l’émotion à la technicité, et l’on y ressent bien l’influence du gospel. Mais plutôt que l’église l’ensemble respire le petit club de connaisseurs amateurs de bon jazz, vous savez, le genre qu’on commence par écouter distraitement en arrière-fond et dont on finit par vouloir en entendre toujours plus ? Voilà exactement l’ambiance de l’album, au début on se dit que c’est du jazz pépère sans prise de tête mais dès que l’on commence à y prêter attention correctement on ne le lâche plus. L’ensemble est très homogène et s’écoute comme une seule et longue improvisation –en tout cas c’est comme cela que je le vois- mais il y a suffisamment de tours et de détours pour ne jamais s’ennuyer (le joli crescendo à la fin de « 47th and Calumet », l’introduction en sourdine de « La Salle St After Hours » …), ce qui me rappelle d’ailleurs, que, détail qui a son importance, tous les titres ont un nom qui fait référence à Chicago –si vous connaissez ces lieux, n’hésitez pas à venir dans les commentaires jouer les guides touristiques.

Relaxé et distingué à la fois, ce South Side Soul se révèle peu à peu au fur et à mesure des écoutes pour séduire de plus en plus l’auditeur. Une petite pépite Soul Jazz à laquelle je pourrais reprocher, si l’on m’obligeait à être tatillon, une certaine homogénéité qui fait qu’aucun morceau ne se détache véritablement du lot.

A lire aussi en JAZZ par DERWIJES :


Alice COLTRANE
Ptah, The El Daoud (1970)
Entre l'éveil et le rêve




Alice COLTRANE
Journey In Satchidananda (1970)
Something about alice coltrane


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



- John Wright (piano)
- Wendell Roberts (basse)
- Walter Mccants (batterie)


1. South Side Soul
2. 47th And Calumet
3. La Salle St After Hours
4. 63rd And Cottage Grove
5. 35th St Blues
6. Sin Corner
7. Amen Corner



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod