Recherche avancée       Liste groupes



      
POP/SYNTHPOP/DISCO  |  STUDIO

Commentaires (7)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


Dua LIPA - Future Nostalgia (2020)
Par WALTERSMOKE le 11 Mai 2020          Consultée 672 fois

La Fin de la Musique est une connerie infinie.

On les voit, ces mélomanes affirmant non seulement qu'on ne sait plus rien faire de bon au XXIe siècle, mais aussi qu'avec les limites de l'esprit humain couplées à celles de la gamme pentatonique (pour rester en Occident), la création s'arrêtera un jour. Ben voyons. Ce genre de pensée découle implicitement de l'opinion selon laquelle il faudrait absolument innover pour faire progresser la musique ; en filigrane apparaît également l'idée qu'une avancée est binaire : elle est totale ou nulle. Or, tout(e) mélomane devrait savoir que l'innovation n'est pas nécessairement fertile, et aussi que bien des idées n'ont toujours pas été approfondies, ou du moins pas autant qu'elles le permettent ; cela est vrai même si, dans l'hypothèse essentiellement fausse, on connaît par exemple tout du blues ou du krautrock.

Donc non, quand Dua LIPA sort un album qui ne réinvente rien du tout, il ne faut pas y voir un symptôme de la Fin de la Musique.

Je vais faire une confidence : Dua LIPA, c'était de base une chanteuse dont je me fichais. En fait, il s'agissait d'une énième chanteuse moderne, à la voix banale et interprète de deux-trois tubes éphémères et n'arrivant pas à capter mon attention. Oui mais voilà, en 2020, elle sort un second album, Future Nostalgia, qui provoque une grosse hype sur Rate your Music. Tiens donc, voilà qui rappelle quelques années plus tôt Carly Rae Jepsen dans un registre proche. Et ne nous mentons pas : la hype est assez justifiée, pour peu qu'on ne se la joue pas boomer.

Avec Future Nostalgia, Dua LIPA offre un album parvenant à synthétiser un esprit musical contemporain plutôt facile à cerner : la nostalgie. Ok, au vu du titre, c'était évident à comprendre. Pour détailler la chose, le style dans lequel s'engouffrent les différents compositeurs ici présents est un véritable melting-pot où, aux côtés de la pop la plus évidente, s'invitent une pincée de synthwave, un poil d'électro pop... et de sacrées grosses louches de disco et de funk. Rien de réellement prise de tête (on vous regarde les progueux), mais avec un avantage par rapport à trop de productions récentes : pas ou peu d'ironie si chère aux millenials, ce qui plomberait, même de manière ironique, un album festif et dansant. Chose qui est tout sauf incompatible avec la qualité – ou alors il faudrait jeter au feu tout le funk.

Dans les faits, Future Nostalgia est un album qui offre son content de tubes pas nécessairement destinés à marquer à tout jamais l'histoire de la musique, mais suffisamment appréciables pour durer un certain temps. C'est là l'attrait de la pop : faire plaisir au plus (de gens) avec le moins (d'ambition musicale) – et c'est bien plus difficile qu'on le croit. Et c'est là qu'on revient au début de la chronique : si rien ne pue l'originalité, ce n'est pas pour autant un signe de manque d'inspiration ou d'absence de qualité. Future Nostalgia joue réellement la carte de l'approfondissement des pistes lancées par ses ancêtres, tout en modernisant sa forme (la production) pour un résultat parvenant à toucher les plus jeunes oreilles, tout en intéressant les plus vieux. Concrètement, des chansons comme "Hallucinate" ou "Break my Heart" en sont des exemples parfaits.

L'album est très bon, inutile de fermer les yeux là-dessus, mais il s'agirait de le voir comme la première étape d'une piste musicale appelant à être encore plus explorée. Comprenez : il reste bourré de défauts. Dua LIPA en est le premier, soyons franc : si elle se fond avec bonheur dans la direction musicale de Future Nostalgia, sa voix reste plus ou moins banale, hélas. Autre défaut rédhibitoire, il s'agit, d'un point de vue global, de pop à chanteuse, aussi les instrumentations, en plus d'être reléguées au second plan, ne sont pas aussi bien travaillées qu'espéré – sauf pour "Love Again", et encore, c'est en partie une reprise. Par contre, carton rouge pour ceux qui crachent sur "Good in Bed" et "Boys will be boys" : non, les paroles ne sont pas affreuses, ou alors c'est que vous êtes faibles.

Future Nostalgia, au final, nous rappelle également la nécessité d'avoir plusieurs grilles de lecture musicale. Chercher à tout prix l'album qui nous transcendera est une belle quête, mais vaine face à un album « feel-good » qui ramène à l'idée primaire du plaisir comme quelque chose de simple et sans prise de tête. Sinon, il est alors facile de comprendre pourquoi on prône la Fin de la Musique tout comme certain(e)s idolâtrent les Marseillais fans de chloroquine : parce qu'on porte des oeillères.

Note réelle : 3,5/5

A lire aussi en POP par WALTERSMOKE :


ST. VINCENT
St. Vincent (2014)
De quoi bien démarrer l'année 2014.




Sara BAREILLES
Brave Enough : Live At The Variety Playhouse (2013)
Une voix, un piano, une guitare... et du talent !


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Dua Lipa (chant)
- Jeff Bhasker (synthés sur 1)
- Homer Steinweiss (batterie sur 1)
- Drew Jurecka (basse, violon, alto)
- Stuart Price (basse, guitare, claviers)
- Tom Barnes (basse, batterie)
- Ben Kohn (guitare sur 3)
- Pete Kelleher (synthés sur 3)
- Jason Evigan (batterie, claviers, synthés)
- Koz (basse, batterie, guitare, claviers)
- Russell Graham (claviers sur 5)
- Bosko Elecrospit Kante (talk box sur 6)
- Ian Kirkpatrick (guitare et choeurs sur 6)
- Sg Lewis (guitare et claviers sur 7)
- Ash Soan (percussions sur 8)
- Chad Smith (batterie sur 9)
- Andrew Watt (guitare, percussions et choeurs sur 9)
- Denzel Baptiste (basse et claviers sur 10)
- David Biral (clavier sur 10)
- Michel Lindgren (clavier sur 10)
- Dan Bingham (piano sur 11)
- Kamille (choeurs sur 3)
- Shakka (choeurs sur 3)
- Clarence Coffee Jr (choeurs sur 4, 5 et 8)
- Sara Hudso (choeurs sur 4 et 5)
- Todd Clark (choeurs sur 4, 5 et 11)
- Paul Phamous (choeurs sur 5)
- Julia Michaels (choeurs sur 6)
- Sophie Frances Cooke (choeurs sur 7)
- Alma Goodman (choeurs sur 8)
- Vanessa Luciano (choeurs sur 8)
- Melanie Fonata (choeurs sur 10)
- Taylor Upsahi (choeurs sur 10)
- Stagecoach Epsom Performing Arts Choir (choeurs sur 11)


1. Future Nostalgia
2. Don't Start Me Now
3. Cool
4. Physical
5. Levitating
6. Pretty Please
7. Hallucinate
8. Love Again
9. Break My Heart
10. Good In Bed
11. Boys Will Be Boys



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod