Recherche avancée       Liste groupes



      
STONER ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


The MARLBORO MEN - Who Says You Can't Get High At 95 Mph ? (2012)
Par NESTOR le 6 Juin 2020          Consultée 604 fois

A quoi, à qui ressemblent les THE MARLBORO MEN ? A cette question, James, le spécialiste des groupes obscurs qui ont fait un usage immodéré de substances illicites et de ce fait sont restés bloqués dans le début des années 70, est catégorique : "à personne, ils sont uniques !" Qui est donc ce groupe qui orne ses albums de pochettes aussi improbables que celle servant d’imagerie à "Who Says You Can’t Get High At 95 mph ?", leur second opus ?

Il s’agit du groupe du guitariste et compositeur Dave TALON qu’on peut retrouver dans les non moins obscurs POOR LITTLE THINGS et ROLLERBALL, et des RAMONES australiens que sont Jose Marlboro (basse) et Fernando Marlboro (batterie). Un trio de jeunes gens étranges pratiquant un Rock sale, mâtiné de Stoner et de Psychédélisme. Un Biker Rock comme ils le nomment, assaisonné d’imageries empruntées aux Western spaghettis et aux délires hallucinogènes les plus variés.

Et qui accouche en 2012 de son deuxième album, le plus intéressant à ce jour. Un disque instrumental dont le titre est un programme à lui seul : Who Says You Can’t Get High At 95 mph ? Le message est clair, nous ne sommes pas là en présence de musique pour premiers communiants ! De fait, il s’agit d’un album gorgé de sonorités lourdes, de Rock Stoner bien gras, de rythmiques pesantes et de guitares débridées qui vous emmènent au travers des paysages faits d’étendues de sables chauds et de vrombissements mécaniques.

Le groupe se montre habité par la passion, il multiplie les changements de rythmes et d’ambiances tout en œuvrant toujours aux confins du Hard Rock, du Blues et du psychédélisme. Les distorsions, les larsens font échos aux soli qui foisonnent tout au long des 9 titres (dont un Bonus). Mais il ne faut pas croire que les THE MARLBORO MEN ne sont que des bourrins dénués de toute finesse. Une de leurs qualités est de parvenir à se montrer très accessibles tout en pratiquant un genre manifestement rugueux et sauvage. Un titre de la trempe de "Victor’s Party", un des morceaux phare de l’album, privilégie des sonorités relativement claires et des mélodies rapidement mémorisables. Cela apporte une fraîcheur et une variété surprenantes à cet album, tant le style pratiqué pouvait laisser craindre un résultat plus monolithique et monotone.

Et c’est là que réside un autre des points forts du groupe : sa capacité à surprendre, à se montrer multiforme. Ainsi, les tempi peuvent être rapides et entraînants comme dans l’excellent "The Bells Of Taormina", ou bien plus lents et massifs comme dans "Escape From Ape City (part 1)". De plus, les compositions s'avérant bien construites, le plaisir d’écoute ne se dément jamais. Il en va ainsi de "Escape From Ape City (Part 2)" dont la basse rappelle l’introduction de "The Thing That Should Not Be" de METALLICA, bien que l'univers en soit assez éloigné.

Toutefois, et contrairement à ce que peut avancer le James, nous n’avons pas là affaire à un combo d’une originalité dingue. Ce n’est pas grave car rares sont les groupes qui parviennent à mettre une telle intensité et une telle efficacité dans un style ne se prêtant psr facilement à l’innovation. Et cet album se dévore sans retenue du début à la fin. Alors, si vous aimez les sons de guitares bien gras et les digressions musicales fleurant bon les années 70, jetez-vous sur cet opus gorgé de chaleur et de passion.

Et comme James n’est pas un gars cruel, il a tout de même consenti à vous conseiller quelques groupes officiant dans le même style. Alors, si vous avez succombé aux charmes de The MARLBORO MEN, vous pouvez jeter une oreille à HEAVY ROLLER, aux ACID MAMMOTH et surtout aux mythiques WHICKED LADY.

A lire aussi en ROCK PSYCHEDELIQUE par NESTOR :


WICKED LADY
Psychotic Overkill (1972)
Tout est dit dans le titre : Psychotic Overkill




WICKED LADY
The Axeman Cometh (1970)
60 minutes de wah-wah en enfer


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



- Jose Marlboro (basse)
- Fernando Marlboro (batterie, percussions)
- Dave Talon (guitares, basse, claviers)


1. Who Says You Can't Get High At 95mph
2. The Bells Of Taormina
3. Escape From Ape City (part 1)
4. Escape From Ape City (part 2)
5. Victor's Party
6. Saas Fee
7. Helvetian Sunset
8. Moonrake'n Blues
9. Almeria Mirage (bonus Track)



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod