Recherche avancée       Liste groupes



      
AMERICANA  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Janiva MAGNESS - Change In The Weather (2019)
Par LE KINGBEE le 17 Juin 2020          Consultée 283 fois

La native de Detroit se montre décidément très active en ce moment. Alors qu’elle vient d’écrire WeedsLike Us, un bouquin se situant entre l’autobiographie classique et un travail de mémoire et dans lequel elle revient sur ses années douloureuses : suicide intercalé de ses parents, passages dans des familles d’adoption, période SDF, addictions à de nombreuses substances interdites et j’en passe. Janiva MAGNESS sort de son pré carré avec Change In The Weather, titre des plus explicite. La chanteuse sort d’un certain confort en sortant de son domaine de prédilection, le Blues, en nous offrant ici un Tribute à John FOGERTY.

Pour son 15ème album, Janiva se lance donc dans cet exercice périlleux. Tentative hautement risquée surtout si l’auditeur s’avère être un fan invétéré du groupe repris, ou s’il pense qu’on ne peut rien apporter de positif aux chansons d’origine.

Avant de voir si MAGNESS se sort de ces embûches, rappelons que la chanteuse avait enregistré pour Fathead Records (son propre label) dès 1991, qu’elle est passée avec succès dans les mailles de Northernblues Records puis chez Alligator Records, label dont elle a fini par claquer la porte suite à des mésententes profondes avec Bruce Iglauer. Elle a depuis enregistré trois albums chez Blue Elan Records, label qui s’était déjà fait remarquer pour avoir publié Gina SICILIA et Rusty YOUNG. Alors que certains lui prédisaient des années sombres, elle rebondissait dès son départ du label chicagoan et se retrouvait nominée dans cinq catégories aux Blues Music Awards 2013. Deux ans plus tard, elle remportait un septième Blues Music Awards.

Le titre du disque indique clairement un changement d’orientation. Janiva reprend ici, à l’instar des mois de l’année ou des Apôtres, douze titres composés par John FOGERTY ou interprétés par CREDENCE CLEARWATER REVIVAL. La chanteuse revisite donc à travers des tubes mais aussi quelques inusités le répertoire de l’un des groupes américains parmi les plus influents musicalement. Pour lui prêter main forte, on retrouve ici un vieux complice en la personne du producteur multi instrumentiste Dave DARLING, présent derrière les consoles mais aussi à la guitare. L’ancien guitariste de BOXING GANDHIS, connu pour ses collaborations avec Brian SETZER, a fait appel à une solide équipe : le guitariste Zachary Thomas (ex Brian THOMS), présent lors de la venue de Janiva en Europe en 2018, le bassiste Gary DAVENPORT équipier depuis la période Alligator, le batteur Steve WILSON et l’organiste Arlan Oscar (ex John HIATT, Richie KOTZEN, Joe BONAMASSA, POINTER SISTERS) coéquipier de Janiva depuis huit ans.

Lors dune récente interview la chanteuse déclarait qu’elle avait toujours admiré le travail d’écriture de FOGERTY, et à l’étude des douze chansons, il ne fait guère de doute qu’elle connait les titres de l’ancien leader du CCR sur le bout des doigts. C’est une tracklist judicieuse que nous offre MAGNESS avec des tubes incontournables et une poignée de pièces plus rares issues de la carrière solo du chanteur guitariste. Elle écrème soigneusement la discographie et c’est « Green River » qui se taille une bonne part du gâteau avec pas moins de trois titres issus de la galette ; mais c’est du côté de la discographie du grand John qu’on retrouve le plus de titre, Wrote A Song For Everyone étant particulièrement à l’honneur avec quatre chansons.

En dehors d’un choix de reprises triées sur le volet, le choix a du être cornélien, et du vocal de Janiva c’est la qualité des arrangements et une orchestration novatrice qui sont les meilleurs atouts du disque. La chanteuse ne pousse jamais sur sa voix, les instruments semblent dérouler leur nappage avec une force naturelle impressionnante. D'entrée de jeu, "Change In The Weather" issu de Eye Of The Zombie tisse une trame presque religieuse tandis que la voix prend son envol de manière constante, à l’instar de nombreux spirituals. Afin de casser une ambiance que certains jugeront peut être trop minimaliste, deux invités viennent chanter sur deux pistes : le country man californien Sam MORROW tente de suivre la mélopée de Janiva sur "Lodi", le jeune gars a beau pousser fort, on a l’impression d’entendre un oisillon qui gonflerait son plumage pour un premier envol. Le second et dernier duo s’annonce bien plus consistant avec Taj MAHAL sur "Don’t You Wish It Was True", les timbres des deux protagonistes, bien qu’assez éloignés, permettent paradoxalement de créer une symbiose complice efficace. Le duo a du prendre beaucoup de plaisir sur cet inusité en provenance de Revival à tel point qu’on ne sait pas qui a eu le dernier mot.

"Have You Ever Seen The Rain" se retrouve comme cristallisé par la présence des chœurs, pour un peu on se croirait revenu cinquante ans en arrière au cœur de Muscle Shoals, dans les studios Fame. Janiva nous glisse ici une vraie tuerie de Deep Soul sans avoir l’air d’y toucher. Une version qui relègue à des années lumières les essais forcés et poussifs de Bonnie TYLER et Joan JETT ou la guimauve de Johnny CASH. Afin d’éviter toute grossièreté, on n’évoquera pas ici la reprise de BONEY M, là ça fâche ! On se retrouve comme immergé dans un océan d’une douceur parfois ambigüe sur "Someday Never Comes".
"Blueboy" nous oriente vers une atmosphère quasi religieuse, le dobro nous immerge dans une église délabrée du Sud alors que la voix plaintive nous ferait presque fondre. Un titre superbement revisité, alors que l’original se dégustait comme un Swamp imaginatif lorgnant sur Slim HARPO. Avec des morceaux comme ça… je file à l’église toutes les semaines. Le ton se durcit sur "Fortunate Son", unique titre issu de Willy And The Poor Boy. Là, Janiva semble furieuse, la colère monte et le texte est malheureusement toujours d’actualité : "Some folks are born made to wave the flag - And when the band plays "Hail to the chief"… It ain't me, it ain't me, I ain't no fortunate one, no …". On est bien loin de l’adaptation ratée et gueularde de Johnny HALLYDAY sous le nom de "Fils de Personne".

Autre titre issu de Green River, "Wrote A Song For Everyone" s’annonce comme un message plein d’espérance, malgré une orchestration très Americana, Janiva parvient à nous envoyer une plus grande puissance par rapport à l’interprétation de Mavis STAPLES. Le disque permet de découvrir ou redécouvrir des titres peu connus :"Deja vu(All Over Again)" issu de l’album du même nom évoquant l’absurdité des guerres, ou bien encore "A Hundred And Ten In The Shade", future reprise d’Hans THEESSINK. L’album se clôt sur "Lookin’ Out My Back Door", seule chanson en provenance de Cosmo’s Factory. Titre hautement métaphorique, ce standard orienté entre Americana et Bluegrass se révèle nettement plus intense, rien à voir avec la guimauve nashvilienne qu’en fit la chanteuse Jody MILLER.

Si Janiva MAGNESS ne se contente ici que de reprendre CREEDENCE et FOGERTY (quoi de plus normal pour un tribute) la qualité du chant, des arrangements soignés flirtant habilement entre Blues, Americana et Rock Pop tendance roots, une orchestration sobre mais allant à l’essentiel, une production sans surenchère et un choix pertinent au niveau du choix des reprises font de ce disque une agréable découverte. Reste à savoir ou ranger cet opus ? Par soucis de cohérence ce tribute sera classé dans le tiroir Blues, registre correspondant avec la discographie de la chanteuse. Note réelle 3,5..

A lire aussi en BLUES par LE KINGBEE :


LONESOME SUNDOWN
Been Gone Too Long (1977)
Un disque de référence!




FERNEST ARCENEAUX & THE THUNDE
Live + Well (1979)
La relève d'Amédée Ardoin et Clifton Chenier.


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Janiva Magness (chant)
- Sam Morrow (chant 2)
- Taj Mahal (chant 5)
- Dave Darling (guitare, chœurs)
- Zachary Ross (guitare, dobro, chœurs)
- Gary Davenport (basse)
- Steve Wilson (batterie, percussions)
- Arlan Oscar (claviers)
- Bernie Barlo (chœurs)


1. Change In The Weather
2. Lodi
3. Someday Never Comes
4. Wrote A Song For Everyone
5. Don’t You Wish It Was True
6. Have You Ever Seen The Rain
7. Bad Moon Rising
8. Blueboy
9. Fortunate Son
10. Deja Vu (all Over Again)
11. A Hundred And Ten In The Shade
12. Lookin’ Out My Back Door



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod