Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Tangerine Dream

LAPRE - Banzai (2020)
Par JOVIAL le 20 Juillet 2020          Consultée 166 fois

Après Auferstehung en 2018, Bureau B exhume avec Banzai les derniers restes de LAPRE. En effet, si sa production discographique s'achève en 1984, le duo berlinois a tout de même poursuivi sa carrière jusqu'en 1987 et, durant ces trois années, continué d'enregistrer. Période tout aussi riche pour Peter PREUß et Rudolf LANGER, encore très actifs à Berlin à l'époque, comme en témoigne la présence de "Banzai I" sur la compilation Berliner Elektroniknacht en 1987. À l'exception de ce morceau toutefois, leurs autres pistes regroupées sur ce second disque n'avaient jusqu'alors jamais fait l'objet d'une quelconque diffusion et sont donc absolument inédites.

Le style suit une évolution déjà remarquée sur Auferstehung, celle d'une musique au départ plutôt influencée par les longues plages cosmiques de l'école de Berlin et s'en allant par la suite flirter avec la synthpop. C'est encore plus flagrant sur Banzai qui rompt quasiment avec les rêveries abstraites d'Auferstehung. LAPRE propose alors des thèmes plus ludiques, de l'électro lumineuse et gaie, qui cependant ne succombe jamais à un phrasé trivial ou une tentation plus dance. Bien que les percussions électroniques assurent souvent la rythmique aux dépens de la batterie, le duo évite aussi de sonner trop synthétique. La signature sonore est évidemment datée aujourd'hui, mais pas autant que le pourrait être celle de bien des groupes de new-wave, voire de certains camarades allemands à la même époque, au hasard TANGERINE DREAM ou Klaus DINGER. Au contraire de ces derniers d'ailleurs, il y a aussi quelque chose de chaleureux dans cette musique, des couleurs chaudes qui ne débordent pas et convoquent des atmosphères souvent sereine et rayonnantes.

En ouverture, Banzai dévoile des morceaux plus énergiques ("Kuddel", "Banzai I") et même presque dansants ("Gomorrha"). La seconde moitié du disque se fait plus planante et évoque d'extasiants paysages exotiques, asiatiques peut-être. Entre électro-pop et ambient, Peter et Rudolft empruntent des chemins peu défrichés par la Berlin School. LAPRE reprenait en fait quasiment là où Froese et cie s'étaient justement arrêtés avec White Eagle et Hyperborea, et plus particulièrement avec l'excursion orientale de "Cinnamon Road", dont LAPRE retient très perceptiblement ici l'essence et la latitude.

Exception faite de la très poussive "Banzai II", cette nouvelle compilation est globalement de fort bonne facture et propose encore une fois une belle – mais maigre ! - alternative aux autres artistes cités plus haut. Drôle de sensation que de se dire que ces six pistes, uniquement jouées en live entre 1985 et 1987 à Berlin-Ouest, auraient pu totalement disparaître si quelque hardi disquaire-archéologue n'avait eu la bonne idée d'aller les déterrer. De quoi saluer, à nouveau, l'excellent travail du label Bureau B.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par JOVIAL :


TANGERINE DREAM
White Eagle (1982)
Aller simple pour l'espace

(+ 2 kros-express)



TRISTESSE CONTEMPORAINE
Tristesse Contemporaine (2012)
Belle réussite d'un atypique et mystérieux trio.


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



- - Peter Preuß (guitare/claviers/...)
- - Rudolf Langer (claviers/...)


1. Kuddel
2. Gomorrha
3. Banzai I
4. Zylo
5. Banzai Ii
6. Septer



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod