Recherche avancée       Liste groupes



      
BATCAVE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


NEVA - Fausse Conscience (1989)
Par RICHARD le 13 Novembre 2020          Consultée 210 fois

La logique dans le monde musical défie parfois les lois cartésiennes. On peut être en effet un artiste à la production famélique et néanmoins avoir une influence majeure sur sa scène. Prenez par exemple NEVA. Ce trio de Saint-Quentin qui s'est formé au début des années 80 s'est rapidement trouvé aspiré par la batcave naissante d'outre-Manche. NEVA, c'est seulement quelques cassettes ultraconfidentielles, des concerts intenses et par la suite, des rééditions heureuses de ses obscurs travaux. C'est bien peu en définitive, mais c'est largement suffisant pour que DAS ICH ou toute la scène néo-batcave française* s'y référent avec plaisir. Les Nordistes sans le savoir avaient en fait un tout petit problème. Pour notre frileux hexagone, en plus d'être sans concession et un brin délirants, ils étaient sans conteste en avance sur leur temps. Ce n'est pas grave. NEVA sera culte et deviendra un marqueur évident des mondes gothiques.

La source principale de ce statut envié mais qui n'aide pas nécessairement à payer les factures, c'est initialement Fausse Conscience, une cassette neuf titres sortie à la fin de l'année 1989. Dix ans plus tard, le feu label Darkside de Bourg-En-Bresse a la riche idée de le rééditer sous format CD avec en bonus "Personne" et "Le Clown". C'est toute une nouvelle génération bien plus large de corbeaux qui va dès lors goûter à cette batcave haute tenue et à l'excentricité angoissante de son leader Jacquy Bitch. La découverte de ce monde où la folie est maîtresse est littéralement déstabilisatrice pour tout dire. Même si le trio convoque VIRGIN PRUNES, SEX GANG CHILDREN ou ALIEN SEX FIEND les figures majeures anglaises du genre, l'univers à la fois macabre et farceur ainsi exposé ne semble définitivement appartenir qu'à lui. L'auditeur se prend sans aucun avertissement en plein visage des atmosphères totalement inconnues alors dans nos contrées. Comme le précise cette phrase sibylline du livret, "Nul n'est à l'abri de la lumière quand le ventre du monde respire pour ne plus jamais souffler".

En parlant des textes, voici l'une des originalités du combo: ses paroles. NEVA utilise en effet des mots piochés dans différentes langues qui une fois assemblés donnent cette étrange musicalité. On comprend sans comprendre. C'est leur fameux substitut de langage. Alors, lorsque c'est en français et avec une oreille aguerrie, on réussit ainsi à découvrir avec surprise que le «Pape est sexy en chaussettes noires» (le conclusif-convulsif et bouffe-curé "Le Clown"). Il faut dire que le trio dans une approche très Do It Yourself-punk a de la colère à revendre et il faut qu'elle sorte ! Ceci donne alors l'excellent et totalement étouffant "Irradié" où Bitch montre vocalement toute l'étendue de l'angoisse qui l'étreint. Les claviers assourdissants et la pulsation électronique incessante développent une sensation oppressante particulièrement réussie. NEVA fait de ses peurs et frustrations un moteur d'action. Le groupe sur le possédé et prunien "Tue Les" nous exhorte à réduire quelque peu notre entourage. Évidemment, c'est de la batcave, donc l'humour même noir est toujours tapit en embuscade. La Team premier degré n'a pas vraiment droit de cité dans cet univers.

Si parfois le trio est potache, et le peu de vidéos visibles sur la toile le confirme avec malice et parfois un peu de gêne, il n'en oublie pas pour autant de nous proposer des titres bétons qui sous leur aspect rêche laissent apparaître une véritable qualité mélodique. Dans cet esprit, je pense à l'accessibilité toute relative d'un "Pagan Love Song" ou d'un "Caucasian Walk" des PRUNES irlandais. Justement, l'introductif "Venise" est à ce titre parlant. A l'intraitable et obsédante boîte à rythme répondent une haletante guitare aux sonorités death-rock et des claviers pour le moins stridents. Un classique des soirées catacombes à l'image également de l'endiablé et dansant "Louchald" où une basse énorme et agressive vient conforter encore une fois les vocaux déments de Bitch. Cette volonté de ne pas rebuter juste pour le plaisir permet à NEVA de proposer "Couloir FC4" l'un de ses meilleurs titres où le chant quasi normal et le jeu de guitare conférent à l'ensemble une tonalité pop froide des plus attractives. Le travail effectué sur les claviers par Eric M et son compère Joël B est de nouveau à souligner tant il est également le son, l'identité du trio. Ces moments de relative accalmie offrent avec bonheur un temps salvateur pour reprendre son souffle car le tourbillon NEVA n'est pas sans laisser de trace.

Fausse Conscience est un parfait exemple de ce qu'est une batcave attractive et addictive. Si ces ambiances barrées demandent parfois une attention soutenue, il n'en demeure pas moins que cet album novateur conjugue avec bonheur folie malsaine, humour et sens de la dérision. Un must, selon l'expression consacrée.

* Les plus curieux pourront aller jeter une oreille par exemple à VIOLET STIGMATA, DEADCHOVSKY, THE CEMETARY GIRLZ ou autres SLEEPING CHILDREN.

A lire aussi en NEW-WAVE par RICHARD :


The CURE
Pornography (1982)
Culte de chez culte ? Pas nécessairement...

(+ 2 kros-express)



FRANK JUST FRANK
The Brutal Wave (2010)
Les CURE et les SMITHS sont dans un bateau...


Marquez et partagez





 
   RICHARD

 
  N/A



- Jacquy Bitch (chant,guitare,basse)
- Joël B (claviers)
- Eric M (claviers,programmation)


1. Venise
2. Louchald
3. Irradié
4. Couloir Fc4
5. Vision
6. Outrage
7. Tue-les
8. Erreur De Suicide
9. Nnn3
10. Personne
11. Le Clown



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod