Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  SINGLE

L' auteur
Acheter Ce Single
 


 

- Style + Membre : Karnataka, Chasing The Monsoon

ILLUMINAE - Blood On Your Hands (2020)
Par MARCO STIVELL le 5 Décembre 2020          Consultée 639 fois

Ian Jones, jamais à court d'idées ni de projets en compagnie d'une chanteuse, est en train de révéler au grand jour la nouvelle incarnation de sa musique, telle qu'on l'a connue depuis les débuts de KARNATAKA en 1998. Avec le départ de la rousse Hayley Griffiths en 2017, scellant donc l'activité du groupe pour quelques temps, ainsi que l'éclosion tant attendue du projet CHASING THE MONSOON en 2019 (excellent album No Ordinary World !) mais sans suite prévue, cela laisse en effet pas mal de place pour autre chose. Même si cela prend du temps, là encore.

Le bassiste gallois s'est rapproché cette fois d'une demoiselle blonde, Agnieszka Świta, d'origine polonaise et vivant à Londres, que certains connaissent déjà grâce à ses collaborations multiples avec Clive Nolan, maître claviériste du courant néo-progressif, avec qui elle a d'ailleurs monté un projet commun, CAAMORA (2005-2008). Elle a ainsi pu figurer comme premier rôle (Queen Ayesha) et chanteuse principale de She (2008), l'opéra-rock composé par Nolan, et ce dernier a joué sur l'album solo qu'elle a publié en 2014, nommé Sleepless.

Świta est donc la nouvelle incarnation féminine de la musique de Jones qui ne s'est jamais trompé sur la qualité, quand bien même cela ne dure que le temps d'un album entouré de concerts, comme c'est le cas depuis plus d'une décennie à présent. C'est sur elle que tous les regards se posent autant qu'elle captive les oreilles, détachée ou non du reste du groupe.

Groupe ? Duo en tout cas, idem pour une bonne part du travail de Świta avec Nolan, y compris en acoustique, mais duo bien entouré ! Car si l'album Dark Horizons est sur les rails depuis 2018, finalement annoncé pour février 2021, il promet des contributions de Luke Machin (du groupe metal-prog MASCHINE) aux guitares, mais aussi Craig Blundell (batteur pour Steven WILSON), Troy Donockley le sonneur-flûtiste qui n'a jamais raté une belle occasion, de IONA à NIGHTWISH. Sans oublier, excusez du peu, Steve HACKETT et John Helliwell (SUPERTRAMP) en personne ! Autant le dire : vivement le 12 février.

Et ce n'est pas ce single, "Blood on Your Hands", qui saurait refroidir l'ardeur fidèle envers cette musique mélangeant voix féminine splendide et son ample, mélodies fines héritées de la pop et de la musique celtique, aux arrangements prog, hard/metal. Le titre dure six minutes et des poussières, de quoi ajouter à la promesse réitérée de belles aventures. Cela commence avec une grosse nappe de cordes pour tout jeu de grands orgues en intro (bien que bassiste fondamental, notons que Jones s'y prête régulièrement), une attaque de chant directe sur lancée prog avec le son hard dont le style s'est paré depuis les années 90.

La mélodie plaintive s'impose avec force, adjointe à des paroles dures, luttant pour exister dans un décorum fantasy sombre tel que le montre le clip, au point de pousser la réverbération à fond et les parties de choeurs aussi. Ce qui est sûr, c'est qu'Agnieszka Świta (princesse gothique avec masque sur la vidéo de Chris Lavelle/LDi Studios), dont la voix n'a point besoin d'atteindre les cimes des chanteuses de metal symphonique, offre une digne suivante - moins aiguë – à Hayley Griffiths et se prête merveilleusement à l'univers musical que l'on connaît bien.

Le refrain surtout témoigne d'une écriture demeurée intacte. Ce ton épique, si bien défendu par Świta avec un caractère qui rappelle la première formule de KARNATAKA (1998-2004), ne peut que nous convaincre. Le clip, d'abord dans un château en proie aux éléments, ensuite dans un cimetière brumeux planté d'épées, semble bien s'imprégner du chant et des développements musicaux. Les choeurs comme les orchestrations font mouche : la batterie par ailleurs très groovy de Craig Bundell qui abat un travail formidable ; le solo de guitare de Luke Machin, sans trop faire usage de shred ; enfin les claviers, dont ce piano ternaire décalé sur le refrain. Détail léger qu'on a rarement si bien adulé, même dans le prog, depuis "Eleventh Earl of Mar" de GENESIS en 1977. Rendez-vous le 12/02 donc, pour la suite des aventures !

www.illuminae.net

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par MARCO STIVELL :


TWELFTH NIGHT
Fact And Fiction (1982)
Néo-prog et films d'horreur




Steve HACKETT
Out Of The Tunnel's Mouth (2009)
Toujours aussi génial...


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Agnieszka Świta (chant, choeurs)
- Ian Jones (basse, claviers, programmations, choeurs)
- Craig Bundell (batterie)
- Luke Machin (guitares)


1. Blood On Your Hands



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod