Recherche avancée       Liste groupes



      
SOUL  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 



MARTHA & THE VANDELLAS - Come And Get These Memories (2020)
Par LE KINGBEE le 27 Décembre 2020          Consultée 257 fois

Si vous aviez encore un doute sur l’importance du Fric en ce bas monde, ce digipack tombe à pic en guise de rappel à l’ordre. Alors que Martha Reeves et ses copines disposent d’une discographie se comptant sur les doigts des deux mains, on comptabilise aujourd’hui 48 compilations venant ainsi grossir une discographie qui n’en demandait pas tant. Les joies pour certaines maisons de disques de faire du pognon pour pas un rond et par la même occasion celles du Domaine Public.

Enfin cette compilation qui, au passage, en vaut bien d’autres et qui de surcroît reste attractive tant au niveau de sa présentation en trois volets que de son coût, va me permettre de tailler un petit costard à Berry Gordy, patron de la Motown.

Revenons brièvement sur le parcours de MARTHA & The VANDELLAS, l’un des Girls Group pionniers. Martha Reeves, fille d’un pasteur méthodiste et père de douze enfants, intègre la chorale de son paternel. Au lycée, elle suit des cours de musique classique, ce qui la démarque de toutes ses copines et concurrentes. Alors qu’elle est encore au bahut, elle chante brièvement au sein des Fascinations avant de rejoindre Annette Beard, Rosalynd Ashford et Gloria Williams au sein des Del-Phis. Les quatre copines parviennent même à mettre en boîte un single pour le label Check-Mate.
Afin de gagner sa vie, Martha tente sa chance à la Motown où elle est embauchée comme secrétaire auprès de Mickey Stevenson, directeur artistique du label. Martha est une fille super sympa, quand elle n’a plus de montagne de lettres à taper, elle endosse un rôle de choriste, fait du clap-hand pour donner un coup de main. Les choses auraient pu en rester là, mais lors d’une session d’enregistrement, Mary Wells boude et refuse d’enregistrer un titre et se fait porter pâle. Stevenson se retrouve comme un con avec une session sans personne à enregistrer. Martha présente sur les lieux propose instantanément ses services et fait appel à ses trois copines. Les filles enregistrent "I’ll Have To Let Him Go" qui sort en single sous la sous-marque Mel-O-Dy sous le nom des Vels, les Del-Phis étant encore sous contrat avec Check-Mate. Le disque ne connaît aucun succès mais permet aux quatre filles de se placer. Suite au départ de Gloria Williams, Martha rebaptise ses deux copines The VANDELLAS. La secrétaire n’est pas allé chercher bien loin pour trouver le nom, s’inspirant de Van Dyke Street, artère proche de leur quartier, et de Della Reese, leur idole.
Martha & The Vandellas se font les dents comme choristes pour Marvin GAYE, elles sont aux chœurs sur "Hitch Hike". Mais c’est leur collaboration avec le trident Holland /Dozier/Holland, un trio de jeunes compositeurs que tout le monde s’arrache bientôt, qui déclenche le premier coup de semonce avec "Come And Get These Memories" qui atteint la 29ème place des classements R&B. Brian et Eddie Holland et leur acolyte Lamont Dozier produisent les trois chanteuses et en août 63, "Heat Wave" rate le podium d’une place. Durant l’automne, le trio connaît un petit succès avec "Quicksand". S’ensuivent "Live Wire" en février et "In My Lonely Room" en avril, mais à l’instar des MARVELETTES, Martha et ses deux copines sont peu à peu éclipsées par les SUPREMES de Diana ROSS, Gordy ayant décidé de mettre presque tous ses œufs dans le même panier. Mais les Vandellas lancent un gros pavé dans la marre durant l’été 64 avec "Dancing In The Street", titre qui se classe sur la seconde marche du Hot 100 du Billboard et qui s’offre une entrée en fanfare en Europe, se classant 4ème chez les cousins rosbeef.

Oui mais comme souvent, toutes les belles histoires se terminent en eau de boudin. La Motown privilégie les SUPREMES, surtout depuis le carton de "Where Did Our Love Go" et surtout le trident Holland/Dozier/Holland s’occupent désormais de leurs rivales qui monopolisent toute l’attention de Berry Gordy. Le désir de fonder une famille pousse Annette Beard vers la sortie.Elle se voit remplacée par Betty Kelly en provenance des Velvettes. Martha et les Vandellas entretiennent leur popularité grâce à plusieurs titres classés dans les charts : "Nowhere To Run", "My Baby Loves", "I’m Ready For Love" jusqu’à "Jimmy Mack", titre issu d’une session antérieure figurant dans l’album "Watchout !".
En 1968, Martha Reeves, sérieusement mise sur la touche pour avoir contesté l’autorité de Gordy parvient tout de même à ce que le groupe s’appelle désormais, Martha Reeeves & The Vandellas, une petite victoire au goût amer, les succès du groupe faisant maintenant figure de peau de chagrin alors que les changements de line-up se multiplient. En 1972, Martha Reeves quitte la Motown pour rejoindre MCA avant d’enchaîner chez Fantasy, une période durant laquelle les échecs succédent aux déceptions. La reprise de "Dancing In The Street" en 1985 par BOWIE et Mike JAGGER permet à la chanteuse de gagner à la fois de la légitimité et une forte notoriété en Europe et plus particulièrement en Angleterre. Dix ans plus tard, Martha et ses copines font leur entrée au Rock & Roll Hall of Fame, ce qui contribue à maintenir la légende. Aujourd’hui, Martha se produit toujours dans le circuit rétro avec deux de ses frangines Delphine et Lois.

Cette compilation de 20 pistes (durée 52 minutes et des broutilles) reprend la totalité du premier disque, s’attribuant par la même occasion un nom identique. Trois faces proviennent de "Heat Wave" le second disque, deux autres sont piochées dans le troisième opus "Dance Party" alors que les trois derniers sont issus de la compil "Greatest Hits" éditée en 1966.
Quelques titres supplémentaires et une chronologie plus respectueuse ne nous semblaient pas être une affaire insurmontable, sachons nous satisfaire de ce qu’on nous offre et ne soyons pas trop exigeants en ces temps de crise.

La collaboration avec le fameux trident HDH est bien mise en valeur avec pas moins de neuf titres. Ces trois auteurs aux succès retentissants et copieux claquent la porte de la Motown fin 67, s’estimant mal rétribués. Pour l’anecdote Martha Reeves et Brian Holland connurent une brève love story quand Martha tapait encore le courrier. De ces neuf coopérations, on retient principalement "Come And Get These Memories" qui instaure toute les caractéristiques du son Motown du début des sixties. Si Fontanella Bass et Anna King s’attaquent au morceau, celui-ci fait aussi l’objet d’une reprise par les SUPREMES, une version supposée mettre en valeur le timbre de Diana ROSS mais qui nous paraît toutefois inférieure tant au niveau de la voix que de l’entrain. On conseille la version épurée de Laura Nyro. "A Love Like Yours (Don’t Come Knocking Everyday)" avec son intro d’orgue et ses touches de vibraphone s’annonce comme un prototype de la ballade Motown. La chanson fera le bonheur d’artistes assez inattendus (MANFRED MAN, Ike & Tina TURNER ou le curieux duo NILSSON & CHER). La belge Axelle Red chantera "Amoureuse de toi", une adaptation qui pour une fois tient la route.
Bien qu’intenses rivales, Diana et ses Supremes ne peuvent s’empêcher de reprendre "Heat Wave". Le titre pourrait encore passer sans rougir sur les ondes radio, il n’a pas pris une ride et s’oriente vers la festivité. Mais encore une fois on garde une préférence pour la version des Vandellas par rapport à celle des SUPREMES trop ralentie à notre goût et nettement moins entraînante. Accommodé à toutes les sauces, The WHO, Lynda Carter (l’ex-Wonder Woman), Linda Ronstadt ou Joan OSBORNE en délivrent de belles covers. A contrario, on évite celles de GAROU et de Phil COLLINS bouffies de surenchères. Martha Reeves reprendra le titre en compagnie de Human Nature, quartet Australien de Soul Doo-Wop. Si le groupe se montre à son aise sur des pièces au tempo rapide, il est comme un poisson dans l’eau sur "Jealous Lover", une ballade dans laquelle les harmonies des deux choristes sont un atout. Autre petite pépite avec le dynamique "Nowhere To Run", titre qui vient agrémenter la bande son du film "The Warriors" de Walter Hill via Arnold McCuller et qui fait le bonheur de GRAND FUNK RAILROAD, de Bonnie Pointer et des ISLEY BROTHERS. Chez nous, Annie Markan, une ancienne chanteuse des Glam’s future attachée de presse chez Carrère et Polygram avant de devenir secrétaire de SHEILA, comme quoi la musique mène à tout, transforme le titre en "Mon obsession me poursuit", titre largement dispensable. Préalablement enregistré par Mary Wells, "Old Love (Let’s Try It Again)" paraît à l’image de son titre bien vieillissant, tandis que "Live Wire" ⃰se déguste comme un appel à la danse.

Les pistes échappant à la triplette H/DH proposent quelques belles invitations au voyage. Le groupe booste « Moments To Remember) une soupe de Four Lads et s’attaque à "Can’t Get Used To Losing You", compo de la paire Pomus/ Mort Shuman, popularisée plus tard par les Andrews Sisters et Paul ANKA. Le trio reprend deux standards diamétralement opposés : "Hello Stranger"≠ immortalisé par Barbara Lewis, titre repris bien plus tard par les SUPREMES et "If I Had A Hammer", titre protestataire de Pete Seger et Lee Hayes. A l’instar de certains prêches, les répétitions des Vandellas en guise de réponses renforcent la dynamique des paroles et évitent de tomber dans une tournure Pop, comme notre bon Claude François.

Terminons ce panorama par "Dancing In The Street", titre qui allait se vendre à plus d’un million d’exemplaires et qui allait inonder les salles de danse du monde entier. Si les Vandellas ratent la 1ère place du Hot 100 d’un cheveu, à l’automne 64, cette œuvre tient du miracle, elle devait initialement être enregistrée par Kim Weston. Quelques années plus tard, lors des émeutes de Detroit, le titre servant d’appel aux manifestants edt utilisé lors de certaines marches en faveur des droits Civiques. Quelques années plus tard, interviewée par un journaliste anglais imbécile qui voulait la faire passer pour une dangereuse militante, Martha Reeves déclara que ce titre n’était rien d’autre au départ qu’une invitation à la danse. Le titre reviendra à l’assaut des ondes via les reprises des KINKS, de The Mamas & The Papas, avant que le duo Jagger/Bowie ne relance la machine en 85.

Cette compilation remet au goût du jour l’une des formations phares du label Motown. Il est aujourd’hui certain que Martha Reeves & The Vandellas auraient connu un plus grand succès si on les avait rattachées à des équipes d’auteurs compositeurs plus affirmés, au lieu de les avoir laissées sur une voie de garage. Une compilation chichement illustrée qui remet au goût du jour un groupe oublié. Rappelez-vous :"Calling out around the world - Are you ready for a brand new beat - Summer's here and the time is right - For dancing in the street".

⃰ Titre homonyme à ceux des Meters, d’ACDC et Mötley Crüe.
≠ Titre homonyme à celui de la Carter Family.

A lire aussi en SOUL par LE KINGBEE :


The JEWELL GOSPEL TRIO
Many Little Angels In The Band (2020)
Gospel girl group 50's




Naomi SHELTON & THE GOSPEL QUE
What Have You Done, My Brother? (2009)
Entre chant d'église et soul vintage. un must!


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Martha Reeves (chant)
- Rosalind Ashford (chant, choeurs)
- Annette Beard (chant, choeurs)
- Betty Kelly (choeurs 16)
- Robert White (guitare)
- Eddie Willis (guitare)
- James Jameson (basse)
- Joe Hunter (piano 1-2-3-4-5-6-7-8-11-14-15-18-19-20)
- Earl Van Dyke (orgue 1-2-3-4-5-6-7-8-11-14-15-16-18-19-20)
- Benny Benjamin (batterie)
- Marvin Gaye (batterie 13)
- Ivy Joe Hunter (percussions 16)
- Jack Ashford (vibraphone tambourin 9-10-12-17,percussions 13)
- Andrew Terry (saxophone 1-2-3-4-5-6-7-8-9-11-14-15-18-19-20)
- Henry Cosby (saxophone 13)
- Thomas Bowles (saxophone 13)
- Russ Conway (trompette 13)
- Herbert Williams (trompette 13)
- Paul Riser (trombone 13)
- George Bohannon (trombone 13)


1. Come And Get These Memories
2. Moments To Remember
3. This Is When I Need You Most
4. Tears On My Pillow
5. Can't Get Used To Losing You
6. A Love Like Yours
7. There He Is (at My Door)
8. My Baby Won't Come Back
9. Quicksand
10. Heat Wave
11. Jealous Lover
12. Hello Stranger
13. Dancing In The Street
14. I'll Have To Let Him Go
15. Give Him Up
16. Nowhere To Run
17. If I Had A Hammer
18. Old Love (let's Try It Again)
19. Live Wire
20. To Think You Would Hurt Me



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod