Recherche avancée       Liste groupes



      
FUSION POP JAZZ BLUES  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Katie Melua

Norah JONES - Pick Me Up Off The Floor (2020)
Par ERWIN le 28 Janvier 2021          Consultée 551 fois

Cette étonnante photo en noir et blanc introduit le septième opus de Miss Norah JONES. Mais oui, vous avez bien lu, c'est l'ex-jeunette ici représentée en femme fatale, sur les carreaux d'une salle de bains, comme surprise après quelques galipettes festives et qui affirme benoîtement "Mais relève moi donc gros" ou plutôt comme on disait à mon époque : "Cher ami, auriez-vous l'amabilité de m'aider à me relever" ? Un bon début à mon sens, qui la montre sous un jour mature et fondamentalement différent. J'avoue que son côté femme enfant surdoué avait tendance à me gonfler. Le label blue note continue d'appuyer la carrière déjà riche de la jeune femme, ce qui reste un gage évident de fiabilité.

Cinq singles précèdent la sortie de l'album, c'est beaucoup. On note un petit esprit countrysant sur "I'm Alive", avec quelques digressions jazzy, sympa sans plus. Il y a en revanche beaucoup d'influences qui transparaissent avec l'introductive et entêtante "How I Weep". Je l'admets bien volontiers, ce morceau m'est rentré dans la tête comme une balle de 45, profondément et durablement. Etrangement, l'atmosphère ici déployée rappelle les meilleurs instants de la carrière de la rouquine Tori AMOS et son piano atone. Voilà qui est franchement réussi et me perturbe au point de penser que je me suis toujours planté sur la fille de Ravi SHANKAR ? Le talent serait-il bel et bien là ?

La voix redevient enfantine sur "Tryin To Keep It Together", qui sonne telle une supplique, très douce et répétitive, peu probante pour être un single, un drôle de choix. Les jolis accords de piano du suivant "Were You Watching ?" nous transportent à nouveau en plein pré-carré de la rouquine de Caroline. Par ailleurs, Norah fait preuve de bon goût en signant un titre qui pourrait sortir du Bosendorfer de Tori AMOS. Le violon rappelle quand à lui carrément John MELLENCAMP. On nage au beau milieu des Etats-Unis ruraux ! Le piano reste maître de la situation sur "Flame Twin", une belle gratte distorsionnée se retrouve sur le refrain, on est quasi bluesy sur ce titre un brin crépusculaire, bien agréable. La vidéo est carrément tribale avec une Norah presque succubesque. Impressionnant tout ça !

C'est pourtant ailleurs que je pointe le meilleur titre de l'album. En effet, "Heaven Above" est une vraie petite merveille de candeur. La voix de Norah y est toute de naturel, j'ai envie de dire... de simplicité. Et cet aspect qui perdure tout du long de cet album le rend profondément attachant. Le piano magnifique enrobe tout ceci d'une ambiance éthérée quasi irréelle, le top ! A peine en deçà, "Heartbroken, Day After" nous fait entrer dans le domaine du smooth : quelques aspects jazzy sont de mise et l'ambiance se veut celle d'un club intimiste et détendu. Pas ramenard pour deux sous, ce titre est un exemple de réalisme, puisque Norah y utilise sa voix sans le moindre excès, presque de manière modeste. Le refrain pop ajoute un petit plus et nous permet d'entonner la chanson avec l'artiste. Bravo !

Et donc, comme toujours avec Norah, les influences s'entrechoquent un peu partout : ainsi quelques aspects trip hop sur la rythmique glacée de "Hurts To Be Alone", un hammond, mais le piano reste immuable dans une jolie féérie acoustique, et une vidéo maritime de fort bon aloi. Norah est devenue plus femme. "Stumble On My Way" est carrément laidback, un slow smooth de fort belle allure, une jolie production qui fait la part belle à des arrangements subtils. "This Life" est plus soul et impose beaucoup de coolitude avec ses choeurs légers. On se croirait à l'orée des seventies. "Say No More" est dans ce même trip qui assimile plusieurs genres musicaux dans un ensemble poppy jazz. Le piano y est cette fois cristallin. Enfin, nous sommes country/blues sur "To Live". L'orchestration reste sobre, toujours drivée par un piano tranquille, les cuivres se contentent d'y ronronner. On remarque à l'occasion un nombre élevé de titres évoquant la vie de manière touchante et sensible.

Bref, on ne s'y perd pas et l'ensemble a une sacrée bonne tête de vainqueur ! On m'y reprendra à pourfendre les "fils et filles de" ! Dans le cas de Norah, je dois avouer m'être laissé perturber par quelques éléments certes racoleurs, mais au final dénuées de réelle analyse critique. Et quand le chroniqueur se prend au jeu, il doit faire preuve de réalisme. C'est donc fait et voici une vraie bonne note pour un vrai bel album vivement conseillé à toutes les ménagères de moins de... "je ne sais plus combien" et qui fera merveille lors de vos soirées entres amis, ou tout simplement pour un tête à tête en compagnie d'une bon vin et de quelques bougies, l'époque s'y prête !

A lire aussi en POP par ERWIN :


Billy JOEL
Live At Shea (2011)
Fin de carrière




Robbie WILLIAMS
Escapology (2002)
Sans échappatoire.


Marquez et partagez







 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. How I Weep
2. Flame Twin
3. Hurts To Be Alone
4. Heartbroken, Day After
5. Say No More
6. This Life
7. To Live
8. I'm Alive
9. Were You Watching ?
10. Stumble On My Way
11. Heaven Above
12. Street Stranger
13. Tryin To Keep It Together



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod