Recherche avancée       Liste groupes



      
GRUNGE NOISE  |  DVD

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Ce DVD
 



Dave MARKEY - 1991: The Year Punk Broke (1992)
Par NOSFERATU le 10 Février 2021          Consultée 427 fois

Sorti en 92, en pleine tourmente grunge. Je me revois encore à l’époque dans une chambre de cité universitaire de 5m2, avec des potes, tous évidemment dans un état second, en train de mater cette VHS hautement inflammable. On devait être au moins trente dans cette chambre appartenant à une copine goth. Donc, un souvenir lointain, brumeux d’un documentaire plutôt chaotique.
Le réalisateur Dave Markey avait suivi la tournée européenne assez dingue dans des clubs miteux et des festivals boueux d’une durée de deux semaines du fleuron du rock alternatif de l’époque. Jugez plutôt : SONIC YOUTH, NIRVANA, DINOSAUR JR, BABES IN TOYLAND, RAMONES, GUMBALL. Mais on voit surtout les concerts de SONIC YOUTH et de leurs chouchous préférés, le trio désespéré de Kurt Cobain. Ces deux groupes phares étant alors en pleine ascension médiatique, surtout NIRVANA qui sortira durant l’automne 1991 l’emblématique Nevermind, entraînant le raz-de-marée que l’on sait dans un paysage musical où certains journaux musicaux (du moins en France) mettaient encore PHIL COLLINS en couverture.
L’esthétique de la vidéo se veut crue et viscérale, illustrant le côté souvent abrasif de la musique. Markey ayant tourné avec une caméra 8 mm à la main.
Pas mal de leaders de cette scène grunge au sens large du terme apparaissent en dehors des membres des groupes cités plus haut. On remarque la présence furtive d’un Mark Arm, le meneur en chef de MUDHONEY, avec ses sbires (Dan Peters, Matt Lukin), d’une Courtney Love sévissant alors dans HOLE, de BOB MOULD (SUGAR) et d’IGGY (que l’on voit très subrepticement derrière des lunettes noires, visiblement gêné par la caméra).
Les performances qui ressortent du lot sont bien sûr celles des deux groupes majeurs du film, SONIC YOUTH et NIRVANA.
SONIC YOUTH impressionne par les versions incendiaires de "Teenage Riot", "kool Thing" ou « "Dirty Boots". Sur "Schizophrenia", les membres de la confrérie "Arty-destroy" de la « grosse pomme » jouent comme si le VELVET avait adopté l’énergie du hardcore. Kim Gordon, la bassiste, est ici incroyablement sexy. Elle est aussi impressionnante quand elle chante d’une façon désespérée "Brother James". L’alternance d’images en noir et blanc et en couleurs fait ressortir l’aspect quasiment incohérent de "Teenage Riot". "Dirty Boots" prend toute son ampleur en live. Les racines no-wave du combo ressortent sur "I love Her All Time" avec ses débuts bien torturés. Un fan est ramassé sur une civière sur "kool Thing" précédé par l’introduction du monstrueux "Death Valley 69". Le gigantesque "Expressway to Yr Skull", à la touche diablement mélancolique, marqué par une montée éruptive de noise incandescente, clôt la vidéo.

Les gens de NIRVANA pas encore pris par les chaînes du succès nagent comme des poissons dans l’eau. On les sent à l’aise et leurs shows seront moins « je-m’en-foutistes » quand la gloire apparaîtra un peu après cette virée d’enfer, la pression pesant alors trop sur leurs frêles épaules de punk rockers. On est impressionné par la puissance de leur meilleur morceau, "Negative Creep", croisement orgiaque entre MOTORHEAD et HUSKER DU où l’on aperçoit le bassiste Kris Novoselik totalement survolté. La batterie est anéantie sur "School", rappelant la geste "Destroy" des WHO, ces grands ancêtres du boucan blanc. Ils électrisent la foule par leur nouveau titre, le fameux hit "Smells Like a Spirit" qui va casser dans quelques temps la baraque, paraissant sur scène bien plus déglingué que sur disque. Kurt se jette sur la batterie à la fin du désordonné "Endless Nameless" et joue de façon acoustique "Polly", exercice qu’il approfondira judicieusement par la suite.
Mais les performances de DINOSAUR JR ou de BABES IN TOYLAND valent évidemment le détour. Le « freak scene » de la bande du lymphatique Jay Mascis sonne comme du NEIL YOUNG post-hardcore. Durant "The Wagon" (sorte de HUSKER DU hypnotique), on ne voit pas le visage de Jay caché par sa longue tignasse pas encore blanche. Le look des « chipies » de BABES IN TOYLAND ferait passer celui de leurs grandes sœurs les SLITS pour celui de Vivien Leigh dans Autant en emporte le vent. La prestation à l’arrache de leur morceau "Dust Cake Boy" surprend les autres membres de cette tournée gentiment effrayante. Le show des RAMONES (avec un extrait de l’hymne "Commando") est cependant bien trop court et brouillon. Ainsi que celui de GUMBALL interprétant le noisy "Pre" dont on aperçoit un bref condensé avec des images fortement psychédéliiiiiiiques.
Ce « rockumentaire » un peu trop foutraque joue sur l’alternance shows et séquences « off stage » bien souvent bordéliques, dévoilant la mentalité de nos rockers alternos. Certainement pas « straight edge » comme certains ténors hardcore des années 80 à la MINOR THREAT (courant ayant bien influencé les activistes de cette tournée), mais ce n'est pas non plus le trip devenu ringard « sex, drugs and rock' n' roll » illustré par les frasques du moment des GUNS AND ROSES alors vus par ces mêmes acteurs comme des faussaires de la rébellion dite rock.
Mais des incartades, il y en a, se voulant expérimentales mais surtout complètement désinvoltes. Dès le générique, Moore, le chef de la jeunesse sonique, « rappe » un flow improvisé sur une voie ferrée, faisant danser sa compagne Kim Gordon et le blondinet kurt Cobain, le futur symbole « nirvanesque » de cette génération x. Dave Grohl, le batteur de NIRVANA s’amuse avec la nourriture d’un buffet avec Krist Novoselik, en mimant une scène porno (« ton jus me fait de l’effet » !). Moore se sert d’un « élixir » ressemblant au « caca de Bob Mould », interroge des fans sur les méfaits des maisons de disque capitalistes, se fout de la gueule des journalistes, venus les interviewer, chie. Kurt arrose de bière les membres de SONIC YOUTH. Kim maquille les gars de NIRVANA (influence lointaine du glitter rock « seventies » ?). A cette nouvelle vision, on ressent que tout ceci est un peu vain.

Ainsi, ce doc inégal (trop concentré sur les concerts de deux congrégations au dépend de leurs autres petits camarades de guérilla sonique ) démontre, à travers la geste de ces « freaks » hirsutes, la fin d’une époque contre culturelle inaugurée à la fin des sixties. A travers cette vidéo foutraque, le grunge a ainsi résumé les deux facettes primordiales du rock dur, le psychédélisme et le punk, les atmosphères merdiques allant avec. Concluons par la sentence définitive de Moore, principal protagoniste du film : « 1991, l’année où le punk apparaît enfin à la conscience de masse de la société globale ». Après, la révolte version « rock' n' roll » deviendra la norme spectaculaire de notre époque étouffante.

A lire aussi en PUNK-ROCK par NOSFERATU :


The DAMNED
Machine Gun Etiquette (1979)
Le captain déguisé en poussin




The LORDS OF THE NEW CHURCH
The Lords Of The New Church (1982)
Entrez dans une nouvelle église, oubliez daesh !


Marquez et partagez





 
   NOSFERATU

 
  N/A



- Mark Arm (mudhoney)
- Lori Barbero (babes in toyland)
- Kat Bjelland (babes in toyland)
- Nic Close
- Kurt Cobain (nirvana)
- Joe Cole
- Don Fleming (gumball)
- Kim Gordon (sonic youth)
- Dave Grohl (nirvana)
- Mike Johnson
- Dave Kendall
- Michelle Leon (babes in toyland)
- Courtney Love
- Matt Lukin (mudhoney)
- Dave Markey
- J. Mascis
- Craig Montgomery
- Thurston Moore (sonic youth)
- Bob Mould
- Murph
- Krist Novoselic (nirvana)
- Dan Peters (mudhoney)
- Dee Dee Ramone
- Joey Ramone
- Johnny Ramone
- Marky Ramone
- Lee Ranaldo (sonic youth)
- Susanne Sasic
- Steve Shelley (sonic youth)
- Jay Spiegel
- Peter Vanderbilde
- Eric Vermillion (gumball)


1. Sonic Youth :
2. Schizophrenia
3. Brother James
4. Teen Age Riot
5. Dirty Boots
6. I Love Her All The Time
7. Mote
8. Kool Thing
9. Expressway To Yr Skull
10. White Kross
11. Orange Rolls/angel's Spit
12. Nirvana :
13. Negative Creep
14. School
15. Endless, Nameless
16. Smells Like Teen Spirit
17. Polly
18. In Bloom
19. Dinosaur Jr :
20. Freak Scene
21. The Wagon
22. Babes In Toyland :
23. Dust Cake Boy
24. Gumball :
25. Pre
26. The Ramones :
27. Commando



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod