Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


Ava MAX - Heaven And Hell (2020)
Par MARCO STIVELL le 3 Mars 2021          Consultée 366 fois

Ava MAX est la nouvelle LADY GAGA. Ce n'est pas votre serviteur qui le dit, un modeste amateur de musique, mais plein de journalistes de profession, éminents.

C'est là où l'on voit qu'une telle comparaison échauffe moins les esprits que d'autres. Si la référence avait été une grande chanteuse de blues, de jazz, folk ou autre, cela aurait été risqué. Avec LADY GAGA, ça passe ; après tout, celle-ci était, dès le départ, une "nouvelle MADONNA". Meilleure part certains aspects - notamment comme musicienne, puisque Louise Ciccone ne chante réellement bien que sur une poignée d'albums -, mais aussi pleine de potentiel créatif, hélas trop altéré par les dérives de la pop du XXIème siècle, victime de sons mal choisis ou d'éléments extra-musicaux comme le visuel, l'attitude…

Ava MAX a aussi sa part là-dedans. Née Amanda Ava Koci en 1994, fille de famille albanaise immigrée aux Etats-Unis, ayant connu des années de scolarité secondaire difficiles (harcèlement, etc), elle est aujourd'hui particulièrement sensible à certains thèmes comme la place de la femme dans la société, et en nourrit ses paroles. De ce côté, elle est loin d'être seule, et c'est aussi le cas dans ses choix de clips choc ou osés, de tenues affriolantes…

De prime abord et avec un tel descriptif, que l'on se sente concerné ou non, il n'y a objectivement pas de quoi placer Ava MAX à part des chanteuses pop actuelles. Seulement voilà, il reste la musique, la base, le plus important, celle dont on ne parle jamais ou si peu sérieusement aux NRJ Awards et autres Victoires de la Musique, un comble, tant on revient toujours si facilement aux éléments susmentionnés : attitudes, discours socio-politiques…

Celle de la chanteuse américaine est souvent décrite comme légère, presque frivole. Elle a d'abord conquis le grand public avec des singles à succès depuis 2018 comme "Sweet But Psycho" (sur un autre thème sensible : les maladies mentales), puis "So Am I" et "Kings & Queens", pour ceux qui ont le mieux marché. C'est ce dernier qui a attiré mon attention, avec une mélodie certes modeste mais efficace, aux accents Europe de l'Est plutôt surprenants dans une telle musique de nos jours, une voix trafiquée en studio mais qui s'écoute mieux que d'autres, et aussi un "solo" de guitares électriques jumelles !

Voilà l'intérêt de la chose, la réussite première de la formule, à travers cet album Heaven and Hell, publié par la major Atlantic en septembre 2020. Ava MAX fait comme les autres, mais mieux que les autres, même LADY GAGA. Là où celle-ci peut abuser de tics dérangeants (comme cela a encore été le cas sur son dernier album en date, Chromatica), MAX ne les évite pas toujours, mais rend tout ou presque nettement plus agréable, d'un point de vue chant d'abord avec de la finesse, au-delà d'une production chargée par moments.

Bien sûr, Auto-Tune sur les montées vocales pourtant superbes de "My Head & My Heart" n'était pas nécessaire, mais même le trop est bien dosé et s'efface par rapport à de bons arrangements. Cordes, synthés groovy, fond de mellotron ; pour de l'eurodance, c'est plutôt classe ! Ce titre avec ses "lalalala" inaugure une série de refrains en onomatopées, faciles, mais en matière de pop et d'immédiateté, difficile de trouver à redire.

Heaven and Hell déroule ensuite ses titres d'inspiration soft ("Naked"), reggae-pop ("Who's Laughing Now?"), disco ("OMG What's Happening", basse et percussions en avant, voix de tête), r'n'b ("Take You to Hell" qui flirte lui aussi avec l'Europe orientale, "H.E.A.V.E.N."), bubblegum ("Torn"), tous aussi bons les uns que les autres. Les paroles, parfois au vitriol, sont empreintes de féminisme ; pour un album à la fois engagé et calibré, force est de reconnaître que qualité et équilibre sont au rendez-vous.

La production - tout comme les crédits de composition des chansons, frôlant la démesure -, gérée par divers mains dont RedOne (puisqu'on parlait de GAGA à ses débuts) et Shellback (Taylor SWIFT…) sonne plus années 80 que 2010/20. Elle fait intervenir pas mal de claviers comme le Yamaha DX7, marque d'époque mais qui, fait magique, trouve meilleure place ici que sur certaines réalisations d'alors. Des titres comme "H.E.A.V.E.N." ou le très synthpop "Born to the Night" sont pétris de bonnes ambiances, même si la réussite est en grande partie échue à une chanteuse très convaincante. Même sur certains efforts r'n'b, Ava MAX ne force pas la dose rap, et ça non plus, ce n'est pas très NRJ/Victoires machin, ouf, merci bien !

Musicalement, avec une écoute attentive, on peut s'y retrouver, même si on espère que ce n'est pas l'affaire d'un seul album, que les futurs auront eux aussi leur lots d'idées sympathiques et originales, de quoi se démarquer. En outre, la dernière partie baisse un peu la qualité globale avec un "So Am I" entêtant il est vrai, mais qui à l'instar des deux ou trois autres qui l'entourent, n'ont pas l'éclat d'un "Kings & Queens".

Note réelle : 3,5

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


MERMAID KISS
Salt On Skin (2006)
Un baiser salé comme on aimerait en avoir plus...




Elton JOHN
Empty Sky (1969)
Premier album d'elton


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. My Head & My Heart
2. H.e.a.v.e.n.
3. Kings & Queens
4. Naked
5. Tattoo
6. Omg What's Happening
7. Call Me Tonight
8. Born To The Night
9. Torn
10. Take You To Hell
11. Who's Laughing Now
12. Belladonna
13. Rumors
14. So Am I
15. Salt
16. Sweet But Psycho



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod