Recherche avancée       Liste groupes



      
SOUL-RHYTHM\'N\'BLUES  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Judas Priest, MÖtley CrÜe, Biters
- Membre : Ace Frehley
- Style + Membre : Black Sabbath
 

 Site Officiel (332)

KISS - Peter Criss (1978)
Par MARCO STIVELL le 18 Juin 2016          Consultée 773 fois

1978 est l'année de non-retour pour KISS, au sens propre comme au figuré : ils n'iront plus aussi loin dans leurs excès (le film !) et ils ne tournent pas afin de s'occuper de leurs albums en solo. S'ils s'étaient mieux entendus, c'eût été tellement sympa qu'ils eussent formé un backing-band/groupe accompagnateur pour chaque oeuvre respective, avec la discrétion nécessaire quand ce n'était pas le leur... Suis-je le seul au monde à le penser ?

Parmi les quatre membres, Peter CRISS est le seul qui aurait pu partager cet avis, lui qui dédie son album à Ace, Paul et Gene, ses camarades qu'il voit comme des amis. C'est d'autant plus fort quand on connait la suite de l'histoire, les addictions de l'Homme-Chat, qui rimeront avec éviction...

J'adore Peter CRISS. C'est un bon gars, un type gentil, un romantique dont le seul malheur, d'un point de vue personnalité, est d'être fragile, guère confiant, carrément dépressif selon les moments. De quoi agacer le Démon SIMMONS, son antithèse... Sur le plan musical, il s'attire les foudres de nombreux fans, à cause de "Beth" (une chanson que les bêtes agitées du rock ne peuvent pas comprendre, sauf exception !) et d'un jeu de batterie soi-disant nul. Soi-disant...

Le fait est que CRISS n'est pas "in the mood", il n'a pas le profil du batteur rock par excellence. Et pour cause, il s'est formé sur du rhythm'n'blues, de la soul/Motown. Ce qui ne l'a pas empêché de rencontrer Leslie WEST avec qui il aurait pu fonder MOUNTAIN, ou de fournir à KISS une couleur toute particulière et géniale, sans vouloir rien enlever aux qualités d'un batteur comme Eric Carr.

Ce préambule tend aussi à expliquer l'insuccès de Peter Criss, l'album, commercial mais avant tout critique. Peter CRISS, c'est un peu Phil COLLINS version KISS. Ses penchants pop et soul ne peuvent être tolérables aux yeux d'un public aimant le cuir, la sueur, les guitares grasses et la science-fiction. La raison est toute trouvée pour descendre ce disque en flèche, alors que si on adhère à ce style, meilleures sont les chances de le reconnaître tel qu'il est : très bon.

Le parallèle avec le batteur de GENESIS se poursuit du côté vocal, CRISS méritait vraiment d'être poussé en avant. On connait sa voix, elle conduit deux chef-d'oeuvre, "Black Diamond" et "Hard Luck Woman", on l'a largement entendue sur "Beth", ballade eltonjohnienne... L'Homme-Chat pourrait passer pour le meilleur chanteur de KISS en fait, ayant la capacité de réunir les trois timbres de ses camarades en un seul : la clarté de Gene SIMMONS, un grain comparable à celui d'Ace FREHLEY et une puissance qui lui permet de concurrencer Paul STANLEY.

Son album solo est enregistré sous la houlette du producteur Vincent "Vini" Poncia, qui a travaillé avec Ringo STARR et de nombreux artistes soul et pop. Depuis Giorgio MORODER, on sait qu'il faut se méfier des Italiens ! Ils peuvent être très efficaces... Cela participe aux mauvaises considérations de l'album, sachant que Poncia aide KISS à devenir stars du disco l'année suivante.

Pour l'heure, l'album Peter Criss navigue donc lui-même sur les grands terrains orientés "black music". De la reprise du "Tossin' and Turnin'" de Bobby LEWIS avec solo de sax et choeurs soul 60's, à la ballade soft "Don't You Let Me Down" sur fond de piano Fender Rhodes en passant le rugueux "Hooked on Rock'n'Roll", CRISS dévoile ses goûts et l'étendue de son talent vocal, en ayant recours à de talentueux musiciens. D'ailleurs, le soliste du dernier morceau cité s'appelle Steve LUKATHER...

On retrouve l'aspect "gros moyens" en termes d'effectifs que Gene SIMMONS a employé de son côté, mais en plus adapté. Il y a beaucoup de cuivres, de choeurs féminins, ou de cordes comme sur le très beau "Can't Stop the Rain", proposé par Sean Delaney, "le 5ème membre de KISS". Le reste, CRISS l'écrit avec Stan Penridge et c'est excellent, avec une mention spéciale pour le blues-funk "That's the Kind of Sugar Papa Likes" (re-Luke), et les moments folk de "Kiss the Girl Goodbye" ou "Easy Thing", développé ensuite. Le disco "You Matter to Me", avec lick de synthé par Bill Cuomo, ne pouvait venir que de Vini Poncia. Et ça marche...

La basse de Neil Jason, les quelques interventions du guitariste Elliot Randall font mouche dans ce disque mené tambour battant par l'Homme-Chat derrière ses fûts, même si Allan Schwartzberg prend le relais pour toute la seconde face (et, par la suite, pour le prochain album de KISS). Bref, beaucoup, beaucoup de bonnes choses dans ce disque plus que sympathique et sans prétention. En tout cas, pas celle de viser un public rock. Vive l'Homme-Chat ! Viva Peter Criscuola !

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


POLARSUN
Fine Music (for Ladies And Gentlemen) (2014)
Pop 60's-90's




BABET
Piano Monstre (2010)
Pop surréaliste et enfantine


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Peter Criss (chant, batterie, percussions)
- Allan Schwartzberg (batterie)
- Bill Bodine, Neil Jason (basse)
- Stan Penridge (guitares)
- Art Munson, Elliot Randall (guitares)
- John Tropea, Brendan Harkin (guitares)
- Steve Lukather (guitare solo sur 5 et 9)
- Bill Cuomo, Richard Gerstein (claviers)
- Vini Poncia (choeurs)
- The Faraghers (choeurs)
- Maxine Dixon, Maxine Willard, Julia Till (choeurs)
- Tom Saviano (arrangements des cuivres)
- Michael Carnahan (saxophones ténor et baryton)


1. I'm Gonna Love You
2. You Matter To Me
3. Tossin' And Turnin'
4. Don't You Let Me Down
5. That's The Kind Of Sugar Papa Likes
6. Easy Thing
7. Rock Me, Baby
8. Kiss The Girl Goodbye
9. Hooked On Rock 'n' Roll
10. I Can't Stop The Rain



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod