Recherche avancée       Liste groupes



      
SHOEGAZE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

1994 Orange

ORANGE - Orange (1994)
Par RICHARD le 31 Mars 2021          Consultée 130 fois

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais parfois, il y a des jours où vous vous décidez à réécouter une grande partie des disques de vos années lycée. Ce coup d’œil dans le rétro à souvenirs vous fait indubitablement revivre ces moments généralement synonymes de pleine insouciance. C'est à la fois agréable et paradoxalement douloureux aussi un peu car ce temps est définitivement révolu. La roue tourne inexorablement, c'est ainsi. Lorsque vous étiez né en 1977 et déjà naturellement porté vers une douce introspection, le shoegaze ne pouvait que vous ouvrir en grand ses bras. Cocon d'éther agité par des zébrures électriques, son monde était un parfait refuge pour rêver, accueillir vos simples émotions d'ado boutonneux ou pas. ORANGE fut donc l'une de ces évasions musicales.

ORANGE, c'est l'archétype des groupes indie qui pullulaient en 1994. Un line-up totalement instable, des démos, quelques concerts et un seul album*, mais quel album ! L'élément central est à l'évidence sa chanteuse, Sonya Waters, une Néo-Zélandaise qui, après Londres, décida de vivre à San Francisco. Sa voix est à elle seule un véritable instrument capable en une nano-seconde de vous donner la chaire de poule. ORANGE, ce sont des notes qui s'envolent, légères comme des bulles, virevoltant au gré des vocalises de la merveilleuse Waters. Fan de COCTEAU TWINS (ce ne sera pas anodin), elle rencontre au début des années 90 un guitariste local, Michael Papenburg, et voici le noyau dur constitué. L'album sort rapidement, noyé dans l’ébullition de ces très riches années.

Ce qui frappe instantanément à l'écoute de ces neuf titres, c'est la puissance émotionnelle qui se dégage de la voix de l'Américaine d'adoption. Pour les plus paresseux, elle rappelle forcément un peu celle de Liz Fraser et encore plus celle d'Alison Shaw des CRANES. Elle se fait tour à tour angélique, mutine, sensuelle. La liste pourrait être d'ailleurs plutôt longue. L'introductif "Seahorse" montre toute la capacité du groupe à tisser des ambiances lumineuses. Ses guitares très LUSH s'allient aux envolées de qui vous savez. Comme il est le plus souvent d'usage dans le genre, les morceaux lents et plus rythmés alternent, mais ici, c'est fluide. L'instant le plus emblématique et émouvant est sans conteste le superbe "Feijoa" où l'auditeur flotte littéralement dans les airs, délicatement soutenu par de cristallins arpèges et des mots nourris par un langage imaginaire. Frissons assurés.

L'esprit grincheux qui cherche en vain une faille pourrait, satisfait, la trouver peut-être sur le monotone "Hindenburg" où cette fois-ci Waters crispe littéralement par ces soubresauts. Pour le reste, et c'est tant mieux, ORANGE ne connaît aucune baisse de régime. Le groupe expose alors dans une veine pop irrésistible des titres directs à l'image de "Starwheel" ou "Swim" qui, avec leurs guitares tournoyantes, ne donnent qu'envie tout bonnement de tapoter légèrement du pied, je vous rassure. Le combo n'en oublie pas pour autant le cœur de cible de ce style : les grands sensibles, les timides au pull informe. Le tempo se fait alors plus lent. On se retrouve bercé par des notes aquatiques ("Daisy") ou tout simplement heureux avec la tête dans les nuages grâce au COCTEAU TWINS dans l'âme "Heather".

Le temps a tendance parfois à changer la perception des choses. Ici, ce n'est pas le cas. Plus de 25 ans après sa sortie, cet album est une réussite totale. La pop céleste au service des émotions. "Merci Maman de ne pas me déranger pour aller manger, j'écoute ORANGE".

*L'album original étant totalement introuvable, on peut heureusement l'écouter avec 4 autres morceaux (dont "Gigantic" une reprise des PIXIES) sur The Complete Recordings sorti il y a tout juste 5 ans sur le label texan Saint Marie Records.

A lire aussi en POP par RICHARD :


ALINE
La Vie Electrique (2015)
Pop marseillaise quatre étoiles




The MARY ONETTES
Hit The Waves (2013)
Pop suédoise qui évolue enfin...un peu.


Marquez et partagez





 
   RICHARD

 
  N/A



- Sonya Waters (chant,guitare)
- Michael Papenburg (guitare,effets)
- Heidi Vincent (basse)
- Mike Burns (batterie)


1. Seahorse
2. Starwheel
3. Hindenburg
4. Feijoa
5. Swim
6. Heather
7. Daisy
8. Blue Budd
9. Against Nature



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod