Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD BLUES  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

2021 Smith/kotzen
 

- Membre : Richie Kotzen , Iron Maiden

SMITH/KOTZEN - Smith/kotzen (2021)
Par JASPER LEE POP le 6 Mai 2021          Consultée 1025 fois

Le prolifique Richie KOTZEN venait à peine de sortir un triple CD contenant cinquante chansons pour souffler ses cinquante bougies qu’il annonçait déjà avoir bouclé l’enregistrement d’un projet en collaboration avec un musicien mystère. Ceux qui le suivent sur les réseaux avaient vite identifié Adrian SMITH, le guitariste d’URCHIN. Hein ? Oui et accessoirement aussi d’un petit groupe prometteur du nom d’IRON MAIDEN.

La Vierge de fer est un des premiers groupes qu’a vu en concert KOTZEN gamin et treize ans séparent les deux hommes qui ont pris l’habitude de jammer ensemble depuis quelques années lors de fêtes de réveillon à Los Angeles et dont les compagnes sont bonnes copines. Bref, l’idée de faire quelque chose ensemble s’est imposé naturellement et c’est lors d’un séjour dans les îles Turquoises que l’album né de cette collaboration a été enregistré, autant lier l’utile à l’agréable.

On pouvait redouter le concours de bites devant un projet rassemblant deux guitaristes estampillés Heavy/Hard-rock mais les larrons ont suffisamment de bouteille pour éviter de tomber dans cet écueil. Attention, de la guitare, il y en a tout de même à foison avec des solos* principaux en deux parties (typiquement, SMITH qui commence avec son jeu mélodique et KOTZEN qui suit en contraste avec un jeu plus véloce et explosion finale de shrapnels**) auxquels il faut souvent ajouter des solos de fade out parfois longs ("You Don’t Know Me") mais tout ça est fait avec intelligence et sans esprit de compétition. L’accent est mis sur la composition et les morceaux oscillent entre une veine moderne proche de ce que produit KOTZEN en solo ("Taking My Chances" avec ses plans jazz fusion habituels, « You Don’t Know Me", "Some People", "I Wanna Stay") et une tendance plus vintage Hard-blues 70’s (superbe "Scars" à la Robin TROWER, "Glory Road" et ses intonations Texanes ou le dynamique "Solar Fire" qui rappelle d’autant mieux Pat TRAVERS que c’est son ex-frappeur Nicko McBrain qui propulse par fichier interposé le morceau avec son légendaire pied droit).

L’association vocale des deux musiciens fonctionne au poil. SMITH a toujours eu des capacités vocales limitées mais je gardais un bon souvenir de sa prestation rafraîchissante sur "Reach Out", une face B de MAIDEN qui contrastait avec la grandiloquence de Dickinson. Son projet ASAP m’avait moins emballé. Avec l’âge, sa voix est tombée dans les graves et a acquis une patine bluesy qui lui sied bien. Il peut compter sur KOTZEN avec sa tessiture plus large pour donner davantage d’ampleur aux refrains. Celui-ci impressionne à nouveau avec une coloration pourpre intense édition Mark III alternant Glenn Hugues (une de ces grosses influences vocales) et David Coverdale (pré-mini vague 87 donc).

S’il y avait un reproche à faire à l’album, ce serait du côté du son des guitares en rythmique qui manque cruellement de définition et de chaleur (Ont-ils seulement branché les grattes dans des amplis sous le soleil des Turks and Caicos et pas juste dans un ordinateur?). On ne distingue pas les deux guitaristes et les fills (les petites guirlandes lead pour articuler les différentes parties d’un morceau) sautent trop à l’oreille. Faut-il s’en prendre une fois de plus à Kevin Shirley qui signe le mixage ? Appelez le standard et laissez votre avis.

Belle collaboration donc que les deux protagonistes voulaient initialement défendre sur scène. Mais le pourront-ils quand les concerts seront à nouveau possibles et que le planning de leurs autres activités reprendra le pas sur cet intermède bien sympathique ? Rien n’est moins sûr.


* Un solo, des solos. Rejoignez avec moi le MLCPI, le Mouvement de Lutte Contre (ceux qui se la jouent avec) les Pluriels Italiens. Je commande des pizzas moi, pas des pizze.
** Référence inside.

A lire aussi en HARD ROCK par JASPER LEE POP :


LIVING COLOUR
Time's Up (1990)
Tu l'entends, la caisse claire?




LIVING COLOUR
Vivid (1988)
Vivifiant.


Marquez et partagez





 
   JASPER LEE POP

 
  N/A



- Adrian Smith (guitare, basse, chant)
- Richie Kotzen (guitare, basse, batterie, chant)
- Nicko Mcbrain (batterie)
- Tal Bergman (batterie)


1. Taking My Chances
2. Running
3. Scars
4. Some People
5. Glory Road
6. Solar Fire
7. You Don't Know Me
8. I Wanna Stay
9. 'till Tomorrow



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod