Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  TRIBUTE

L' auteur
Acheter Cet Album
 



STRANGE AS ANGELS - Strange As Angels (2021)
Par RICHARD le 4 Septembre 2021          Consultée 240 fois

Si l'influence des CURE dans le monde musical, et pas que dans celui-ci d'ailleurs, est indéniable, les reprises de leurs morceaux effectuées par leurs collègues se font objectivement plutôt rares et ne brillent pas non plus particulièrement par leur qualité. Les plus connues demeurent à ce jour sans doute celles d'ADELE, DINOSAUR JR, SMASHING PUMPKINS ou M. Pour le reste, subsistent d'obscurs albums Tribute* qui permettent à d'obscurs groupes d'espérer se faire connaître au-delà du cercle familial et quelques autres groupes hommage passionnés qui jouent l'intégralité du répertoire du combo de Crawley un week-end par mois dans un bar local. Au final, cela fait peu de relectures vraiment originales et intéressantes.

Aussi, lorsque Marc Collin informa progressivement son petit monde qu'il allait proposer un disque composé uniquement de reprises des CURE, le curieux pouvait être légitimement aux aguets. En effet, à travers son projet NOUVELLE VAGUE fondé avec Olivier LIBAUX au milieu des années 2000, on connaissait son amour pour les reprises de groupes des années 80 en mode bossa nova atypique pour les plus réussies ou à la limite de l'easy listening remixé par Béatrice ARDISSON pour les plus pénibles. Collin aime les CURE depuis qu'à douze ans en 1980 il a entendu "A Forest" à la radio. Une fidélité de quarante ans est-elle néanmoins suffisante pour donner un véritable attrait et du goût à une reprise ? Verdict de votre curiste de service.

Comme à son habitude, Collin a convoqué une voix féminine pour habiter ses relectures. Ces treize titres seront donc sculptés par Chrysta Bell, une chanteuse et actrice américaine que l'on présente le plus souvent comme la Muse des années 2000 de David LYNCH. Ceci sonne comme une évidence, mais Strange As Angels est d'abord un disque de voix. Et de ce côté-ci, nous sommes plutôt bien servis. Chrysta Bell enveloppe délicatement en effet chaque titre des Anglais par sa grâce et sa subtile sensualité (le classique "Just Like Heaven" tout en retenue). La raison d'être de cet album semble être atteinte puisque les premières écoutes surprennent vraiment. Exit les ambiances froides, étouffantes, psychédéliques ou ouvertement joyeuses élaborées par SMITH et sa bande. Collin met le plus souvent l'accent avec efficacité sur des atmosphères jazzy ("The Walk" qui sonne bastringue comme "The Love Cats") du plus bel effet. Cela fait peut-être cliché, mais on se croirait littéralement plongé dans un bar new-yorkais empli de vapeurs diverses en pleine prohibition.

Un autre point retient à l'évidence l'attention. C'est le choix des chansons présentes sur Strange As Angels. Si Collin ne fait pas l'impasse sur les classiques déjà mentionnés ou également sur le claustrophobe "Lullaby" qui devient ici une comptine saccadée par un léger piano persistant, le reste est nettement plus inattendu. Il confirme ainsi l'intérêt réel du Français pour ce combo culte. La violence nihiliste de "One Hundred Years" se fait ainsi quasiment velours à travers la voix de Chrysta Bell et ses discrètes cordes, tout comme la froideur hantée de "The Drowning Man" qui gagne en épure ce qu'elle perd en désolation. L'Américaine est ici poignante. Elle ne force en rien le trait. Les mots se suffisent à eux-mêmes. Cette sensation atteint sans doute sa forme la plus émouvante avec le doux "Charlotte Sometimes" où elle porte littéralement les inquiétudes et les incertitudes de son créateur. Collin alterne élans symphoniques avec force cordes ("Three Imaginary Boys") et electro anxieuse à l'image du réussi "Lost". Chrysta Bell encore et toujours irradie ces minutes par sa voix chaude (le très sensuel "Dressing Up").

Si une reprise doit surprendre, celles qui constituent Strange As Angels ont indubitablement rempli leur rôle. Ce n'est peut-être pas un album que l'on écoutera en boucle, mais la présence de Chrysta Bell et le joli souffle d'émotions qu'elle apporte le rangent dans la catégorie des reprises qui ont du sens. L'univers des CURE n'est pas trahi.

* Par curiosité, on pourra s'attarder sur ...Imaginary Songs - A Tribute To The Cure (2002) qui regroupe entre autres des reprises de M, DIONYSOS, MICKEY 3D, Dominic SONIC.

Note réelle : 3,5/5

A lire aussi en NEW-WAVE par RICHARD :


CLAN OF XYMOX
Medusa (1986)
Un classique des univers sombres.




KUTA
Blueprint (2016)
Mélancolie méditerranéenne.


Marquez et partagez





 
   RICHARD

 
  N/A



- Chrysta Bell (chant)
- Marc Collin (tous les instruments)


1. Three Imaginary Boys
2. Seventeen Seconds
3. A Forest
4. The Drowning Man
5. Charlotte Sometimes
6. One Hundred Years
7. The Walk
8. Dressing Up
9. Just Like Heaven
10. A Night Like This
11. Lullaby
12. Friday I'm In Love
13. Lost



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod