Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Jellyfish, The Lickerish Quartet

10 CC - 10cc (1973)
Par MRWILSON le 25 Octobre 2021          Consultée 302 fois

L'odyssée de 10CC commence au Neandertal... Enfin presque.
En 1970 plus exactement. Cette année là, le groupe Hotlegs, composé de Lol Creme, Kevin Godley et Eric Stewart, sort le hit planétaire "Neanderthal Man". Un tube complètement accidentel, tellement la chanson a été enregistrée à l'arrache, dans le but de tester du matériel censé équiper les tout récents studios Strawberry, basés à Manchester. L'un des patrons du studio, Graham Gouldman, alors compositeur émérite mais frustré du "For Your Love" des YARDBIRDS ou du "Bus Stop" des HOLLIES, ne va pas tarder à se greffer au trio, qui va lui permettre de s'épanouir pleinement.

Car 10CC, et là réside sa force, c'est avant tout un quatuor de touche à tout surdoués, pour qui la
pop n'a aucun secret. Alors ils s'amusent et c'est ce qui se ressent dans ce premier album éponyme, qui regroupe les premiers singles du groupe, entre autres joyeusetés. Parmi eux, "Johnny don't do it" et "Donna", sont clairement inspirés des slows doo-wop des années 50. On peut même parler de "parodies", tant les voix de Godley et Creme sont éxagérées au maximum, déclamant des paroles que l'on croirait toutes droit sorties de la discographie des SHANGRI-LA's. A vrai dire, ces deux morceaux sont loin d'être les plus intéressants de l'album, tant les grosses ficelles qui les composent peuvent vite s'avérer pesantes pour l’auditeur.

D'autres "parodies" sont nettement plus intéressantes. "Rubber Bullets", autre single, est nettement plus rock et permet au groupe de se mettre plus en avant dans son talent pour les rythmes pop imparables. Même constat pour "The Dean and I", sorte de mille feuilles musical qui, en l'espace de trois minutes, permet de passer par les mêmes émotions que le narrateur qui épouse la fille de son proviseur, afin de mener une vie rangée et (très) confortable. "Headline Hustler", satire de la presse à scandale, emprunte au rock californien de la fin des années 60 et s'en sort très bien dans l’exercice.

Malgré ces quelques prouesses, le principal défaut de l'album est bien une sorte de redondance dans ses compositions. Comme la frustrante impression que cette alliance de talents se cherche encore et n'ose pas encore aller au bout de ses expérimentations. "Speed Kills" et "Ships don't disappear in the night (do they?)" sont des petits rock agréables mais peu inspirés, tandis que "Fresh Air for my mama", malgré le chant plein d'émotion de Godley, et "The Hospital Song" provoquent un certain ennui. Enfin, on ne peut pas reprocher à "Sand in my face" d'être redondante mais elle ne décolle jamais vraiment.

Un certain manque d'inspiration qui se reflète jusque dans la pochette de l'album, qui bien qu'assumant son mauvais goût, est bien loin des graphismes novateurs bientôt réalisés par les géants d’Hipgnosis. Tout cela reste dans l'ensemble très bien produit, comme toujours avec 10CC. On est face à un vrai travail d'orfèvre réalisé par quatre professionnels aguerris, c'est certain. Mais il manque encore cette folie créatrice qui sera, je vous rassure, la caractéristique principale des opus suivants du quatuor de Manchester.

A lire aussi en POP par MRWILSON :


10 CC
Sheet Music (1973)
Potentiel confirmé !




10 CC
How Dare You ! (1976)
Dernière galette du quatuor...


Marquez et partagez





 
   MRWILSON

 
  N/A



- Graham Gouldman (voix, basse, claviers)
- Lol Creme (voix, guitare, piano)
- Kevin Godley (voix, batterie)
- Eric Stewart (voix, guitare, arrangements)


1. Johnny Don't Do It
2. Sand In My Face
3. Donna
4. The Dean And I
5. Headline Hustler
6. Speed Kills
7. Rubber Bullets
8. The Hospital Song
9. Ships Don't Disappear In The Night (do They ?)
10. Fresh Air For My Mama



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod