Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Kirk FLETCHER - Shades Of Blue (2003)
Par LE KINGBEE le 28 Novembre 2021          Consultée 149 fois

Kirk FLETCHER voit le jour en 1975 à Bellflower, ville située à 30 bornes au sud de Los Angeles. Il fait ses gammes à la Pentecostal Church of God In Christ où son père officie comme pasteur, accompagnant son frère Walter chanteur dans la chorale. A huit ans, Kirk peu inspiré par le chant se met à la guitare, instrument qu’il maitrise rapidement. Au lycée, il intègre naturellement le groupe de Jazz mais s’oriente vers le Blues une fois son Bac en poche.
Quand il ne se produit pas dans l’église de son paternel, Kirk traine ses guêtres au Music Works, un magasin d’instruments où bosse Jeff Rivera, l’un des techniciens de Robben FORD. Par l’entremise de Rivera, Kirk entre en contact avec Al Blake, ancien harmoniciste du Hollywood Fats Band. Ce dernier le prend sous son aile, lui prodigue divers enseignements et lui permet de rencontrer Lynwood Slim et Junior Watson. Kirk se produit principalement en Californie et se lie d’amitié avec Kim Wilson, l’harmoniciste des FABULOUS THUNDERBIRDS, et avec les guitaristes Billy Flynn et Rusty Zinn.
Il participe à une première session en compagnie de Johnny Dyer, Joe Houston et le chanteur Finis Tasby avec à la clef la compilation Blues Across America. Fletcher met en boite son premier disque sous son nom en 1999 I’m Here & I’m Gone édité par le label anglais JSP. A l’orée du nouveau millénaire, son nom apparait sur des disques de Bob Corritore, Kim Wilson, Lynwood Slim et James Harman. Par l’entremise de Kim Wilson, Kirk est invité à participer au 25ème anniversaire de l’Antone’s, célèbre night-club d’Austin, propriété de Clifford Antone où il côtoie James COTTON et Pinetop Perkins. Si Kirk est un homme simple qui ne fait pas de frasques, sa réputation grandissante lui permet de collaborer avec Charlie MUSSELWHITE.

En 2003, le californien met en boite son second opus, celui de la consécration internationale. Publié en Europe par Crosscut Records, label allemand disparu pour cause de faillite, Shades Of Blue sera réédité l’année suivante par Delta Groove, preuve que nul n’est prophète en son pays. La notoriété grandissante du guitariste lui permettait d’être publié sur ses terres.
Enregistré à Arleta au Peace In The Valley Studios en janvier et février 2002, l’album propose 14 titres sur lesquels les multiples influences du guitariste se retranscrivent remarquablement. Après tout, le titre suggère les intentions premières du principal intéressé. Le petit studio basé dans la San Fernando Valley, à un jet de pierre de Los Angeles reste comme un endroit prisé des bluesmen locaux. LITTLE CHARLIE, Gary Primich, Kid Ramos, Lynwood Slim y enregistrèrent de bonnes pièces. Le français Frank Goldwasser, établi aux States, ou le belge Elmore D Band vinrent eux aussi astiquer les parquets du studio réputé pour un son vintage. Pour les amateurs d’anecdotes, le nom du studio s’inspire d’une chanson Gospel de Thomas Dorsey enregistrée par les Flying Clouds Of Detroit popularisée plus tard par ELVIS.

Présenté sous la forme d’un digipack en trois volets, ce CD est agrémenté d’une présentation de 2 pages de Scott Dirks, auteur réputé d’ouvrages consacrés au Blues. Placé sous la houlette du regretté Randy Chortkoff, harmoniciste, arrangeur et producteur, déjà vu auprès de Billy Boy Arnold et Finis Tasby, ce CD étonne par l’unité d'un répertoire paradoxalement bigarré, alors qu’une longue liste d’invités viennent apporter leur concours. C’est ainsi qu’on retrouve plusieurs cadors : les batteurs Richard Innes (ex Big Joe Turner, Philip WALKER, Rod Piazza, John "Juke" Logan) et Kenny Sara (ex Bo Diddley, Herbie Hancock), les bassistes Jeff Turmes (ex James Harman, Janiva MAGNESS), Ronnie James Weber (ex Mark Hummel, Little Charlie & The Nightcats), l’organiste Don "Red" Young (ex Dan Hicks, Eric Burdon, Linda Ronstadt ou Joan Armatrading) tandis que Kim Wilson (également présent à l’harmonica) Finis Tasby et Janiva Magness se partagent le micro.
S’il ne chante pas encore, Kirk Fletcher nous offre deux petites compos avec "Blues For Boo Boo", un instrumental placé en ouverture et dédié à sa fille Elaysia (Boo Boo), un titre influencé par les jeux de guitare de BB KING et Jimmy DAWKINS. La Strat pleine de sobriété brille de mille feux tandis que les volutes d’orgues apportent douceur et moelleux. Seconde compo avec "Club Zanzibar", un autre instrumental mené tambour battant par l’harmonica de Kim Wilson dans un style proche du West Coast Blues.

Au rayon des reprises, le guitariste nous invite à une découverte de l’Amérique passant de Chicago, au Texas avec des bifurcations en Californie. Si Fletcher annonce s’être inspiré du "Live At The Regal", la trame de ce disque correspond en quelque sorte au disque de BB KING avec de multiples changements de nuances, ceci expliquant ainsi le titre de l’album. Du Sud profond le guitariste extirpe "Bad Boy" * titre obsédant d’Eddie TAYLOR dans lequel la guitare se fait aérienne touchant le centre de la cible à chaque note. De la Louisiane, le californien ressort de derrière les fagots "My Home Is A Prison", un Swamp Blues de Lonesome SUNDOWN, pour une version poisseuse en droite ligne avec les reprises de MERCY et Ronnie Earl. Du Mississippi, il reprend le "Country Girl" ◌ de BB KING en teintant la chanson d’une ambiance West Coast avec le chant de Kim Wilson.

Le Chicago Blues n’est pas oublié pour autant, la preuve avec "Little By Little" ♯ accrédité ici à Junior WELLS en lieu et place de Mel London. Cette fois ci le timbre de Janiva Magness apporte un brin de sensualité. Par le biais de la voix de Finis Tasby, il colore d’une sauce texane le "Welfare Blues" un superbe inusité de Jimmy DAWKINS, morceau sans la moindre touche d’esbroufe. La plume si prolifique de Willie DIXON pouvait difficilement échapper à cet écrémage, "Don’t Go No Further" popularisé par Muddy WATERS puis par les DOORS et BB KING vaut avant tout par le chant de Janiva Magness dont le timbre plein d’une fausse douceur se démarque des habituelles covers. L’influence de BB KING sur le jeu de guitare du californien plane sur "That’s Why I’m Cryin’" et "Down Home Woman" magnifié par la voix Soul de Finis Tasby. Petite escapade vers le Texas avec "Stranded", œuvre de Don ROBEY enregistrée par Little Junior PARKER. Cette fois ci Wilson change de ton avec l’utilisation d’un harmonica chromatique et un timbre beaucoup plus Soul. La parfaite combinaison entre la version de Willie Kent et celle de Little Al THOMAS.
On adressera une mention à "The River’s Invitation", superbe Soul Blues de Percy Mayfield dont le jeu de guitare et la basse hyper ronde de Richard Innes rappelle la version de Freddie Robinson. Une petite tuerie qui change de la version Pop et sans saveur de Joe COCKER. Par contre, la reprise de "Hip Hug Her" de Booker & The MG’S en guise de fermeture ne semblait pas nécessaire. Si ici tout le monde semble se faire plaisir, le titre fait office de remplissage plus qu’autre chose.

"Shades Of Blues" lançait sous les feux des projecteurs un bluesman qui deviendra l’attraction des grands festivals. Guitariste au jeu délié, souple et gorgé de sobriété, Kirk Fletcher s’est depuis la publication de ce disque affirmé comme l’un des meilleurs gratteux contemporains en étant nominé à quatre reprises aux Blues Music Awards. Parallèlement à sa carrière solo, il a également accompagné Joe BONAMASSA, l’italien Eros Ramazzotti ou Lisa Mann. Ultime précision, les deux pressages proposés par Crosscut puis Delta Groove comportent plusieurs changements de pistes. Nous vous proposons ici la track-list de la version allemande, la première à avoir publié le guitariste.


*Titre homonyme à ceux de Larry Williams, Marty Wilde, Eric Clapton, Inner Circle.
♯Titre homonyme à ceux des Rolling Stones, Dusty Springfield, Nappy Brown et Oasis.
◌ Titre homonyme à ceux de Dottie West, Neil Young et Black Sabbath.

A lire aussi en BLUES par LE KINGBEE :


DEDICATED MEN OF ZION
Can't Turn Me Around (2020)
Du gospel qui ne tourne pas autour du pot




REVEREND PEYTON'S & BIG DAMN B
The Wages (2010)
Une autre vision des granges brûlées.


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Kirk Fletcher (guitare)
- Kim Wilson (harmonica, chant 2-4-5-8-13)
- Janiva Magness (chant 3-7-11)
- Finis Tasby (chant 6-9-10-12)
- Jeff Turmes (guitare 7, basse 3-7-11)
- Ronnie James Weber (basse 2-4-5-6-8-9-10-12-13)
- Richard Innes (batterie 2-4-5-6-8-9-10-12-13)
- Kenni Sara (batterie 1-3-7-11-14)
- Don 'red' Young (orgue, piano)


1. Blues For Boo Boo
2. Bad Boy
3. Little By Little
4. My Home Is A Prison
5. Country Girl
6. Welfare Blues
7. Don't Go No Further
8. Club Zanzibar
9. Down Home Woman
10. The River's Invitation
11. That's Why I'm Cryin'
12. Worried Man Blues
13. Stranded
14. Hip Hug Her



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod