Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD FM  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


NESTOR - Kids In A Ghost Town (2021)
Par NESTOR le 23 Décembre 2021          Consultée 514 fois

"C’est pas pour me vanter, mais il fait chaud" disait Eugène Labiche. Et ben, c’est pas pour me vanter, mais cet album de NESTOR a beau ne pas trop être dans mon style de prédilection, il est vraiment pas mal ! En préambule je confesserai que je n’ai jamais été un grand amateur de Hard FM. Le côté un peu sirupeux des mélodies et le chant trop propre souvent associés à ce style me laissent habituellement froid. Mais je ne pouvais décemment pas bouder un groupe dont l’objectif unique est incontestablement de me rendre hommage.

En matière d’hommage, l’écoute de leur premier album ne laisse aucun doute concernant le style musical auquel le groupe entend montrer son allégeance avec ce Kids In A Ghost Town. En effet, il est clair que le style de NESTOR est très ancré dans les années 90, et plus particulièrement dans le Hard FM / AOR alors en vogue à cette période. Il faut dire que l’histoire de NESTOR commence au tout début des années 90, lorsque le groupe sort deux EP qui resteront sans suite, les suédois disparaissant ensuite de la scène musicale jusqu’à l’apparition de la pandémie actuelle qui les a poussés à se recontacter et à envisager de reprendre les choses là où ils les avaient laissé.

Cela explique cette sensation de retour dans le passé, qui est un peu l’épine dorsale de Kids In A Ghost Town. L’intro de "These days", avec ces claviers et ce chant si typés dans la dernière décennie du vingtième siècle est assez symbolique de cet état de fait. Pourtant dès que le refrain arrive, il apparait une petite saveur TOTO qui est loin d’être désagréable, et l’ensemble se laisse écouter avec plaisir. Et c’est souvent le cas, le groupe parvenant à agrémenter ses morceaux de petites touches de fraicheur.

Pourtant tout n’est pas excellent. Ainsi, les chœurs pompeux et bouffis de "Tomorrow", ainsi que les grandes envolées vocales de ce duo avec Samantha FOX, ont de quoi légèrement crisper tout auditeur un tantinet hermétique à ce genre musical. Il en va de même d’un "We Are Not Ok", techniquement irréprochable mais dénué de toute émotion, et de toute personnalité. En effet, si le solo de guitare est magnifique et que la voix peut se montrer convaincante sur le final, le reste est bien trop clinique, trop lisse.

Pa chance, ce n’est pas le cas de la majorité des morceaux, loin s’en faut. Et au détour du plus énergique "Firesign" on peut commencer à prendre un réel plaisir à l’écoute de NESTOR. Le riff de guitare légèrement plus brut, et qui n’est pas sans rappeler ROYAL HUNT, y est pour beaucoup. "On The Run" est également une belle réussite. Le savoir-faire du groupe y trouve le moyen de s’exprimer de bien belle manière. La mélodie est efficace et les guitares assurent que ce soit en rythmique ou en lead. Nul doute qu’il y a quarante ans, ce titre aurait fait un malheur. Et ce constat pourrait s’appliquer à "Kids In A Ghost Town", "Stone Cold Eyes" ou bien "Perfect 10 (Eyes Like Demi Moore) ". Le plus sombre "It Ain’t me", dans lequel le chant de Tobias Gustavsson prend parfois des accents de Chris CORNELL est également un bon moment.

La démarche ayant conduit à la réalisation de cet album est assez proche de celle entreprise par les également très bons WALK THE WALK. Et fleur bon, tout autant la nostalgie que la passion. A chaque fois cela sonne
légèrement daté, mais cela est interprété avec un tel savoir-faire que cela a plutôt tendance à faire mouche assez facilement. Et si l’originalité n’est pas forcément au rendez-vous, les amoureux du genre y trouveront sans aucun doute un réel plaisir.

Bon, je viens d’apprendre la terrible nouvelle, il semblerait que le groupe n’ait pas choisi son nom pour me prouver sa dévotion inconditionnelle, mais en hommage au majordome du Capitaine Haddock dans la bande dessinée Tintin. Je suis dévasté…

A lire aussi en HARD ROCK par NESTOR :


Yngwie MALMSTEEN
Marching Out (1985)
Second coup de maître du maestro de la guitare




SORTILEGE
Phoenix (2021)
Et à la fin, c'est sortilège qui gagne


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



- Marcus Ablad (basse)
- Matthias Carlsson (batterie)
- Jonny Wemmenstedt (guitare)
- Martin Johansson (claviers)
- Tobias Gustavsson (chant)


1. A Fanfare For The Reliable Rebel (intro)
2. On The Run
3. Kids In A Ghost Town
4. Stone Cold Eyes
5. Perfect 10 (eyes Like Demi Moore)
6. These Days
7. Tomorrow
8. We Are Not Ok
9. Firesign
10. 1989
11. It Ain’t Me



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod