Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1978 Prends Pas Ton Flingue
1979 Trust
1980 Repression
1981 Marche Ou Creve
1983 Trust Iv
1984 Rock'n'roll
1988 Paris By Night
1989 En Attendant
1992 Live
1996 Europe Et Haines
1997 A Live - Tour 97
2000 Ni Dieu Ni Maître
2001 Tribute To Trust
2006 Soulagez-vous Dans Les U...
  Soulagez-vous Dans Les U...
2008 13 à Table
2018 Dans Le Même Sang
2019 Fils De Lutte
2020 Re.ci.div - Session 1
  Re.ci.div - Session 2
  Re.ci.div - Session 3
 

- Style : Vulcain
- Membre : Iron Maiden
- Style + Membre : Bernie Bonvoisin

TRUST - Fils De Lutte (2019)
Par NESTOR le 14 Mai 2021          Consultée 866 fois

Avec le très bon Dans le même sang (2018), TRUST m’avait agréablement surpris, alors que me restait pourtant en travers de la gorge le ridicule de leurs récentes séparations / retrouvailles. Aussi, lorsque l’année suivante le groupe nous revient avec ce Fils de lutte, j’ai rangé prudemment mes aprioris au placard et abordé celui-ci avec moins de morgue, et de velléités d’en découdre. Et surtout, avec la crainte d’être déçu, ce qui était finalement un bon signe. Mon inquiétude s’est cependant un peu dissipée en considérant que la composition du groupe est restée la même sur ces deux albums, chose qui est assez rare chez TRUST. Et elle s’est totalement évacuée à l’écoute des trois premiers morceaux qui ouvrent ce Fils de lutte.

Que ce soit le rapide et puissant "Portez vos croix", ou bien "Les murs finiront pas tomber" qui se voit enluminé de magnifiques chœurs, l’entame est en effet très prometteuse. Et cela se voit confirmer par "Amer Saheb (Massoud l’Afghan)", un morceau qui est magnifié par une superbe mélodie et un chant qui se fait successivement désabusé et rageur. Aucun doute, le groupe se montre en très grande forme. Le son est puissant, massif, les morceaux bien construits et l’esprit définitivement très Rock. L’album s’inscrit clairement dans la continuité de Dans le même sang, ce qui est plutôt une bonne nouvelle tant celui-ci était jouissif.

La suite se démarque un peu de cette filiation plus qu’honorable. A commencer par un "J’ai cessé de compter" dont la première partie qui balance entre Blues Rock et AOR, n’est pas sans évoquer un peu les débuts de la carrière solo de Bernie BONVOISIN, pour s’achever tout en puissance, boosté par des chœurs énergiques et un superbe solo de guitare. C’est du TRUST « larger than life », qui s’aventure avec bonheur dans un big rock parfaitement maitrisé. Avec "Miss Univers", on retrouve la verve sociale et irrévérencieuse chère à TRUST, qui prend visiblement un malin plaisir à tacler, avec ironie, les travers du gouvernement. Sur ce mid-tempo, les guitares font l’objet d’un gros travail en multipliant les sons et les ambiances. Au fur à mesure que l’album défile, les (très) bons moment se multiplient. On peut ainsi citer le véhément "Y’a pas le feu mais faut brûler" dans lequel Bernie nous pond un très bon texte qu’il crache avec une hargne frontale impressionnante. Ou du légèrement plus "second degré" "On va prendre cher" et son ambiance quasi Boogie.

Les textes sont bien ciselés, même s’ils restent toujours dans le même registre. Bernie donnant pourtant parfois la vague impression de s’autoparodier et de jouer un rôle. Ce sentiment est peut-être un relent de son support publique à Ségolène ROYAL, qui apparait très difficilement soluble dans ce rôle de porte-parole des opprimés qu’il endosse dans TRUST. Et cela laisse planner un léger voile de doute sur la sincérité de son discours. Laissons lui le bénéficie du doute et saluons ses engagements sociaux et ses coups de gueules, qui font partie de l’ADN de TRUST. Reste que si parfois il fait mouche ("Amer Saheb (Massoud L’Afghan)"), parfois la facilité semble poindre le bout de son nez, comme cela peut-être le cas avec "Ce n’est pas la Corée du Nord". Ce qui donne le sentiment que Bernie semble hésiter entre un partie pris "sérieux" ou "humoristique", sans parvenir à trouver le juste équilibre.

Au niveau musical, il y a moins de questions à se poser. Et il y a lieu de reconnaître que les chœurs, déjà présents sur Dans le même sang, sont utilisés avec une justesse éclatante. Ils apportent puissance et richesse aux morceaux qu’il bonifient de leur chaleur. Les musiciens ne sont pas en reste, même si la basse est ici un peu en retrait, ou tout du moins est restituée de manière très massive, ce qui ne lui rend pas hommage. De ce fait, le chemin est laissé libre pour les guitares qui s’en donnent à cœur joie. Nono truffant l’album de soli aussi efficaces que jouissif, alors que Ismalia DIOP, nous régale tout autant de ses rythmiques plombées, que de ses petites touches qui nous sortent du Blues Rock habituel de TRUST.

Les petite réserves émises plus haut ne doivent absolument pas jeter le discrédit sur cet album massif, sérieux et efficace. Fils de Lutte est un très bon disque qui contient de très nombreuses petites perles ("Amer Saheb (Massoud L’Afghan)", "Delenda", "J’ai cessé de compter", "Miss univers"…) et qui, surtout, nous donne l’agréable sentiment que le groupe a enfin retrouvé du plaisir à jouer ensemble.

A lire aussi en HARD ROCK par NESTOR :


TRUST
Repression (1980)
Antisocial, tu perds ton sang froid.




VULCAIN
Rock & Roll Secours (1984)
Premier album brut, fougueux et incontournable


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



- Bernie Bonvoisin (chant)
- Christian Dupuy (batterie)
- David Jacob (basse)
- Ismaila 'iso' Diop (guitares)
- Norbert 'nono' Krief (guitares)


1. Portez Vos Croix
2. Les Murs Finiront Par Tomber
3. Amer Saheb (massoud L’afghan)
4. J’ai Cessé De Compter
5. Miss Univers
6. Tendances
7. Les Soleil Brille Pour Tous
8. Y’a Pas Le Feu Mais Faut Brûler
9. On Va Prendre Cher
10. C’n’est Pas D’ma Faute
11. Ce N’est Pas La Corée Du Nord
12. Delenda



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod