Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUES TRADITIONNELLES  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALBUMS STUDIO

2022 L@ Dérive (The Drift)

E.P

2011 Ups And Downs

Armelle LC - L@ Dérive (the Drift) (2022)
Par MARCO STIVELL le 2 Février 2022          Consultée 1232 fois

Il y a parfois un gros écart entre deux albums d'un ou d'une artiste. En revanche, il est très rare d'en voir entre l'album et l'E.P qui l'annonçait par des extraits. Tel est le cas de L@ Dérive, premier album de la harpeuse-chanteuse fléchoise Armelle LC qui a mis dix ans, peut-être quinze, à voir le jour, en sachant que les premiers extraits enregistrés remontent à la fin des années 2000 et que l'E.P Ups and Downs date de 2011 !

Par des exigences artistiques, des contretemps et diverses autres raisons, l'élaboration de L@ Dérive a demandé son temps, ses rencontres… Deux livrets sont nécessaires à son packaging en digipack absolument superbe : un pour les paroles et les crédits, l'autre pour l'explication du concept global, histoire sensuelle et profondément empreinte de spiritualité bouddhiste à propos de deux âmes s'aimant et qui se perdent, pour se retrouver finalement mais sous une autre forme. Les morceaux ont été diversement enregistrés au Mans (avec notamment le batteurs et producteur Thierry Chassang), en Bretagne et en Cumbrie (comté nord-ouest de l'Angleterre avec l'ingé son Mike Sington, décédé en 2008 et à qui l'album rend hommage).

On retrouve donc l'ensemble de l'E.P Ups and Downs mais sous un ordre différent, avec néanmoins toujours le poème "I Wish" aux atours musicaux cosmiques (nappe de synthétiseur et harpe) pour ouvrir l'ensemble. "Claire obscure", comme prise dans les forêts de Bretagne, enregistrée par SQUONK66, se rappelle magnifiquement à nous de même que "Poétique", avec ses touches érotiques et son couple piano-clavecin, ainsi que "Lost Princess (princesse à l'ouest)" et le chant espiègle d'Armelle LC, ses ornements en cascades… Cette manière de chanter si particulière et comme improvisée, un rien déroutante, caractérise grandement ces premiers enregistrements.

Quelques changements ont dû être opérés, des ajouts pour lier le tout en continuité narrative ; il n'est pas rare d'entendre des notes relaxantes de kikongi et de cloches tubulaires en fins de morceaux, en accompagnement du silence. La contemplation méditative se trouve davantage en musique dans les titres plus récents, notamment "High Time", passionnant et parcouru d'une nappe de synthétiseur grave, de flûtes à bec, de tambours selon le moment choisi. Cette musique demande du temps pour être écoutée, assimilée comme lorsqu'elle a dû se voir confectionner. Et que de beaux chemins, menés rien que par la voix d'Armelle LC, d'abord entre blues et rivages irlandais, les circonvolutions mélodiques doucement orientées vers les aiguës, à deux reprises !

De la lumière, on passe à l'obscur, l'atmosphère lugubre de "Nouveau départ", complainte vocale aussi haletante que celle de "A New Penelope", plus tribale et inspirée par les musiques aborigènes d'Océanie. On passe du didgeridoo au saxophone ténor nostalgique, parmi les belles surprises du milieu de l'album-voyage. Dans son vœu de rencontres d'instruments différents, Armelle LC fait aussi se rapprocher sa harpe avec le violoncelle, les tablas et les éléments rock de "Ups and Downs" que l'on avait retenus avec le temps (même si hélas, ils ne sont pas réemployés ailleurs), les rythmes tarabiscotés de "The Choice (Fit It?)", pièce la plus Kate BUSH de l'ensemble.

Peut-être la dernière partie de L@ Dérive manque-t-elle un peu de cette diversité si enthousiasmante, déjà bien avant la sortie de l'album en ce mois de février, grâce à l'E.P et alors que l'on suivait pas à pas les naissances de nouvelles chansons. Le final "Where (the Drift)" n'en est pas moins réussi en dénouement positif, au refrain magnifique et au solo de guitare électrique par TRUST NO ONE qui ne l'est pas moins. Un superbe travail et de longue haleine qui a ses exigences, mais aussi ses nombreuses gemmes donnant envie de s'y replonger, se laisser de nouveau porter !

A lire aussi en MUSIQUES TRADITIONNELLES par MARCO STIVELL :


The CHIEFTAINS
7 (1977)
Nouveau tambour et disque plus collectif




TANNAS
Oighreachd (heritage) (1994)
Un essentiel du folk écossais, jusqu'en france


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Armelle Lc (chant, harpes, claviers, basse, bendir, cloches)
- Mike Sington (synthétiseur)
- Squonk66, Renaud Bayard (programmations)
- Eric Dorcet (basse)
- Aurélien Joucla (batterie, programmations)
- Adeline Guihard (piano)
- Philippe Joucla (guitare électrique)
- Paul Jenkins (guitare classique)
- Chris Bacon (didgeridoo)
- Jeanjean (flûtes, cloches, bols tibétains, choeurs)
- Thérèse Johnston (claviers)
- Thierry Chassang (programmations)
- Trust No One (guitares, basse, synthétiseurs, programmatio)
- Amanyth (claviers, programmations)
- Lucie Martineau (violoncelle)
- Sylvestre Charbin (basse, guitares, saxophones, oud)
- Clément Hibon (programmations, tamtam chinois)


1. I Wish
2. High Time
3. Lost Princess (princesse à L'ouest)
4. Claire Obscure
5. Ups And Downs
6. Poétique
7. A New Penelope
8. Nouveau Départ
9. The Choice (fit It?)
10. False Divisions
11. Détour (les Détours De La Fée)
12. Where (the Drift)



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod