Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2022 Disgelo

WINTER SEVERITY INDEX - Disgelo (2022)
Par RICHARD le 18 Mars 2022          Consultée 432 fois

Ce n'est un secret pour personne. Si vous me faites le plaisir de lire parfois quelques-unes de mes chroniques, vous avez sans doute pu constater que l'Italie ténébreuse ne me laissait pas vraiment indifférent. Il faut bien dire qu'elle a mis un certain nombre d'atouts de son côté pour susciter ce type d'engouement. Elle a toujours su en effet depuis maintenant quatre décennies se renouveler avec bonheur et nous proposer des artistes le plus souvent dignes d’intérêt. WINTER SEVERITY INDEX est ainsi entré dans cette froide arène en 2010 avec le cinq titres The Wiser. Lorsque, l'autre jour, j'ai regardé la pochette de ce précieux opus (numéro 327 sur 350), avec la mention myspace du groupe, j'ai eu l'impression d'un autre temps, d'une époque tellement lointaine. Et pourtant...

Les Romaines emmenées par Simona Ferrucci ont déjà une carrière riche de plusieurs L.P et de deux albums (Slanting Ray et Human Taxonomy). Ce n'est déjà pas si mal lorsqu'on connaît la difficulté de perdurer dans l'underground. Les Italiennes tout au long de cette décennie d'existence ont proposé une cold-wave de facture plutôt classique qui a su rapidement trouver un écho favorable chez les corbeaux. Écoutez-moi par exemple le superbe "The Gift" (cette intro chair de poule mes enfants) et vous comprendrez aisément pourquoi. Ce monde glacé a néanmoins ses petits défauts. WINTER SEVERITY INDEX a parfois fait preuve à mon goût d'un peu trop de linéarité. C'est sans doute ce sentiment qui m'a empêché d'avoir une adhésion totale au projet.

Est-ce que Simona Ferrucci et Alessandra Romeo ont constaté qu'elles avaient fait elles aussi le tour de la question ? A l'écoute du surprenant et excitant Disgelo, il semblerait bien que oui. Je ne sais pas si on peut parler de remise en cause, mais le désormais duo (depuis 2017) nous dévoile une facette inattendue. La redite n'a donc plus droit de cité. Les deux artistes délaissent ainsi le canevas habituel d'une pop très froide pour accoster sur des rivages ouvertement synthétiques. La guitare se fait dés lors rare, volontiers parcimonieuse mais essentielle. Elle dessine encore une fois des contours fragiles à l'image du réussi "The Tide" où semble flotter l'ombre bienveillante de Robert Smith. Ces notes cristallines comme un ultime pied de nez à l'ancien temps se marient désormais avec de prégnants claviers comme le soulignent le travaillé "Golden Age/Labyrinth of Memories" ou l'excellent electro-cold "State of Matter". Les Italiennes portent indubitablement leur regard ailleurs.

Cet ailleurs, c'est celui d'ambiances dorénavant nettement plus apaisées, du moins en surface. WINTER SEVERITY INDEX ralentit le tempo et si la glace fond quelque peu, celle-ci n'en conserve pas moins cet éclat froid et attractif. Disgelo est un album de claviers. Le lancinant "Solar Cycle 25" qui entame ce nouvel effort laisse peu de doute sur ces nouvelles intentions. La voix lointaine de Ferrucci réussit par intermittence à fendre cette atmosphère de givre électrique. A l'instar des premiers CLAN OF XYMOX, le duo non sans subtilité réussit à allier mélancolie et rythme. "Fernweh" ainsi se distingue par l'éclat de son écrin sonore. Ce qui retient aussi cette fois-ci un peu plus l'attention, c'est la capacité évidente du projet de nous rendre compte des émotions ressenties au contact d'atmosphères semblant définitivement désincarnées. Le résultat à l'instar du meilleur de PHOSPHOR ou des plus récents MINUIT MACHINE est l'austérité quasi martiale qui nous est offerte et qui irrigue ainsi les étouffants "Cause and Effect" et "Another Woman". Le rendu est du plus bel effet.

Disgelo est donc une excellente surprise ! WINTER SEVERITY INDEX a réussi à se renouveler. Ceci se fait certes en douceur mais le résultat est là. Nous avons entre les mains un album solide, riche en émotions. C'est tout simplement un exemple pertinent de ce que la musique sombre peut nous délivrer de meilleur en ce début d'année.

A lire aussi en NEW-WAVE par RICHARD :


SKOUBOUT
Melankholitchen (2021)
Instants glacés de Russie




The CURE
Concert The Cure Live (1984)
Un live sombre, puissant et dynamique


Marquez et partagez





 
   RICHARD

 
  N/A



- Simona Ferrucci (chant,guitare,basse,programmations)
- Alessandra Romeo (claviers)


1. Solar Cycle 25
2. State Of Matter
3. Fernweh
4. The Tide
5. Golden Age/labyrinth Of Memories
6. Cause And Effect
7. Another Woman
8. Un Roseau Pensant



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod