Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK-ROCK  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 


ALBUMS STUDIO

2010 Black Thorn
2012 Toil

E.P

2022 The Rumjacks / Flatfoot 56 Spl...
 

- Style : Flogging Molly, Mr Irish Bastard, The Killigans , The Rumjacks

FLATFOOT 56 - The Rumjacks / Flatfoot 56 Split Ep (2022)
Par GEGERS le 5 Mai 2022          Consultée 274 fois

Les RUMJACKS semblent inarrêtables. Depuis l'intégration de leur nouveau chanteur Mike Rivkees, le groupe australien n'a eu de cesse de faire parler de lui, proposant en l'espace de quelques mois à peine un album remarquable et un EP 8 titres non moins intéressant. Rajoutez à cela des concerts en première partie des DROPKICK MURPHYS, et vous comprendrez aisément que le groupe a tout pour être heureux.

De leur côté, les FLATFFOT 56 se sont faits bien plus discrets, leur dernier album datant de 2018. Avec plus de 20 ans de carrière au compteur, les Américains sont en droit de souffler, et leur discographie témoigne, en effet, d'une baisse d'activité depuis le milieu des années 2010.

Ceci étant dit, l'heure est aux réjouissances, puisque les deux groupes proposent un split EP au sein duquel chaque formation propose trois nouveaux morceaux. Si on peut regretter que le support CD soit le grand oublié de cette sortie (disponible uniquement en vinyle et digital), on ne peut que saluer cette initiative qui nous permet surtout, avouons-le, de découvrir enfin de la musique inédite de la part des FLATFOOT. Pratique courante dans le punk, la sortie de ce split EP n'a pas tant pour objectif de réduire les coûts financiers, notamment de pressage, que de célébrer la tournée commune qui voit les deux formations sillonner ensemble une bonne partie des Etats-Unis.

Comme pour faire monter la tension, c'est sur la face RUMJACKS que débute ce split. "Whitecaps" est un titre punk pur jus, qui voit le groupe puiser également plus en profondeur dans ses influences ska et hard rock. Le mélange est détonnant, et ce titre frappe fort, d'autant plus que le groupe n'a pas oublié en chemin de s'accrocher à cette énergie sans concessions qui met le feu aux poudres dès les premières secondes. Evoquant vaguement la montée des mouvements nationalistes et d'extrême droite dans nos sociétés occidentales, le morceau est construit autour d'un motif simple autant que fédérateur. Si les "whitecaps" peuvent désigner la crête des vagues lors d'un gros temps, le terme peut tout autant désigner la coiffe des membres du Ku Klux Klan... à chacun d'y comprendre ce qu'il souhaite. "Fifth Ward Firestorm" voit le groupe remettre les instruments celtisants au centre des débats, proposant ici un titre viscéralement punk, festif et imparable. La mandoline à la proue, "What Was Your Name in the States" se rapproche plus de la chanson à boire, et peut évoquer l'univers d'un groupe tel que SPIRIT OF THE WEST. Trois titres variés et inspirés.

En contraste, le riff qui introduit le morceau "Mud" des FLATFOOT 56 sonne de manière presque timide et réservée. Il faut dire que, bien que radical par moments, le punk des Américains a cette particularité de se faire plus nuancé et varié. Il y a sur ce morceau une sorte de mélange entre les REAL McKENZIES et Chuck RAGAN. Il y a un peu moins de rugosité et plus de rondeur, apportée notamment par le chant et un accordéon discret mais intéressant. L'authenticité qui se dégage du morceau, cette rythmique pied au plancher qui confère une certaine urgence, fait de "Mud" un titre à la fois immédiat et profond. Ce morceau, qui apporte une réflexion sur la manière de se relever après une rupture amoureuse, voit les FLATFOOT œuvrer dans la continuité de leurs dernières réalisations, et avec brio.

"Sorry" nous fait d'autant plus plaisir que la cornemuse, instrument important dans l'univers du groupe, retrouve ici un rôle de premier plan. Le chant est arraché, brut de décoffrage, et le morceau, punk très mélodique et entraînant, séduit sans réserves. Un constat qui s'applique également à "Trouble", dont l'introduction accrocheuse tranche avec des couplets plus exigeants et un refrain tapissé de choeurs fédérateurs. Un retour en grâce.

L'inconvénient d'un split EP est, naturellement, ce goût de trop peu que l'on en retient. On aurait aimé écouter plus longuement les mélopées des deux groupes, qui font indéniablement partie du haut du panier de la scène punk celtisante actuelle. A défaut d'aller voir ces groupes en concert, ils nous offrent tout de même de quoi mettre à l'épreuve nos cervicales. Qu'ils en soient remerciés !

Ecouter l'EP : https://snd.click/SplitEP

A lire aussi en PUNK-ROCK par GEGERS :


The REAL MCKENZIES
Beer And Loathing (2020)
Le premier album de punk tournant au diesel ?




The REAL MCKENZIES
Two Devils Will Talk (2017)
Des crêtes, du punk, du plaisir !


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



Non disponible


- The Rumjacks
1. Whitecaps
2. Fifth Ward Firestorm
3. What Was Your Name In The States
- Flatfoot 56
4. Mud
5. Sorry
6. Trouble



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod