Recherche avancée       Liste groupes



      
SOUL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

1967 Make Me Yours

Bettye SWANN - Make Me Yours (1967)
Par LE KINGBEE le 21 Juin 2022          Consultée 94 fois

A l’orée du nouveau millénaire, le nom de Bettye SWANN ressurgissait tel un diable de sa boîte, suite à la reprise de "Victim of a Foolish Heart" par Joss STONE. Si le single édité en 1972 par Atlantic mérite une attention soutenue, on peut mettre au rebus la version pleine d’esbroufe de la jeune Anglaise. D’un côté, on a une chanteuse pleine de feeling et de douceur, de l’autre une gueularde aguicheuse. La messe est dite, ne mélangeons pas les serviettes et les torchons, si beaux soient-ils !

Native de Shreveport (Louisiane) où elle voit le jour en 1944, Betty Jean Champion est issue d’une petite famille de 14 enfants. Elle passe son enfance à Arcadia, bourgade connue comme lieu de la mort du couple Bonnie & Clyde ; elle intègre la chorale de la paroisse locale puis se produit au sein d’une formation locale. En 1963, Betty quitte sa terre natale, répondant comme beaucoup d’autres à l’appel de la Californie, et pose ses bagages à Hollywood.

Le jour de chance pour la Louisianaise se matérialise en octobre 1964, suite à une demande d’audition qui se révèle positive, Betty signe un premier contrat avec Money Records le 24 octobre, un beau cadeau pour son 20ème anniversaire.

Ruth Dolphin vient de reprendre les rênes du label Money, suite à l’assassinat de son mari six ans plus tôt. Si la petite maison de disque a connu son apogée au milieu des années 50 par le biais de Dolphin’s Of Hollywood, magasin de disque situé sur Central Avenue, ouvert 24 heures sur 24, et les émissions radio de Dick 'Huggie Boy' Hugg, il lui faut repartir de plus belle après une longue période d’arrêt. Si Ruth Dolphin vient de publier une poignée de singles ("The Larks", "Question Marks", "Curly Money", "M&M & The Peanuts"), ceux-ci ne se vendent pas comme espéré, il lui faut trouver la perle rare pour relancer la machine.
L’arrivée de Betty, rebaptisée Bettye SWANN par Alton Scott, producteur et dénicheur de talent du label, est une aubaine. Le premier single "Don’t Wait Too Long" composé par Carolyn Franklin, sœur d’Aretha, lui vaut une place dans le Top 30. En l’espace de deux ans, Bettye SWANN enregistre trois singles, mais il lui faut attendre 1967 pour qu’elle s’impose comme l’une des nouvelles petites reines de la ballade Soul avec la sortie de "Make Me Yours", une compo qui monte sur la 1ère marche des classements noirs et atteint la 20ème place des charts Pop. Les miracles se produisent rarement deux fois de suite, son 45-tours suivant "Fall In Love With Me" ne connaissant qu’un succès mineur en se classant à une modeste 36ème place. Des désaccords avec Alton Scott la poussent à quitter la firme dont le logo à l’effigie d’une liasse de billets verts ne l’a guère enrichie. Bettye enchaîne chez Capitol, collaborant avec Wayne Shuler, fils du légendaire producteur louisianais Eddie Shuler, avant de rejoindre la firme Atlantic en 1972.

Suite au décès de son mari et manager George Barton en 1980, elle devient membre des Témoins de Jéhovah. Bettye SWANN reprend son nom d’épouse Betty Barton et quitte définitivement le monde de la musique et des paillettes afin de se consacrer à son nouveau métier : éducatrice spécialisée pour enfants en difficulté dans les environs de Las Vegas. En 2005, on apprenait qu’elle était victime d’une maladie dégénérative qui l’obligeait à se déplacer en fauteuil roulant.

Ce premier jet de la Louisianaise révèle une excellente propension à l’écriture, Bettye signant pas moins de huit titres de sa plume, les ¾ de l’album. Placé en ouverture, "Make Me Yours" donne son nom à l’album. Epaulée par le virtuose multi-instrumentiste Charles Wright, fondateur du Watts 103rd Street Rhythm Band, de James Carmichael, artisan des succès des COMMODORES et de Lionel RITCHIE, et du bassiste Bob West (futur parolier et sideman des JACKSON 5), Bettye nous assène une petite tuerie de Deep Soul devenue au fil du temps un grand classique. Si Ann PEEBLES reprenait la chanson deux ans plus tard, dans une veine sonnant Memphis Sound, la version originale n’a jamais été égalée. On oublie aisément les tentatives de Mary Wells, de Shirley Kay ou de Jackie Moore. ZZ Hill et Spencer WIGGINS replacent quant à eux la chanson dans un contexte masculin loin d’être désagréable. Un titre récemment repris par BONITA & The BLUES SHACKS. Aujourd’hui encore, on laisse libre à chacun de se laisser bercer par les paroles, la voix chaleureuse de Swann faisant le reste : I never had a love to call my own - I was about to give up - And then you came along - Just to have your tender kiss - So make me yours, make me yours.
Le domaine de la balade demeure bien exploré dans ce disque, on en retrouve de quoi remplir une longue randonnée : "Fall In Love With Me" *, "The Heartache Is Gone" dans laquelle les cuivres influent une coloration New Orléans Sound. "I Will No Cry", une balade pleine d’intensité, se situe entre Irma THOMAS et Doris TROY.

Mais Bettye SWANN pouvait mettre la gomme quand le besoin s’en faisait sentir, comme en atteste "Don’t Wait Too Long" **, titre lorgnant sur certaines productions Motown. Epicée d’une poignée de cuivres, "Don’t Take My Mind" rappelle l’orchestration de certaines faces B des SUPREMES, la voix chaude et pleine de feeling faisant toute la différence. Impression similaire avec "I Think I'm Falling In Love", "You Gave Me Love" parfait prototype de Soul californienne.

Quatre covers agrémentent le répertoire avec en premier lieu une version épurée du "Don’t Look Back" *** des TEMPTATIONS. Si la version d’origine, polluée de violons, de cordes en tout genre et du chant hyper sucré de Paul Williams, nous semble aujourd’hui surproduite et datée, la présente avec juste une guitare acoustique sonne d’actualité. Du Tracy CHAPMAN avant l’heure. Ce titre relègue bien loin les essais de Teena Marie, Phil COLLINS ou de l’improbable duo Peter Tosh/ Michael Jagger. Superbe balade bluesy avec "What Is My Life Coming To", titre de Huey Harris figurant en face B du premier single. Elle se réapproprie "I Can’t Stop Loving You", hit du countryman Don GIBSON mondialisé par Ray CHARLES. Là, Bettye témoigne qu’elle est redoutable dans le domaine de la Country Soul. L’album s’achève avec "A Change Is Gonna Come", petit hit de Sam COOKE repris avec succès par Otis REDDING et une kyrielle de chanteurs de divers horizons. Rappelons que COOKE a composé le titre après avoir été refoulé en Louisiane d’un motel réservé aux blancs. Le titre est devenu par la force des choses l’un des hymnes emblématiques du Mouvement des Droits Civiques. Pour l’anecdote, le motel qui refusa l’entrée de COOKE se situait à Shreveport, bonne ville natale de Bettye. Un frisson risque de parcourir les avants-bras de certains lecteurs à l’écoute des paroles : I was born by the river, in a little tent - I've been running ever since - A long time coming - But I know a change gonna come. L’une des versions féminines parmi les plus intenses avec celles de Bettye LAVETTE, Naomi SHELTON, Bonnie Bramlett et Leela James.

La voix chaleureuse qui peut aussi se montrer plaintive fait mouche à presque tous les coups, les mélodies aérées de cuivres et l’émotion sont des atouts indéniables. On peut juste reprocher une production parfois trop clinquante, mais Alton Scott n’a jamais fait d’étincelles, même en allumant un wagon de feux d’artifice. Huit des douze titres sont issus des six singles Money Records. Depuis la redécouverte de Bettye SWANN via la médiocre reprise de Joss STONE, plusieurs compilations ont vu le jour. Certaines proposent une re-masterisation fortement discutable et peu goûteuse.


*Titre homonyme à ceux d’Iggy Pop et Japan.
**Titre homonyme à celui de Madeleine Peyroux.
***Titre homonyme à ceux des Remains, John Lee Hooker et Boston.

A lire aussi en SOUL par LE KINGBEE :


Ann PEEBLES
This Is Ann Peebles (1999)
Compil reprenant les 1er et 3ème opus et 1 inédit




Ann PEEBLES
This Is Ann Peebles (1969)
La réponse de Memphis à Aretha Franklin


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Bettye Swann (chant)
- Charles Wright (guitare, batterie)
- Bob West (basse)
- James Carmichael (piano)


1. Make Me Yours
2. Fall In Love With Me
3. Don't Look Back
4. Don't Wait Too Long
5. Don't Take My Mind
6. I Can't Stop Loving You
7. I Think I'm Falling In Love
8. You Gave Me Love
9. The Heartache Is Gone
10. I Will Not Cry
11. What Is My Life Coming To
12. A Change Is Gonna Come



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod