Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2022 Revel In Time
 

2002 Space Metal
2003 Live On Earth
2010 Victims Of The Modern...
2022 Revel In Time
 

- Membre : The Gentle Storm , Marcela Bovio , Nightwish
- Style + Membre : Ayreon, Vuur, Supersonic Revolution

Arjen Anthony Lucassen's STAR ONE - Revel In Time (2022)
Par LONG JOHN SILVER le 29 Juillet 2022          Consultée 1369 fois

Arjen Anthony Lucassen n’est pas du genre à attendre des années pour publier un nouveau disque, en 2020 il sortait Transitus sous l’appellation AYREON, son vaisseau amiral, or ce n’est pas ce qu’il prévoyait de faire de prime abord. Son label a fait le forcing pour qu’il en fût ainsi. De fait Transitus n’a pas convaincu son public, cela même si l’album reste digne dans sa globalité, osant certaines prises de risque, son bilan artistique, quoique correct, reste en deçà de ce à quoi on était habitué. Toujours concernant AYREON, un nouveau spectacle était envisagé or –comme vous le savez- un gros vilain/pas beau/tout moche rhume mondialisé a stoppé net toute velléité de rassemblement humain pendant de nombreux mois. Qu’à cela ne tienne, Arjen –spécialiste des prophéties apocalyptiques- ne s’arrête pas de travailler pour si peu, lui qui a l’habitude de se confiner chez lui pour enregistrer ce qui lui passe par la tête. Cette fois-ci, il a choisi de relancer son projet STAR ONE pour publier un 3ème opus sous ce nom, son premier depuis 12 ans. Ce troisième volume reprend le concept utilisé des précédents : chaque titre est inspiré par un film ou une série (principalement de la S-F) qui a marqué notre Hollandais volant au point de faire parie de son ADN intellectuel et artistique. La pochette (magnifique) est l’œuvre de Jef Bertels, un artiste Belge qui, jusque là, était affecté à la création des artworks… d’AYREON !

Cela posé, Arjen nous a expliqué récemment que ce qui différenciait AYREON de STAR ONE, c’est que chaque morceau de STAR ONE pouvait être un morceau d’AYREON mais que la réciproque n’était pas vraie. Autrement dit, vous n’entendrez pas de flûte, violon, viole de gambe, dulcimer et autre instrument folky dans un album de STAR ONE. Sans quoi, Lucassen joue de la guitare, de la basse, des claviers et, parfois, chante, invite un tas de chanteurs/chanteuses, en plus des solistes tous plus prestigieux les uns que les autres, chargés de faire briller ses compos. Et d’ajouter une forte dose de hype à ses projets. Comme pour AYREON. Vous voulez du lourd ? Vous aurez du lourd. Au chant, les habitués Floor Jansen (NIGHTWISH), Micheal Mills et Damian Wilson sont de retour, mais itou Russell Allen (SYMPHONY X). Arrivent (entre autres) Jeff Scott Soto (Yngwie MALMSTEEN, SONS OF APPOLO) et Joe Lynn Turner (RAINBOW). Aux claviers lead (Jens Johansson, STRATOVARIUS) et Joost Van Den Broek (VUUR), aux guitares Adrian Vandenberg (VANDENBERG, WHITESNAKE), Ron THAL (GUNS N’ ROSES, SONS OF APPOLO), ou encore Steve VAI, liste non exhaustive, sont également de la partie. Afin de faire monter la pression lors de la prépublication de l’objet, l’ami hollandais poste de courts extraits sur YouTube et demande à ses fans qui se cache derrière ce magnifique solo ou cette voix enchanteresse. Il est TROP fort.

Oui mais. Nonobstant une production impeccable, l’enthousiasme jamais démenti du gus pour ses projets, des guests qui s’investissent ou un aspect catchy des plus plaisants, on sent que, pour la deuxième fois consécutive (après Transitus), l’ami Lucassen touche ses propres limites de compositeur. C’est notamment flagrant sur la deuxième partie de Revel In Time qui fait furieusement penser à The Source (AYREON, 2017) et plus encore sur le titre final , "Lost Children of the Universe", qui recycle l’ambiance générale, le son et les arrangements de l’opus précité, mais également le solo planant de Steve VAI qui chasse sur les mêmes terres que celui de Guthrie Govan sur "Planet Y Is Alive". Voilà qui a de quoi agacer alors que, pour se réjouir, on relève quand même un excellent emploi du Hellscore Choir sur ce final. Personnellement, j’adhère plus lorsque notre brave Arjen s’amuse à pomper l’intro du "Space Truckin’" de DEEP PURPLE sur un "Back From The Past" qui ne vole pas son nom pour le coup. Ce qui faisait (jadis ?) la force des précédentes productions de Lucassen, c’était qu’il se trouvait sur chacune d’elles une poignée de moments imparables qui faisaient lustrer l’entièreté de leur contenu. On pense au "Valley of the Queens" de Into The Electric Castle ou au "Day Eleven : Love" de Human Equation ou encore, s’agissant de STAR ONE, à "The Eyes of Ra" inclus dans Space Metal.

Point de cela ici, le disque est agréable, ça oui, aussi se raccroche-t-on à certaines idées de prod’ ingénieuses, comme le boîte à musique de "Bridge of Life", même si cette chanson ressemble (une fois encore) à une chute de The Source, tout comme "Today Is Yesterday", située juste après. Même constat s’agissant de "A Hand On the Clock". Du coup, on écoute avec encore plus d’attention les arrangements virevoltants qui émaillent l’album, mention spéciale pour "Beyond the Edge of It All" aux breaks arabisants du plus bel effet, et on ne peut qu’applaudir la dextérité efficace dont font preuve tous les solistes qui magnifient les passages instrumentaux. Et s’il faut ressortir, malgré tout, une petite pépite de cet ensemble fourni en bonnes intentions, ce sera alors "The Year Of ‘41", chantée par un Joe Lynn Turner qui assure grave, fournie en interventions aux guitares lead et claviers signées Joel Hoekstra et Jens Johansson, étincelantes, et dont les mélodies vocales et instrumentales ressortent mieux que celles des autres pièces de l’ensemble du skeud. L’introductrice "Fate of Man" n’est pas mal non plus. Bien enlevée, elle donne envie de poursuivre l’aventure.

Voici pour la version commune de Revel In Time, un disque honnête de Metal/Prog, signé par un Lucassen qu’on a connu mieux inspiré et moins auto-plagiaire autrefois. L’ami batave en a également conçu une version alternative avec d’autres chanteurs lead, notamment Marcela Bovio (STREAM OF PASSION), choriste sur la version chroniquée, qui chante deux titres sur la version alternative, ou encore Tony Martin (BLACK SABBATH) qui reprend le dernier morceau de l’œuvre. Signalons aussi que la plupart des solistes restent les mêmes sur les deux versions, à l’exception d’Alessandro Del Vecchio aux claviers qui reprend "The Year of 41" à son compte. Ni un chef-d’œuvre, ni un ratage, néanmoins une (relative) déception s’agissant d’un gars dont on ne demande qu’à apprécier le boulot avec –au moins- autant d’enthousiasme qu’il en a à nous le présenter.

A lire aussi en METAL par LONG JOHN SILVER :


RAINBOW
Rising (1976)
La bande à Blackmore.




RAINBOW
Long Live Rock'n'roll (1978)
Ce n'est qu'un au revoir


Marquez et partagez





 
   LONG JOHN SILVER

 
  N/A



- Arjen Anthony Lucassen (guitare, basse, claviers,chant)
- Ed Warby (batterie)
- Erik Van Ittersum (synthétiseur)
- Marcela Bovio (chœurs)
- Irene Jansen (chœurs)
- Hellscore Choir (chœurs sur 11)
- Michael Romeo (guitare solo 1)
- Timo Somers (guitare solo 2)
- Ron 'bumblefoot' Thal (guitare solo 4)
- Adrian Vandenberg (guitare solo 5)
- Joel Hoekstra (guitare solo 6)
- Arjen Anthony Lucassen (guitare solo 10)
- Steve Vai (guitare solo 11)
- Jens Johansson (claviers solo 6)
- Lisa Bella Donna (claviers solo 8)
- Joost Van Den Broek (claviers solo 9)
- Brittney Slayes (chant sur 1)
- Russell Allen (chant 2)
- Micheal Mills (chant 3)
- Ross Jennings (chant 3)
- Jeff Scott Soto (chant 4)
- Brandon Yeagley (chant 5)
- Joe Lynn Turner (chant 6)
- Damian Wilson (chant 7)
- Dan Swanö (chant 8)
- Floor Jansen (chant 9)
- John Jaycee Cuijpers (chant 10)
- Roy Khan (chant 11)


1. Fate Of Man (the Terminator)
2. 28 Days (till The End Of Time) (donnie Darko)
3. Prescient (primer)
4. Back From The Past (back To The Future)
5. Revel In Time (bill & Ted's Excellent Adventure)
6. The Year Of '41 (the Final Countdown)
7. Bridge Of Life (frequency)
8. Today Is Yesterdy (groundhog Day)
9. A Hand On The Clock (source Code)
10. Beyond The Edge Of It All (sapphire & Steel)
11. Lost Children Of The Universe (interstellar)



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod