Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK RAP COUNTRYSANT  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2022 Bad Reputation

KID ROCK - Bad Reputation (2022)
Par ERWIN le 8 Septembre 2022          Consultée 343 fois

Ca fait plus de trente ans que KID ROCK, aka Robert Ritchie, traîne sa carcasse de dégénéré sur tous les plateaux télé et autres actes de charité ou de religion des grands Etats-Unis d’Amérique. Il symbolise à merveille les excès de la patrie de l’oncle Sam, les paroles politiques regrettables, les actes manqués, l’alcoolisme, la chasse, les divorces houleux, les armes, bref, ce mec est un véritable condensé de couillonnades à l’américaine, la preuve ? Il a soutenu tous les présidents américains en exercice depuis les années 90, incroyable non ? Il n’empêche que sa carrière est ponctuée de nombreux hauts et qu’il a vendu une bonne ribambelle d’albums – autour des 60 millions -. Celui ci, à l’abominable pochette enfumée, est son douzième depuis 1990, et notre bob y tient tous les instruments - ce dont il est coutumier -, avec une bonne cinquantaine de guests dans le coin tout de même.

Deux singles sont sortis l’an passé : "Don’t Tell Me How To Live", chanté en duo avec les canadiens de MONSTER TRUCK, est le parfait exemple de ce dont est capable de pondre notre artiste au meilleur de sa forme. Ce blend de hard-rock basique mais efficace au riff bien pêchu, assorti d’un flow de haute volée, est d’une originalité évidente, très adictif. Le refrain en mode southern-rock est aussi de toute beauté, ce titre est une vraie tuerie et un must ! J’ai remis le saphir dix fois d’affilée sur ce microsillon avant de passer au titre suivant, vraiment super cool ! "Ala-Fuckin-Bama" s’ensuit avec une vibe plus laidback, quelques cuivres se font entendre sur le refrain, pas transcendant mais correct.

Le binaire "We The People" tourne autour des élections américaines. Argue-t-elle que la démocratie est en oeuvre et que le peuple détient les clés du pouvoir ? Que nenni, c’est bien Kid ! Le titre manque de couilles malgré un refrain sympa. On connaît la capacité du chanteur à effleurer chaque style avec talent et sur "Rockin" sont conviés les grands espaces américains, une lap steel guitar et un esprit countrysant plutôt bon enfant. On en termine sur un grand écart avec "Shakedown", chantée en duo avec Robert JAMES sur une nouvelle fusion de hard et de rap toujours aussi superbement effectuée. Le mélange des deux voix est d’une rare efficacité, les percussions. Les deux featuring sont magnifiques mais pas un seul de ses singles ne va charter

Comme KID est un ricain pur sucre qui donnerait jusqu’à son dernier cheveux pour son pays, on chante de la country ! On est un peu 'facile' sur "Everything To Me" ou sur "See You Again", mais rien de bien grave, ça s’écoute. Quelques mânes amérindiennes sont convies sur "Never Quit", un joli refrain, un fiddle bien aérien et toujours l’évocation des grands espaces, et au beau milieu quelques intonations hip-hop, vraiment chouette tout ça. Nous sommes parfois country-rock comme la mignonne "The Last Dance" dont le ton est proche de BON JOVI. L’ensemble sonne vraiment sympa. On tombe forcément dans un bain de country lorsqu’on en évoque la capitale, alors "The Nashville I Know" n’oeuvre certes pas dans la cosmopolitan, mais le ton est bien mièvre tout de même. Une baladounette de cowboy, c’est "Cold Beer" - ouais les thèmes se mixent mais restent toujours un peu les mêmes !

Comme dab', KID part dans tous les sens : le rock reprend un peu ses droits sur "Still Somethin", autobiographique et assez sympa. Certes, les rythmes et mélodies ont déjà été mille fois entendus mais l’ensemble se laisse bien écouter. Nous avons même un riff plutôt AC/DCien sur "Bad Reputation", - vu le titre vous me direz ! Un prétexte pour une chanson à boire et s’autonommer bad boy. Tout est relatif ! Nous avons même une petite wah-wah sur "She’s Your Baby", avec cuivres et choeurs soul de rigueur. Toujours la gloire des USA sur une "Am What I Am" qui se veut hip-hop mais parvient juste à nous endormir. On fait l’apologie des USA sur "My Kind ff Country", plus folky pop dans le ton. Je ne suis pas un fan de l’autotune et on en entend un poil trop sur "Never Enough", dans une ambiance Americana proche de John MELLENCAMP si on retire ce damné effet.

A l’heure de l’addition, tout ceci ne manque pas de sel, c’est certain, mais KID ROCK a sans doute toujours tendance à en faire trop. Comme tous les Américains, il assaisonne trop ses plats ! L’opus est blindé jusqu’à la gueule et pas mal de titres country sont franchement inutiles. Je retiens en revanche les deux blend fusionnels que sont le rock-rap de "Don’t Tell Me How To Live" et le rap-rock de "Shakedown", deux petites merveilles à ne pas rater avant de foutre le camp d’ici. Le personnage du KID par trop omniprésent sur les télévisions ricaines est, il est vrai, un peu irritant, mais il parvient à sortir de grand titres lorsque l’ambiance y est ! Je reste au final sur un trois basique.

A lire aussi en ROCK par ERWIN :


TELEPHONE
Dure Limite (1982)
Fleuron du rock hexagonal




Rod STEWART
Foot Loose And Fancy Free (1977)
Vous vous attendiez à du disco ?


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Don’t Tel Me How To Live
2. We The People
3. My Kind Of Country
4. Bad Reputation
5. Never Quit
6. Shakedown
7. Rockin
8. The Last Dance
9. See You Again
10. Still Somethin
11. She’s Your Baby
12. Never Enough
13. Everything To Me
14. Cold Beer
15. Ala-fuckin-bama
16. Am What I Am
17. The Nashville I Know



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod