Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-ROCK-FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Michelle BRANCH - The Trouble With Fever (2022)
Par MARCO STIVELL le 21 Septembre 2022          Consultée 293 fois

Plus le temps passe et moins Michelle BRANCH semble se soucier de renvoyer, dès la pochette de son nouvel album (exercice plutôt rare au cours des vingt dernières années !), une image de beauté juvénile, ce qu'elle n'a jamais cessé d'être pourtant. Il suffit de tourner les pages du livret de ce Trouble With Fever pour le constater, un photo-shooting (de Sonya Jasinski) très réussi durant lequel elle expose sa troisième grossesse. Il s'agit d'une fille née en février, sa deuxième à elle et son deuxième enfant avec son mari Patrick Carney des BLACK KEYS, également collaborateur le plus proche en musique depuis le milieu des années 2010, même si, à l'heure de la sortie et où ces lignes sont écrites, cela se conjugue dorénavant au passé !

L'année 2022, véritable charnière, semble marquée de temps forts pour la chanteuse mais dans un sens de montagnes russes. Les deux accouchements, le naturel et le créatif, ont vu entretemps une séparation assez violente de BRANCH et de Craney en termes conjugaux, amenant au divorce. Et, comble de l'ironie, cela se produit un mois avant la sortie de The Trouble With Fever, album qui les a mieux rapprochés que jamais !

Si Hopeless Romantic (2017) pouvait encore passer pour un album de groupe grâce à un effectif montant à quatre, la surprise est de taille face à cette nouvelle réalisation d'un duo parfait, multi-instrumentiste (lui gère plutôt la rythmique basse-batterie et les effets de guitare, elle le chant, les claviers et autres accompagnements) avec pour seul autre apport le violoncelle régulier de Cassandra Leigh 'Casey' Kaufman (BABY TEETH THIEVES).

Quatre chansons sont d'écriture commune pour l'ex-couple (le reste étant de BRANCH seule), de même que la production et l'enregistrement à Nashville, dans le studio-maison, avant un petit voyage au Pays de Galles pour le mixage et retour par New York pour le mastering. Compte tenu des derniers événements qui vont changer beaucoup de choses, on peut remercier le sort et son timing parfait, d'autant plus que l'album est à la hauteur des attentes ; longues, si longues attentes !

Néanmoins, The Trouble With Fever peut passer pour ces albums qui déçoivent au premier abord, se dévoilant mieux au fil des écoutes. On ressent tout de suite combien la touche BLACK KEYS/Craney a continué d'influencer Michelle BRANCH dans son évolution artistique. En termes 'indés', elle s'inspire également beaucoup des SILVER JEWS, ancien groupe newyorkais (1989-2009) et des paroles de leur chanteur David Berman qui s'est suicidé en 2019. La chanteuse, comme pour effacer le manque d'enthousiasme public relatif à sa fournée précédente, a tenu toutefois à renouer simultanément avec l'efficacité pop – même sans country - de ses albums 'de jeunesse', à savoir Hotel Paper, The Spirit Room ou même l'EP de 2010.

C'est bien simple : The Trouble With Fever est le mélange parfait des deux aspects. Le premier single, non pas celui auquel on pourrait penser, se trouve être "I'm a Man", manifestement une marque d'empathie par Michelle BRANCH adressée aux hommes, victimes collatérales qui tentent de dépasser le tournant "MeToo" de l'Histoire. Une chanson pop-blues où la voix si heureusement retrouvée, elle aussi toujours belle et juvénile mais plus mature dans ses intonations, se fait entêtante, passe en voix de tête sur le refrain.

Le violoncelle comme les guitares ou les percussions, tous démultipliés, donnent le ton musical pour l'opus, mais question choix de single, on aurait pensé plutôt à "Not My Lover". Son Mellotron et son esprit folk rappelant "Wicked Game" de Chris ISAAK dans le choix des accords, dans la ligne de guitare claire planante, illustrent à merveille la photo de 1970 empruntée à James Carney pour pochette, même s'il s'agit d'une plage du Massachusetts à Cape Cod plutôt que de la Californie. De quoi aussi comprendre, sur ces deux dernières années, la démarche artistique d'un couple de musiciens qui voulait se sortir du confinement.

Si encore une fois il convient de ne pas rester sur une première écoute probablement décevante, chaque chanson révèle son potentiel, du slow 'indé-aérien' "Beating on the Outside" à "You", titre léger et toutes guitares en avant. Preuve, pour ce dernier, que l'on peut sonner branché, jusque dans les choeurs en voix de tête, comme de la pop actuelle mais en beaucoup mieux si l'on se détache des productions électroniques fadasses, si une vraie chanteuse assume sa voix et maîtrise son propos. On note même un charme artisanal dans la nappe-accordéon de "You Got Me Where You Want Me", séduisant par son rythme chaloupé.

Avec "Zut Alors!", au refrain basique mais efficace et que tout francophone relève naturellement ("zut alors, l'esprit d'escalier!"), Michelle BRANCH décrit une avalanche de problèmes pour qui ne prend pas garde à ce qu'il dit ou qu'il fait, chose particulièrement vraie à l'époque des réseaux sociaux, de la connectivité à outrance. D'autres titres, du crépusculaire "I'm Sorry" à la ballade acoustico-nostalgique "When That Somebody is You", violoncelle et ton sensuel, du sautillant "Fever Forever" à cette "Closest Thing to Heaven" d'ouverture, à la fois mélancolique et ensoleillée, sont tout autant à l'honneur de la chanteuse.

Sans être forcément des chefs d'oeuvre, ils s'appuient simplement et comme les autres sur un songwriting efficace, une musicalité certaine sous l'égide pop, s'accordent de façon idéale à la voix. Cette voix d'une amie de longue date qui demeure le principal attrait (avec moins de liberté et d'effets que sur l'album précédent), y compris au niveau des choeurs qu'elle est seule pour réaliser. Avec Michelle BRANCH, on attend mais cela vaut toujours le coup !

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


The WRECKERS
Way Back Home: Live From New York City (2007)
Pop et country.




Elton JOHN
Caribou (1974)
Il est fort cet Elton...


Marquez et partagez







 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Michelle Branch (chant, guitares, claviers)
- Patrick Craney (basse, batterie, percussions, guitare électr)
- Casey Kaufman (violoncelle)


1. Closest Thing To Heaven
2. You Got Me Where You Want Me
3. I'm A Man
4. Not My Lover
5. When That Somebody Is You
6. You
7. Zut Alors!
8. Fever Forever
9. Beating On The Outside
10. I'm Sorry



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod