Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2022 18
 

- Style + Membre : Jeff Beck

JEFF BECK & JOHNNY DEPP - 18 (2022)
Par ELK le 13 Octobre 2022          Consultée 1342 fois

Malgré leurs 19 ans d’écart, Jeff est copain avec Johnny et Johnny est copain avec Jeff. Ils aiment tous les deux bricoler les bagnoles et les guitares et quand ils sont ensemble, ils vivent une cure de jouvence et retrouvent leurs 18 ans, d’où le titre de l’album. C’est pas mignon tout ça, elle est pas belle l’histoire ?
Avec tout autre musicien que Jeff, on aurait pu soupçonner une tentative vénale, pas avec celui qui aurait pu gagner des millions avec les STONES mais a préféré suivre son propre chemin. Et puis, on ne se refait pas à 78 ans. Pour Johnny, malgré une belle expérience dans la musique, notamment avec les Hollywood vampires, jouer et enregistrer avec Jeff BECK est évidemment une superbe opportunité qui ne se refuse pas, un peu comme un passage direct en division supérieure. Pour couronner le tout, deux de ses compos figurent sur l’album, joli cadeau pour un musicien 'amateur' (sauf dans la pub pour 'Sauvage' où ses trois accords de gratte doivent lui rapporter pas mal).

Revenons à la musique et écoutons ce fameux album. Il est en fait composé de types de morceaux bien distincts : trois instrumentaux, 2 compos originales de Johnny DEPP et 8 reprises, donc en tout 10 occasions d’entendre la douce voix de la star ! Il est par ailleurs entendu que Jeff ne compose plus, exercice qui n'est pas celui qu'il préfère.
Commençons par les instrumentaux : "Midnight Walker" qui ouvre l’album nous emmène dans la lande irlandaise, sur une superbe et lente mélodie de David Spillane, joueur d’instruments traditionnels. La recette est connue, mais elle fonctionne à merveille tant la stratocaster de Jeff est expressive et belle. Sur "Don’t Talk", Jeff nous accompagne superbement dans l’univers mélodique des BEACH BOYS, et il parvient de nouveau à sublimer un thème déjà magnifique, bien aidé par de parfaits arrangements (une constante dans l’album). On est projetés dans l’univers (que j’adore) du "Live at Ronnie Scott’s". "Caroline No" puise dans la même inspiration, Jeff nous fait une nouvelle démonstration de toute sa maîtrise des sons et intensités, jouant beaucoup sur les volumes pour atténuer ou amplifier ses attaques de cordes, du grand art et de la très belle musique.
Passons à présent aux deux morceaux de Johnyyyyyyyy (du calme dans les rangs). Eh bien, comme dirait Christopher Waltz dans Inglorious Basterds de Tarantino, ce n’est pas si mauvais. "Sad Motherfuckin’ Parade" (sur lequel certains enquêteurs sagaces ont cru déceler un lien avec les démêlés conjugaux et judiciaires récents de l’auteur) affiche une belle modernité avec ses gimmick vocaux qui évoquent un peu le travail de Steven WILSON sur son dernier album solo. Rien de transcendant, mais rien de rebutant non plus. "This Is a Song For Miss Hedy Lamar", bien menée, distille une jolie émotion malgré un chant noyé dans l’écho. Bien entendu, Jeff lui donne une belle dimension par ses interventions magiques.
Après ces bons points distribués à l’élève DEPP, attaquons les reprises. Franches réussites que "Death and Resurrection Show" de KILLING JOKE, très pêchue et limite mieux que l’originale, même remarque pour "Venus In Furs" du VELVET UNDERGROUND, bien adaptée à la voix monocorde de Johnny, et dynamitée par les brillantes saillies de Jeff. J’aime bien également "Let It Be Me" des EVERLY BROTHERS, très douce et (est-ce nécessaire de le dire) sublimée par la guitare de vous-savez-qui. Johnny s’en sort bien, même si le chant reste un peu lointain. La plus belle performance vocale, et peut-être le meilleur morceau de l’album, est le "Isolation" de John LENNON sur lequel la voix est enfin lâchée, et c’est très réussi ! Je trouve que les titres "Motown", "What’s Going On" de Marvin GAYE et "Ooo Baby Baby" de THE MIRACLES, superbes compos par ailleurs, sont un peu moins réussis dans ce contexte. Il en va de même de "Stars" de Janis Ian et "Time" de Dennis Wilson qui pointent les limites de Johnny derrière le micro, et ne décollent pas vraiment.

Finalement, l’album est globalement une réussite. Jeff possède une maîtrise totale de son art et une inspiration constante, quel que soit le genre abordé. Malgré la présence du capitaine Jack Sparrow à ses côtés, il ne laisse personne tenir la barre de son vaisseau, ni planer le moindre doute sur qui est le boss du projet. Johnny en est réduit à être au mieux son second, parfois un simple matelot voire limite un passager clandestin sur certains titres. Ses capacités vocales sont certes limitées, mais il se rattrape plutôt bien sur l’émotion ; il est par ailleurs un guitariste rythmique très correct, ce qu’il démontre de façon plus évidente sur scène que sur cet album. Il reste enfin à souligner le gros travail effectué sur la production, il n’était pas évident de maintenir l’unité d’un tel projet, ni de trouver les bonnes approches sur ce patchwork de titres, et l’équipe a su relever ce défi.

Finalement, l’effort mérite un 3,5, que je ramène à 3, mais le 4 n’était pas si loin.

A lire aussi en ROCK par ELK :


Bruce SOORD
Luminescence (2023)
Une belle lumière bleutée




Charlelie COUTURE
Poemes Rock (1981)
Au firmament du rock français


Marquez et partagez





 
   ELK

 
  N/A



- Jeff Beck (guitare électrique, guitare acoustique, basse, bat)
- Johnny Depp (chant, guitare électrique, guitare acoustique, bas)
- Rhonda Smith, Pino Palladino (basse)
- Vinnie Colaiuta (batterie)
- Robert Adam Stevenson (claviers, piano, cordes)
- Tommy Henriksen, Ben Thomas, James Pears (claviers)
- Jason Rebello (piano)
- Vanessa Freebairn-smith (flûte)
- Olivia Safe (vocaux)


1. Midnight Walker (reprise De 'davy Spillane')
2. Death And Resurrection Show (reprise De 'killing J
3. Time (reprise De 'dennis Wilson')
4. Sad Motherfuckin'parade (johnny Depp)
5. Don't Talk (put Your Head On My Shoulder)-(reprise
6. This Is A Song For Miss Hedy Lamarr (johnny Depp)
7. Caroline No (reprise Des 'beach Boys')
8. Ooo Baby Baby (reprise De 'the Miracles')
9. What's Going On(reprose De 'marvin Gaye')
10. Venus In Furs (reprise De 'the Velvet Underground'
11. Let It Be Me (reprise De 'the Everly Brothers')
12. Stars (reprise De Janis Ian)
13. Isolation (reprise De 'john Lennon')



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod