Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2022 Remastered Reissue
 

1994 Demolition 23
 

- Style : The Heartbreakers , The Ramones , The Dictators , The Damned , The Dead Boys , Jetboy
- Membre : Hanoi Rocks, New York Dolls

DEMOLITION 23 - Remastered Reissue (2022)
Par JASPER LEE POP le 6 Septembre 2023          Consultée 526 fois

1993. Mike Monroe n’est pas content. L’aventure JERUSALEM SLIM avec Steve Stevens s’est terminée en eau de boudin et lui a financièrement fait boire la tasse. Et, histoire de remuer le cran d’arrêt dans la plaie, l’ex-Billy IDOL s’en est allé rejoindre le projet solo de Vince Neil, l’ex-chanteur essoufflé de MOTLEY CRUE et chauffard responsable de la mort de Razzle, batteur d’HANOI ROCKS. Non, vraiment il a les nerfs.

Et puis, il en a ras la couenne d’entendre dire qu’HANOI ROCKS est l’une des influences principales des glammers de Los Angeles qui paradaient en haut des charts il y a encore peu. Visuellement, c’est indéniable, le look des Finlandais a été photocopié jusqu’à la pénurie de cartouches d’encre mais, musicalement, hormis quelques rares exceptions (au nombre desquelles les GUNS bien sûr), on cherche encore. Marre de la frime californienne, Monroe veut revenir à l’essentiel. Il se rapproche alors de son pote Stevie Van Zandt qui avait produit son second album solo et tous deux échafaudent le projet de revenir aux racines Punk-rock. Le fidèle lieutenant Yaffa est de la partie ainsi que Jay Hening (ex-STAR STAR) et le batteur Jimmy Clark. Les deux hommes composent pendant deux semaines (en compagnie de Jude Wilder, la femme de Monroe) et Little Steven s’assoit deux autres semaines derrière la console. L’album de DEMOLITION 23 (une référence au roman Exterminateur ! de William Burroughs) sort en 1994 et c’est de la bombe, baby.

La triplette qui ouvre le disque est phénoménale. C’est teigneux à souhait, à l’os, zéro pour cent de matière grasse à l’image du corps de Monroe, refrains bulldozer et nihilistes, ça râle et ça dénonce à tout va comme le veut le genre. Les valeurs humanistes vont à vau-l’eau au fil des décennies ("Nothing’s Alright"), la gentrification signe la mort des derniers endroits festifs ("Hammersmith Palais" entre autres sur la fermeture de l’Hammersmith Odeon remplacé par une banque) et il n’y a pas de justice, ma bonne dame, les racailles de l’époque ont la peau dure (Reagan, Quayle, Swaggart, Limbaugh…) alors que ses héros au cœur pur tombent comme des mouches (Bators, Thunders, Scott…). Monroe retrouve la verve qui était la sienne chez HANOI ROCKS avec une dose de hargne supplémentaire (et toujours une articulation idéale pour apprendre l’Anglais. Je le place en troisième place sur le podium derrière Ella FITZGERALD et Danko Jones).

Le niveau est maintenu avec "Dysfunctional" et "Same Shit Different Day" et les trois reprises qui émaillent l’album s’intègrent parfaitement aux compos maison avec les hommages aux copains disparus au champ d’honneur, "Ain’t Nothing to Do" des DEAD BOYS (Monroe a longtemps été hébergé par Stiv Bators à New York et "Deadtime Stories" qui clôture paisiblement l’album lui est dédié), le mythique "I Wanna Be Loved" des HEARTBREAKERS de Thunders et "Endangered Species" des U.K. SUBS. Au milieu de ces grenades, seul "You Crucified Me" sonne comme un morceau du répertoire solo de Monroe et permet de calmer le jeu.

Je ne vous ferai pas l’article sur la qualité du remaster que j’ai écouté sur mon téléphone antique via une plateforme principalement pour les trois bonus (des morceaux en version demo à l’intérêt ultra limité), mon CD d’origine sonne toujours bien, merci. L’intérêt de cette nouvelle sortie est avant tout un excellent prétexte pour redonner un coup de projecteur sur un disque très mal distribué et longtemps introuvable. Un des disques préférés de la carrière de Monroe et on comprend pourquoi, tant il mérite une place parmi les incontournables du genre.

P.S : Prêt à partir en tournée en 1994, Jay Hening est victime d’un accident de la route et est remplacé au pied levé par Nasty Suicide (soit les 3/5 d’HANOI ROCKS pour les fortiches en math) qui déclarera forfait en cours de tournée pour faire des études de pharmacie. Hening s’est suicidé en 1997. Le groupe s’est reformé pour fêter les 60 ans de Monroe et a finalement annoncé une tournée de six dates cet automne en Finlande. Quel beau pays !

A lire aussi en PUNK ROCK par JASPER LEE POP :


The VIRGINMARYS
Divides (2016)
Ils sont là pour durer.




HANOI ROCKS
Oriental Beat - 40th Anniversary Re(al)mix (2023)
Ça sonne enfin


Marquez et partagez





 
   JASPER LEE POP

 
  N/A



- Michael Monroe (chant, harmonica)
- Jay Hening (guitare, chœurs)
- Sami Yaffa (basse, chœurs)
- Jimmy Clark (batterie, chœurs)
- Kory Clarke (chœurs)
- Jude Wilder (chœurs)
- Little Steven (chœurs)


1. Nothing's Alright
2. Hammersmith Palais
3. The Scum Lives On
4. Dysfunctional
5. Ain't Nothing To Do
6. I Wanna Be Loved
7. You Crucified Me
8. Same Shit Different Day
9. Endangered Species
10. Deadtime Stories
11. +
12. Hammersmith Palais (demo)
13. Dysfunctional (demo)
14. The Scum Lives On (demo)



             



1999 - 2023 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod