Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ FUSION  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

1984 Night

JOHN ABERCROMBIE - Night (1984)
Par ELK le 15 Avril 2024          Consultée 306 fois

Saviez-vous que ABERCROMBIE n’est pas seulement une marque de fringues à la mode, mais que derrière ce nom se cache l’un des plus fins guitaristes Jazz de ces cinquante dernières années ? Pardonnez-moi cette intro un peu facile, mais elle illustre surtout le fait que John ABERCROMBIE, guitariste américain né en 44 et décédé en 2017, a mené une carrière riche et fructueuse, mais discrète et en marge des projecteurs qui se sont parfois braqués sur certains de ses confrères finalement pas toujours plus talentueux que le natif de Port Chester. Marqué par son inaltérable fidélité à ECM après sa découverte par Manfred Eicher, un des fondateurs du label, le guitariste américain est à la tête d’une discographie plus que conséquente, dont près d’une soixantaine d’albums comme leader ou co-leader, dans des styles allant du Jazz Fusion au Free Jazz, voire au Jazz avant-gardiste. Comme beaucoup de guitaristes de fusion, John a commencé par jouer du Rock, sous l’influence de Chuck BERRY, avant de découvrir Charlie CHRISTIAN, puis Bill EVANS, Jim HALL, John COLTRANE ainsi que le musicien de Country John FAHEY qui l’ont tous influencé.

De son œuvre pléthorique, j’ai choisi de vous parler de l’album Night datant de 1984, que j’ai découvert quelques années après sa sortie, peut-être attiré à l‘époque par sa jolie et intrigante pochette. En dehors du fait que je l’apprécie beaucoup, il me semble contenir l’essentiel des éléments qui font de John ABERCROMBIE un guitariste à part qui mérite d’être découvert et écouté avec grande attention.
Pour cet opus, il s’entoure d’une équipe de pointures : le fantastique batteur Jack DeJohnette, le fameux pianiste tchèque Ian Hammer et le saxophoniste star Michael Brecker, complice musical de longue date. Ce quartet, marqué par l’absence de bassiste, permet au jeu tout en finesse et fluidité de John de s’exprimer à merveille. Bien ancré dans ses racines Blues et Rock, son style se caractérise en effet par une forme de discrétion, un son un peu éthéré marqué par une attaque très légère des cordes (un peu comme Pat METHENY auquel il est parfois comparé), beaucoup de chorus et d’écho, et une grande intensité obtenue par l’alternance de phrases simples/limpides et de brusques accélérations laissant s’exprimer toute la virtuosité d’un musicien qui la réserve toutefois à l’expression musicale plus qu’à l’envie d’épater la galerie. John cultive en outre un art consommé du décalage rythmique subtil et un phrasé délié qui s’épanouit souvent tout au fond du temps, ce qui s’accorde d'ailleurs parfaitement avec le jeu franc et direct de Brecker.

Le premier titre de l’opus "Ethereggae", le seul que John n’ait pas composé, est l’œuvre de Ian Hammer. Il nous propose une étonnante formule : un Reggae-Jazz mené de main de maître grâce à un joli et subtil thème joué conjointement par la guitare et l’orgue, dans une ambiance assez profonde. Après un solo de synthé typique du pianiste tchèque, le son brillant du saxo relance la trame mélodique du titre alors que l’harmonie et le rythme restent assez basiques mais parfaitement agencés. Le meilleur moment est toutefois le solo de John dont les traits rapides et discontinus emportent le morceau dans une belle dimension un peu onirique. Cette jolie entrée en matière est néanmoins dépassée par le titre "3 East" dont le motif de piano catchy et répétitif crée une ambiance un peu mystérieuse sur laquelle se pose un superbe thème, faussement simple, joué à l’unisson par le saxo et la guitare. La caisse claire et les cymbales de DeJohnette drivent le titre avec beaucoup de classe et l’improvisation de John, tout en accélérations et décrochages, est superbe.

"Look Around", le plus long titre de l’album (9’02 au compteur), soutient un rythme nettement plus lent, dans une ambiance nocturne un peu nostalgique, parfait écrin pour les belles notes du thème joué une nouvelle fois au saxo et à la guitare. Les développements harmoniques sont limpides et accrocheurs, et les improvisations des instruments mélodiques parfaites, faisant du titre une très belle réussite.
Le meilleur est cependant probablement "Believe You Me" au tempo plus entraînant, conduit par une jolie mélodie tournante à l’orgue et un thème superbe et saisissant. La batterie est formidable, pleine d’intensité et de maîtrise, l’orgue sonne remarquablement, et les solos pleins de fougue et de profondeur tout au long des 7’42 d’un titre qui passe comme un souffle. "Night" est une jolie pièce lente avec un thème de départ très 'Methenien' à la guitare, avant un joli dialogue entre le saxo et le piano. "Four On One", titre beaucoup plus rapide, dans un esprit proche du Free Jazz, offre sa part d’improvisation à chaque musicien, mention spéciale au phénoménal Jack DeJohnette, particulièrement à l’aise dans l’exercice.

Ce disque est donc une franche réussite, concocté et interprété par des musiciens d’exception au service de compositions fort bien troussées quoique très accessibles. Empli de fausse simplicité et de vraie subtilité, il constitue de mon point de vue une parfaite porte d’entrée dans l’œuvre d’un artiste majeur mais relativement méconnu, à côté duquel il serait dommage de passer.

A lire aussi en JAZZ par ELK :


DI MEOLA, MCLAUGHLIN, DE LUCIA
Friday Night In San Francisco (1981)
Nuit magique, trio unique




Pat METHENY
What's It All About (2011)
Madeleine de Proust nocturne


Marquez et partagez





 
   ELK

 
  N/A



- John Abercrombie (guitares)
- Jack Dejohnette (batterie)
- Ian Hammer (claviers)
- Michael Brecker (saxophone tenor)


1. Ethereggae
2. Night
3. 3 East
4. Look Around
5. Believe You Me
6. Four On One



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod