Recherche avancée       Liste groupes



      
REGGAE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

1985 Ya Ho

The VICEROYS - Ya Ho (1985)
Par NESTOR le 29 Avril 2024          Consultée 138 fois

Dix ans avant la naissance d’ISRAEL VIBRATION et de CULTURE, THE VICEROYS, un autre trio vocal jamaïquain, se lance dans le Reggae avec clairement un peu moins de succès. Il faut dire que son histoire est un peu compliquée.
Si le trio se lance dans la musique dès 1967, il le fait sous différents noms successifs : The Voiceroys, The Interns, The Inturns, The Brothers, The Hot Tops. Et durant une longue période, il ne sort que des singles, comme cela est de coutume au sein de la scène Reggae jamaïquaine dans les années 60 et 70.
Ainsi, le groupe sort plusieurs titres ("Ya Ho", "Fat Fish", "Love & Unity", "Maga Down") lors de ses premières années, en rencontrant parfois un franc succès, notamment avec la chanson "Ya Ho". Mais sans gestion de carrière bien structurée et régulière, le groupe est victime de son mode de fonctionnement qui s’apparente à de l’artisanat musical.
Certains de ces titres sont regroupés successivement au sein de plusieurs albums Consider Yourself (en 1978 sous le nom INTERNS), Detour (en 1979 sous le nom de THE INTURNS) et enfin en 1985 sous le titre Ya Ho avec THE VICEROYS comme nom de groupe.

C’est cette version, qui sera rééditée en 2014 puis en 2024, qui nous intéresse ici. Enfin, presque : avec THE VICEROY, rien n’est jamais simple. En effet, "Girl It’s Over", un titre qui avait été ajouté à l’édition 1985, disparaît ensuite des Tracklists ultérieurs.
Au niveau musical et philosophique, le parallèle avec ISRAEL VIBRATION et CULTURE est assez flagrant. C’est le même Reggae sec et percutant, le même type d’harmonies vocales et la même simplicité dans les arrangements. A tel point que l’on peut légitimement se demander dans quelle mesure ces deux grands groupes ne se sont pas inspirés de ce qu’avait initié THE VICEROYS dans la décennie ayant précédé leur émergence.
Cela semble assez crédible tant Ya Ho est tout bonnement excellent. Les neuf titres, tous composés par Wesley Tinglin, sont percutants, affutés, entraînants et efficaces. Aucun titre de remplissage n’est à déplorer, bien que l’on ne puisse pas réellement dire que ces morceaux se démarquent énormément les uns des autres, le style du groupe étant bien ancré.
On peut tout de même mettre en avant "Send Us" dont le rythme lancinant développe une ambiance évoquant la chaleur et une certaine torpeur. "My Mission Is Impossible" qui évolue un peu dans le même style d’atmosphère pourrait faire penser par moment au "Daisy Temple" de Serge GAINSBOURG (album Aux armes et cætera, 1979), les claviers et effets électroniques en moins. De son côté, "Ya Ho" est porté par un rythme un peu plus enlevé et des harmonies vocales plus travaillées, toujours avec la même réussite. Enfin, "Sing A Good Song", avec son orientation Rocksteady constitue également un des bons moments de ce disque.
Difficile de savoir précisément qui fait quoi au sein du trio, même s’il semble que la voix de Wesley Tinglin apparaît la plupart du temps en avant plan, ses deux collègues assurant principalement les chœurs. Ce flou entourant les participants à cet album est aussi celui des musiciens. On retrouve dans les crédits deux musiciens mythiques du Reggae jamaïquain, Robbie Shakespeare (basse) et Carlton Barrett (batterie), sans qu’il soit aisé de définir quelle fut leur implication dans ces titres, sachant qu’ils (et notamment Robbie Shakespeare) étaient de très jeunes adolescents lors de l’enregistrement des premiers titres présents sur cette compilation.

Il n’en reste pas moins que cette compilation, pour brouillonne qu’elle soit sur le papier, n’a rien de bancale, contrairement à ce qu'on pouvait redouter. Les différents titres s’imbriquent parfaitement pour constituer un album cohérent, un excellent disque de Reggae Old-school qui possède tous les atouts pour ravir les fans de ISRAEL VIBRATION et de CULTURE.
Une très belle découverte.

A lire aussi en REGGAE par NESTOR :


ZENZILE
Dub Revolution (feat Nazamba) (2021)
Zenzile et high tone : un bien beau mariage dub




PIERPOLJAK
Stim Turban (2003)
Un retour aussi varié que réussi


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



- Wesley Tinglin (chant)
- Bunny Gale (chant)
- Daniel Bernard (chant)
- Robbie Shakespeare (basse)
- Carlton Barrett (batterie)
- Ansel Collins (claviers)
- Bertram 'ranchie' Mclean (guitare)
- Radcliffe 'dougie' Bryan (guitare)


1. Send Us
2. Consider Yourself
3. Detour
4. Jah Ho Jah
5. My Mission Is Impossible
6. Get To Know
7. Do We Have To Fight
8. Ya Ho
9. Sing A Good Song
10. Girl It's Over (avec The Roots Radics)



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod