Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2005 Senor Smoke
2009 Kill
 

 Site Officiel (550)
 Myspace (333)

ELECTRIC SIX - Senor Smoke (2005)
Par ZIONLEEMASTERSEB le 26 Février 2009          Consultée 2938 fois

En 2001, ce petit groupe américain en provenance de Detroit force le monde à jeter un œil sur lui après la sortie des singles « Danger High Voltage » et surtout « Gay Bar ». Son premier album « Fire » est caustique, frais et décalé. Les clips qui accompagnent les singles sont à mourir de rire. Le discours est plus que de raison orienté « cul » et les connotations sexuelles visuelles récurrentes (cf. le petit train). De plus, Abraham Lincoln était un nain et ça, les livres d’Histoire ont omis de nous l’apprendre. Heureusement qu’ELECTRIC SIX fait parti du paysage musical pour rectifier cette erreur impardonnable ! Complètement foutraque, un sens du groove hors du commun et une identité visuelle forte (contrairement à leurs pochettes de disques), leur fan base attendait la suite des festivités.

Un changement de label et l’engouement du Royaume Uni pour le groupe scindent la sortie du second album en deux dates. Le 14 février 2005 pour l’Angleterre et le 7 février 2006 pour l’Amérique du Nord. Quasiment un an les sépare. Dans notre beau pays, sans internet et ces excellents réseaux de distribution, ce serait la croix et la bannière pour le trouver. Alors comme pour remercier les Anglais de leur soutien, Electric Six reprend un hymne de leur plus Grand Groupe de Rock, mais patientons un peu.
Beaucoup de formations ne sont finalement que le groupe d’un seul disque. Réitérer la même formule à longueur de disques avec talent n’est pas donné à tout le monde et surtout rare sont les musiciens qui ont su concilier expérimentations et célébrité. ELECTIC SIX, sans être de ceux-là, réussit à tout exploser sur son passage avec ce « Señor Smoke ». Véhiculant toujours autant d’idées surréalistes sur des rythmes binaires endiablés. Mélanger le Hard Rock et la Disco est une recette hautement radioactive. Les guitares crachent des riffs entêtant, soutenues par des claviers qui s'attaquent aux mélodies 80’s. Inventaire dans les règles des gimmicks kitsch inhérents au genre ; soli et breaks, chœurs appropriés, basse funky et clavier à toutes les sauces. Notre vocaliste est un crooner déglingué au timbre de voix si particulier qui rend toute comparaison impossible. L’ensemble des chansons possède les qualités de hits en puissance, redoutablement bien écrites, aux refrains imparables. A l’exception des cocasses interludes, disséminés au long du disque comme des gags grotesques.
« Rock & Roll Evacuation » ouvre les festivités sur un rythme soutenu et offre la possibilité au groupe de s’exprimer sur leur cher président Georges W. Bush, comme quoi il n’y a pas qu’Abraham Lincoln dans la vie. Loin d’être un groupe politisé, ELECTRIC SIX a très bien compris le grand cirque de nos « têtes pensantes » et se permet le luxe de le tourner en dérision. Ce qui sera encore le cas sur « Jimmy Carter », tempo plus lent propice à poser une ambiance moite et tendue comme un string. Parenthèse politique fermée, l’autre petit sujet de prédilection des Américains concerne le monde de la nuit et les dancefloors. «Devil Nights », « Dance Epidemic », « Dance-a-Thon 2005 » et «The Future Is in the Future » sont autant de prétextes à se déhancher sur la musique du diable autant que sur les clichées disco et rock 80’s. Un peu comme si EMILE ET IMAGE rencontraient TRUST.
L’obsession du groupe reste inchangée depuis « Fire », l’explosion atomique, le coup de foudre, l’instant éphémère où tout bascule, le frisson du premier baiser, l’Amour. Le vrai, le fugace, celui qui se consume vite. Celui de la nuit où tout le monde est beau même si on déchante au réveil ! « Bite Me » et « Vibrator » tout comme « Boy or Girl? » incarnent avec merveille les chansons d’amour passionnées, fusionnelles et sexuelles. Pas le temps d’être frustré.
Sans gravité aucune, l’ensemble du disque n’est pas uniquement dédié à la fête. Musicalement, il devient un tantinet plus rock sur «Be My Dark Angel » alors que c’est un piano qui mène «Taxi to Nowhere » et ses envolées vocales.
La reprise, puisqu’il faut bien en parler, sortie comme premier single, n’a pas reçu un bon accueil en Angleterre. Coup d’épée dans l’eau. Reprendre du QUEEN au pays de la Reine, il fallait oser. Pourtant, au risque de faire hurler les puristes, leur « Radio Gaga » est une vraie merveille. L’identité d’ELECTRIC SIX étant assez forte pour ne pas plagier l’originale. Le résultat se veut très rock, ajoutant une wah wah funky pour rendre la chanson dansante, là ou au contraire, l’originale restait trop policée. Les goûts et les couleurs…
“The Future Is in the Future” clôt le disque sur une note douce-amère, un saxophone venant ponctuer les derniers déhanchements alors que le baloche ferme ses portes.

Ce disque est grand. Il sera le dernier bon album du groupe. Les changements de line-up incessants ont du avoir raison de leur démarche fraîche et survoltée.
Je parlais avec un ami, de la force de cet album en reconnaissant volontiers qu’ils n’avaient rien inventé et que leur recette fonctionnait et fonctionne toujours. Il m’a répondu qu’on ne leur demandait pas d’inventer une recette mais seulement de bien l'exécuter. C’est ce qu’ils ont fait ! C’est un philosophe mon pote...


5/5

A lire aussi en ROCK :


OASIS
The Masterplan (1998)
Mine à pépites




LITTLE STEVEN
Men Without Women (1982)
Springsteen, séries de mafieux, et le reste..


Marquez et partagez





 
   ZIONLEEMASTERSEB

 
  N/A



- Dick Valentine Chant
- The Colonel Guitare
- Johnny Na$hinal Guitare
- Smorgasbord Guitare Basse
- Tait Nucleus? Claviers
- Percussion World Batterie


1. Rock & Roll Evacuation
2. Devil Nights
3. Bite Me
4. Jimmy Carter
5. Pleasing Interlude
6. Dance Epidemic
7. Future Boys
8. Dance-a-thon 2005
9. Be My Dark Angel
10. Vibrator
11. Boy Or Girl?
12. Pleasing Interlude Ii
13. Radio Gaga
14. Taxi To Nowhere
15. The Future Is In The Future



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod