Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Elvis Presley , Gene Vincent , Jerry Lee Lewis , Stray Cats, Buddy Holly , Little Richard, Ricky Nelson

Eddie COCHRAN - The Eddie Cochran Memorial Album (1960)
Par ERWIN le 25 Août 2009          Consultée 4190 fois

Le 16 avril 1960, alors qu’il tourne intensivement avec son ami Gene Vincent, Eddie Cochran trouve la mort dans un accident de taxi à Londres ; sa fiancée Sharon Shelley survivra ainsi que Gene. La tragédie continue d’endeuiller le rock, après le départ de Buddy Holly un an auparavant. C’est dans ce contexte terrible que sort le « Memorial album », le tristement nommé, premier album posthume d’Eddie Cochran. Si le précédent album « Singin to my baby » présentait un Cochran à peine sorti de l’adolescence, on peut aisément qualifier les rocks songs de cet album comme celles de la maturité. En pleine possession de ses moyens, le jeune artiste crée pour l’occasion certains des plus grands standards du rock, qui seront repris par une pléiade de groupes.

« Summertimes blues » est ce morceau de bravoure au gimmick de guitare immédiatement identifiable : quelques accords tranchés qui préfigurent des pans entiers de Hard-Rock, de Punk, de Folk et autres musiques populaires… Le Riff vient d’être inventé, et pas qu’à moitié ! La basse ronronne, la batterie groove et Eddie place quelques accords de guitare, presque avec nonchalance. Les quelques images d’archive de l’époque nous montre un beau jeune homme à la coiffure nette et au sourire ravageur, qui s’éclate à jouer ses compos. Un look mythique, pour un talent unique !
« Somethin else », bien que moins célèbre, est aujourd’hui un classique pour les punks du monde entier. Replaçons-nous dans le contexte de 1960, et admettons que ce morceau est totalement en dehors des canons du moment : la rythmique penche singulièrement vers le Punk-rock, de même que le chant de Cochran, éraillé et moqueur. Dans le même élan « Pretty girl » sonne carrément moderne avec une intro que ne renierait pas les riffeurs d’aujourd’hui. Quel talent ! Quelle classe !
« C’mon everybody » est inséparable de « Summertimes blues », mais est surtout le plus grand succès qu’Eddie ait eu dans sa vie… C’est la même recette, pour la même réussite.
L’agressivité déployée sur « Cut across shorty » le place au niveau de Little Richard pour la violence, tandis que « Three steps to heaven » est son hommage aux disparus Holly, Valens et Bopper, dans une veine plus country-western
.
La guitare est centrale sur cet album, transcende chaque morceau, et les interventions en solo du jeune prodige ne sont pas en reste.
Il a même le culot de s’attaquer au blues-gospel méconnu de Ray Charles « Hallelujah I love her so », reprise qu’il réalise avec brio : sa voix fait toute la différence.
Sur « Don’t ever let me go », il vient concurrencer Frank Sinatra et Dean Martin sur leur registre, celui d’un crooner haut de gamme : un morceau très réussi. Seul le titre « Bool weevil song » n’est pas à la hauteur du reste à mon goût.

Cet album est aussi celui de la diversité, on y retrouve ses rocks les plus endiablés, ses slows les plus tendres, du blues, du gospel, de la variété même avec « Teresa ». Que de regrets ! En trois années de composition, Eddie aura écorché le monde de la musique de nombreuses marques indélébiles… N’en doutons pas, il aurait été une immense vedette de la musique populaire. Il avait tout : la voix, le look, un talent certain de compositeur, une forme d’innocence, fait rare pour une époque divisée entre les durs comme Vincent, Lewis, ou Elvis et les Teenage Idol comme Paul Anka, Pat Boone, produits estampillés « sains » par les sacro-saintes églises américaines et non censurés… Eddie manquera au Rock. Tel fut son destin : mourir jeune et en pleine gloire, comme un Achille des ‘50’s, fauché par la vie moderne. Deux albums suivront toutefois…

A lire aussi en ROCK'N ROLL par ERWIN :


Elvis PRESLEY
Sun Sessions (1976)
King




Ricky NELSON
Songs By Ricky (1959)
Toujours le plus beau


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Eddie Cochran (chant et guitares)


1. C’mon Everybody
2. Three Steps To Heaven
3. Cut Across Shorty
4. Jeannie Jeannie Jeannie
5. Pocketful Of Hearts
6. Hallelujah I Love Her So
7. Don’t Ever Let Me Go
8. Summertimes Blues
9. Teresa
10. Somethin Else
11. Pretty Girl
12. Teenage Heaven
13. Bool Weevil Song
14. I Remember



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod