Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Ventures , Dick Dale , Duane Eddy, Link Wray And His Ray Men

SHADOWS - The Shadows (1961)
Par ERWIN le 27 Décembre 2014          Consultée 1694 fois

Allez, un peu de silence au fond de la classe, on s'attaque au monstre de la scène britannique du début des sixties : Les SHADOWS ! Ouais du silence il en faut car premièrement : leur disco est incompréhensible entre les singles, les supers 45 tours, et les albums, bien difficile de se mettre d'accord sur la couleur du crottin, j'en ai déjà mal à la tête avant de commencer ! D'ailleurs dans ma grande bonté, j'offre un paquet de caramels mous à qui sera capable de me donner la disco dans sa totale exactitude... En plus Hank a changé de portable et j'arrive pas à le joindre le zigoto ! Pas sérieux tout ça, je vais tout de même pas appeler son plus grand fan pour avoir la réponse bordel ? Ouais, ouais, c'est de Mark KNOPFLER que j'cause ! Bah, c'est balôt, Marco est injoignable, il répare la durite de sa Maserati 300S ! Arf on n'est pas entouré, je vous jure ! Bref va falloir se démerder avec les moyens du bord. Voici donc le premier LP des SHADOWS !

Début 61 lorsqu'il sort dans les bacs, les SHADOWS sont déjà le plus grand groupe du monde, "Apache" est déjà connue du monde entier. Mais cet album a le mérite de pousser plus loin les limites, voyez plutôt ! "Shadoogie" qui ouvre le bal, n'est autre qu'une micro variation du standard d'Arthur SMITH, le fameux "Guitar boogie"... Le groupe parfaitement en ordre s'en sort fort bien. Dans les standards qui tiennent de la place, "Nivram" est tout smooth, tout tranquillou, à ne pas déranger ! La version présente de "Sleepwalk" donne à Marvin l'occase de faire admirer son beau toucher, mais elle n'est pas la plus réussie sur le marché, on préférera ainsi celle du matou Brian SETZER ou la méconnaissable mais phénoménale version du patron Chet ATKINS.

Il y a donc du rock à tous les étages : "Gonzales", moins connu que les précédents, sonne assez VENTURES, donc plus méchant que d'ordinaire pour les rosbifs. "Big boy" est un rock rapide sans surprise et sympa, qui vous plongera dans une ambiance western et vous donnera envie de gueuler "YI-HA !". "My resistance is low" sonne pas mal, mais ne cassera pas de briques dans les charts.... Il faut dire que les singles des SHADOWS viennent peu des albums, pppfff ! Enfin, le "Find me a golden street" est fort mélodique et sonne super rétro dans le bon sens du terme, de la pop alors que le "Theme from a filleted place" n'aura guère de postérité. Mais tous ces titres sont bien agréables.

Sur "Stand up and say that",vous aurez la chance et l'avantage de découvrir en lieu et place de la stratocaster rouge de Hank un... Piano ! Mais voui, c'est juste pour montrer que nos garçons sont de multi instrumentistes géniaux, le titre est excellent, je vous le conseille vivement ! Et du coup, en causant de manieurs d'instruments, les SHADOWS vont se signaler pour héberger les meilleurs batteurs de l'époque, le premier est donc Tony Meehan, qui a ici droit à son solo, un "See you in my drums" de fort belle tenue. Le solo de batterie chez les anglais, c'est une tradition, et voici le premier !

Et comme il faut de tout pour faire un monde, nous avons aussi plusieurs chansons ici : Hank chante sur le doowop "Baby my heart", Jet sur le slow "All my sorrows" qui nous rappelle le KINGSTON TRIO, puis Bruce sur le slow supra kitsch - le seul de l'opus ! - "That's my desire"... Pas de quoi en pondre des flans de bonheur !

Au final, c'est tout de même moins définitif que dans mon souvenir, mais l'ensemble a une fort belle gueule! La versatilité des musiciens est aussi évidente que leur talent. En cela, ce premier album ne laisse pas de place au doute. En attendant les fab four, voici le plus grand groupe de rock du monde !

A lire aussi en ROCK'N ROLL par ERWIN :


Elvis PRESLEY
Elvis Presley (1956)
An 1 , chapitre 1 de l'histoire du rock

(+ 1 kro-express)



Elvis PRESLEY
Fool (1973)
Toujours le meilleur


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Hank Marvin (guitare - chant sur 4)
- Bruce Welch (guitare - chant sur 11)
- Jet Harris (basse - chant sur 6)
- Tony Meehan (batterie)


1. Shadoogie
2. Blue Star
3. Nivram
4. Baby My Heart
5. See You In My Drums
6. All My Sorrows
7. Stand Up And Say That
8. Gonzales
9. Find Me A Golden Street
10. Theme From A Filleted Place
11. That's My Desire
12. My Resistance Is Low
13. Sleepwalk
14. Big Boy



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod