Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CONTEMPORAINE  |  B.O FILM

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


1980 Inferno
 

- Membre : Emerson, Lake & Palmer

Keith EMERSON - Inferno (1980)
Par STREETCLEANER le 13 Février 2010          Consultée 1970 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Le film Inferno n'est rien d'autre que le second volet (après un premier film Suspiria, en 1977) de la trilogie des mères maudites, la fameuse trilogie chère à son réalisateur Italien, Dario Argento. Si Dario Argento avait fait appel au groupe GOBLIN pour le premier volet (avec quelle réussite !), il désira changer de direction pour le second. Il fait donc appel à Keith EMERSON, pianiste et membre du célèbre groupe de rock progressif EMERSON, LAKE AND PALMER. Le but affiché par Argento reposait sur sa volonté d'explorer des ambiances plus délicates. Il demanda également à EMERSON d'inclure dans sa musique une petite partie du Nabucco de VERDI, plus précisément le choeur des hébreux (acte 3 scène 2), que l'on peut retrouver judicieusement retravaillée sur le titre "Taxi Ride (Rome)".

Il est difficile de succéder à l'oeuvre magistralement composée de GOBLIN pour le film Suspiria. Inutile de dire que les critiques ont littéralement assassiné Keith EMERSON en comparant d'une manière très défavorable la BOF d'Inferno à celle de Suspiria. Tout d'abord, parlons rapidement du film. Si Suspiria portait en lui l'excellence de la démesure, que cette démesure soit visuelle, scénaristique et musicale, Inferno tombe dans la facilité et surtout le grand-guignol. Là où Suspiria était excessif tout en conservant une certaine crédibilité - et s'assumait tel quel - Inferno porte en lui un suspens poussif et ennuyeux. Même les moments censés être forts (les meurtres) sont chiants. C'est dire ! Et ne parlons pas de la scène finale. A mille lieues du face à face de Suspiria, la révélation finale d'Inferno verse dans un ridicule et un risible pitoyables. Là où la folie de Suspiria était purement jouissive, le scénario et le manque de rythme d'Inferno ne peuvent que laisser place à une amère déception.

Revenons à la musique du film. Comme je le disais précédemment, la qualité du film ne jouait pas en faveur de Keith EMERSON. Mais, de plus, l'orientation musicale n'était pas forcément la plus facile. La musique d'EMERSON, au demeurant assez mal coordonnée avec le scénario et ses moments supposés intenses, utilise quasiment un seul instrument : le piano. Lequel est parfois soutenu par un orchestre conduit par Godfrey Salmon (sur le thème principal et le final notamment). Une orchestration donc assez minimaliste qui donne un sentiment de trop peu par rapport à la BOF de Suspiria. Pourtant le piano, même utilisé seul, est un instrument qui possède largement, à mon sens, de quoi développer une palette de sentiments et d'atmosphères extrêmement différents (et forts). Le problème est donc plus à rechercher du côté des compositions qui ne sont dans l'ensemble pas assez intenses et qui sonnent quand même assez classiques et datées.

Argento voulait de la délicatesse. Il en aura. Car EMERSON compose une jolie mélodie au piano pour développer le thème principal de l'oeuvre "Inferno (main titles theme)". On retrouvera ensuite ce piano qui réussit à développer des atmosphères étranges, légèrement inquiétantes et iréelles sur "Rose's Descent Into The Cellar", toujours soutenu a minima par l'orchestre. Une très belle composition calme, avec quelques moments intenses et inquiétants toujours brefs, à l'instar de "Rose Leaves The Apartement" où le piano délivre des motifs et des riffs annonciateurs de danger sur fond de nappes de violons. Des instants effectivement délicats qui ne connaissent que quelques sursauts plus dramatiques mais toujours assez classiques au demeurant (on est loin de la démence de Suspiria).

Les morceaux "A Cat Attic Attack" ou "Kazanian's Tarantella" utiliseront également ce procédé mais le piano se fait plus rapide, EMERSON frappe parfois violemment ses touches, les instruments à vent poussent des cris stridents, on sent le danger qui se rapproche à grand pas, EMERSON jouant tantôt sur les aigus, tantôt sur les graves. Quelques moments sont toutefois plus rock progressif (le plus rapide "Taxi Ride" avec l'intervention d'une batterie et d'une guitare ou "Cigarettes, Ices"). Mais s'il y a des morceaux plus marquants ce sont bien "Mater Tenebrarum" avec ses choeurs qui accompagnent une espèce de musique aux ambiances infernales, décalées et grand-guignolesques, et "Inferno Finale". Ce dernier morceau est un concentré d'éléments précédents, qui reprend un piano inquiétant qui fait monter la tension en compagnie de l'orchestre avant que tout n'explose sur fond de revélation grandiloquente et théâtrale. Purement grandiose mais il est dommage de constater que la production du disque en montre les limites.

Finalement, si on prend cette BOF en tant que telle, elle est loin d'être mauvaise. Enfin, loin d'être aussi mauvaise qu'on a bien voulu le dire. Certes, elle n'est pas indispensable, mais Keith EMERSON n'a fait que remplir l'objectif assigné, à savoir délivrer des ambiances plus délicates que celles de Suspiria. De ce fait, étant sans doute limité par son contrat, il n'a pu fournir toute la pleine mesure de son talent. Cette BOF s'écoute quand même honorablement. Assez courte, elle n'est pas ennuyeuse mais elle sonne datée et souffre atrocement de la comparaison avec celle de Suspiria à cause de son manque de folie et d'intensité. A réserver principalement aux fans de Dario Argento ou de Keith EMERSON.

Note réelle : 2.5/5.

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par STREETCLEANER :


M. O'DONNELL/M. SALVATORI
Halo Original Soundtrack (2002)
Une référence parmi les OST




M. O'DONNELL/M. SALVATORI
Halo: Reach (2010)
Dernier épisode, oriental, épique et tribal


Marquez et partagez





 
   STREETCLEANER

 
  N/A



- Keith Emerson (composition, piano)
- Salmon Godfrey (direction d'orchestre)


1. Inferno (main Titles Theme)
2. Rose's Descent Into The Cellar
3. Taxi Ride (rome)
4. The Library
5. Sarah In The Library Vaults
6. Bookbinder's Delight
7. Rose Leaves The Apartement
8. Rose Gets It
9. Elisa's Story
10. A Cat Attic Attack
11. Kazanian's Tarantella
12. Mark's Discovery
13. Mater Tenebrarum
14. Inferno Finale
15. Cigarettes, Ices, Etc ...
16. Inferno (outtakes Suite)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod