Recherche avancée       Liste groupes



      
GUITARE  |  DVD

L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Membre : Chet Atkins & Tommy Emmanuel

Tommy EMMANUEL - Live At Sheldon Concert Hall (2000)
Par ERWIN le 29 Mars 2010          Consultée 1984 fois

Guitaristes de tous poils unissez-vous, c’est le moment. Amateurs de guitare au sens le plus large du terme, stoppez ici toute activité. Amoureux de la musique, prenez donc deux minutes qui pourraient bien changer votre vie. Car votre humble chroniqueur est sur le point de vous présenter un illustre inconnu : le « pape » de la guitare acoustique: Mr Tommy EMMANUEL. Certains d’entre vous en auront peut-être déjà entendu parler, et les plus veinards se souviendront de sa prestation lors de la cérémonie d’ouverture des JO de Sydney, guitare électrique en bandoulière (stade oblige), accompagné de son frangin Phil pour la plus grande gloire de l’Australie, terre des kangourous, d"Elle McPherson, d’AC/DC, des aborigènes… Et donc patrie de celui qui est peut-être le plus grand guitariste au monde… Eh non ! Ce n’est pas Angus Young !

Tommy EMMANUEL a aujourd'hui 55 ans, guitariste prodige dés son cinquième anniversaire, qui le voit déjà professionnel à un age où la plupart des enfants savent à peine tenir une figurine de Spiderman… Une carrière qui le conduira à la reconnaissance de ses pairs, et notamment celle de Chet Atkins avec lequel il fera un album (The Day the Guitar Ruled the World) et qui lui décernera le titre fort envié de « Certified guitar player », le « CGP » que l’on peut lire sur un des frets de sa guitare.

Sa discographie est déjà bien longue lorsque parait ce Live in Sheldon, mais ce DVD est sans aucun doute la meilleure manière de débuter l’écoute du maître qu’est aujourd’hui Tommy. La première chose qui vous frappera lorsque vous regarderez l’australien en concert, c’est qu’il est tout seul sur scène, son matos est réduit à sa plus simple expression : deux guitares le plus souvent usées jusqu’au trognon, car vous allez voir qu’elles ne servent pas qu’à faire de la guitare… Mais ne croyez pas pour autant qu’il les utilise à des fins peu recommandables, tel n’est pas le cas. Un titounet ampli vient compléter ce dispositif minimaliste qui n’impressionnera nullement les fans de décibels. Ah j’oubliais, ajoutez à cela un humour décapant, une autodérision rare dans la profession, et un physique avantageux. Bref, tout pour plaire !

Mais passons maintenant à la musique : parmi les classiques du génial Mr Emmanuel, « Luttrell » débute la ronde. D’emblée et malgré la complexité du morceau, le contact passe avec un public ravi de voir autant de recul et de divertissement face à un guitariste virtuose.
En outre, malgré une technicité décapante, il n’est pas là pour œuvrer dans l’autosatisfaction ni même dans le démonstratif. « Classical gas » ravira ensuite les amateurs de classiques jazzy.
Le charmant medley hommage aux Beatles « Daytripper/ A taste of honeyLady Madonna » suivi peu après par le classique « Michelle » prouve à quel point l’homme chérit des formes musicales simples d’aspect et est capable de briller quelque soit le contenu. C’est encore plus flagrant sur la reprise du classique d’Arthur Smith « Guitar Boogie », ou dans un numéro d’équilibriste superbe, Tommy invite le public à le suivre dans la création du morceau. Sur « Windy and warm » il se fait Bluesy. Tous les genres sont abordés avec la même réussite.

Assis sur un tabouret au début de chaque morceau il n’est pas rare qu’il se déchaîne debout, déclenchant vivats et hourras tout en improvisant des techniques infernales de complexité.
Les supers classiques s’enchaînent : « Blue Moon » est superbe, « Borsalino » est sautillante, « Amazing grace » vous arrachera des larmes, et vous fera maudire ces maudites briques qui vous servent de main lorsque vous essayerez de reproduire la performance; « Mona lisa » vous transportera d’aise et un sourire béat illuminera votre visage à son écoute.
Mais ses compositions ne sont pas en reste loin s’en faut, la subtile « Mombasa » porte en elle un charmant parfum d’Afrique. « Ive always thought of you », écrit pour sa petite fille, officie dans une veine Jazz fusion proche des compositions de Steve Morse; dans le même état d’esprit, « The hunt » lui permet de délivrer des rythmiques impressionnantes.
Tommy chantera aussi pour vous « Waltzing Mathilda » classique de la culture Aussie, avec beaucoup de charme et de déférence.

Et quand il ne joue pas, Tommy narre avec beaucoup d’humour des pans de sa vie d’artiste, sa première guitare, ses rencontres avec Merle Travis, Chet Atkins ou Les Paul. Déroutante de spontanéïté, la « guitar lesson » vous fera mourir de rire !

Tommy, a l’instar de son maître Chet Atkins, est un maître du fingerpicking, mais il est tout aussi efficace médiator en main. Il est de plus un maître des percussions. Il parvient en effet à tirer de sa guitare des sons inimaginables (on parle ici de guitare folk), et durant quelques morceaux, dont l’invraisemblable « Initiation », il triture sa guitare ainsi qu’un sorcier aborigène ferait avec des instruments traditionnels, créant une porte à travers les dimensions… Incroyablement tribal et tout à fait unique, il faut le voir pour le croire.
L’état de ses guitares, notamment de sa préférée prénommée « Mouse » qu’il utilise à tort et à travers, est significatif de son caractère. Il n’a cure du look, de l’endroit, de l’argent. Voila un homme qui ne vit que pour la passion la plus intense qu’il communique à son public. Un simple regard à l’assistance prouve à quel point la communion n’est pas un vain mot pendant les concerts de Tommy EMMANUEL.

Le talent à l’état pur, Tommy EMMANUEL peut tout faire, aucun style musical ne lui est étranger, même le speed metal fait partie de ses « favourites ». Rarement un instrumentiste aura réussi à atteindre un tel niveau sans se prendre au sérieux. Il se voit d’ailleurs comme « An entertainer who happens to play the guitar » (un artiste qui joue un peu de guitare)… Mouais, j’aimerais bien moi aussi jouer « un peu » de guitare. Eternel respect. Quel personnage !

Essayez Tommy EMMANUEL, vous deviendrez fan.

A lire aussi en JAZZ par ERWIN :


Bebel GILBERTO
All In One (2009)
Paradisiaque et envoûtant




Melody GARDOT
Currency Of Man (2015)
Mélodies pour Melody


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Tommy Emmanuel ( guitare - chant - percussions)


1. Luttrel
2. Blue Moon
3. Borsalino
4. Mombasa
5. That’s The Spent
6. Ive Always Thought Of You
7. Guitar Boogie
8. Amazing Grace
9. Classical Gas
10. Guitar Lesson
11. Windy And Warm
12. Just An Old Fashion Love Song
13. Day Tripper
14. A Taste Of Honey
15. Lady Madonna
16. Those Who Wait
17. Mona Lisa
18. Initiation
19. Bickie
20. Michelle
21. Dixie Mcguire
22. The Hunt
23. Waltzing Mathilda
24. Salt Water
25. Train To Dusseldorf



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod