Recherche avancée       Liste groupes



      
TRIP HOP/ELECTRO  |  STUDIO

Commentaires (3)
Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Portishead
- Style + Membre : Tricky

MASSIVE ATTACK - Heligoland (2010)
Par SEIJITSU le 26 Avril 2010          Consultée 2409 fois

Une grosse arnaque selon certains, un retour gagnant pour d’autres. Le dernier MASSIVE ATTACK divise les foules et cela n’a rien d’étonnant. Le mythique groupe de Bristol n’a plus donné signe de vie depuis son dernier album paru en 2003.

De toute façon, que faut-il attendre de la troupe de Robert Del Naja (alias « 3D ») de nos jours ? Franchement, après avoir sorti un chef-d’œuvre ultime comme Mezzanine, il sera difficile de tutoyer à nouveau de tels sommets. 100th Window s’était pris une volée de bois vert à sa sortie à cause d’un parti pris jusqu’au-boutiste et on s’est retrouvé bien bête avec un disque monolithique et glacial. Fini les tubes radio à la « Teardrop » et bonjour le disque, aux morceaux interminables, qui a fait peur à votre tante fan de Michel Sardou. Avec l'excellent Mezzanine, il aurait été difficile de mieux conclure sa carrière et la relancer aurait été une grave erreur… Et c’est malheureusement ce qui passe encore aujourd’hui. Del Naja est redevenu pote avec Grant Marshall, Horace ANDY est ressorti du placard et tout ce beau monde réunit encore une fois des invités prestigieux en un claquement de doigt. Seul TRICKY est resté devant la porte du studio, ben oui, faut pas déconner non plus ! Tout va donc bien dans le meilleur des mondes et le successeur de l’opus de 2003 ne devient finalement pas une arlésienne.

Mais est-ce une bonne nouvelle ? MASSIVE ATTACK ayant tellement contribué à l’explosion du genre trip hop, ces précédents travaux ne vont-il pas obscurcir notre jugement sur ce Heligoland ? Ben oui et pas qu’un peu mon neveu. Ce disque, c’est un peu l’album que sort un artiste pour payer ses impôts. Un opus ne ressemblant à aucun moment aux débuts hip hop jazzy fumeux, ni à la dark wave dub du mythique disque de 1998. Mais les éléments mis bout à bout par du scotch de grande marque, ne sont que des gros emprunts à leurs précédents disques. Les arrangements, aussi chiadés soient-ils, sont de beaux copier-coller des deux précédents albums. Quant à cette production chirurgicale impeccable ? Protection sort de ce corps ! Cette impression de déjà-vu apparaît au fil des écoutes, et elle risque d’agacer beaucoup de monde. Pire : on pourrait croire que la bande s’auto-caricature. La pire chose qui puisse arriver à un collectif.

Malgré ces reproches, Heligoland n’est pas un ratage, bien au contraire. L’inspiration et la surprise sont là mais elles ne se montrent que rarement. A croire que le groupe ne voulait surtout pas choquer son public pour être sûr d’être de nouveau accepté, comme à l’époque où il était au sommet des charts : notamment une coloration pop (le disque est d’ailleurs plus mélancolique que sombre), qui fait de cet album le disque le plus accessible de la fanfare de Bristol. Mais aussi de très bonnes prestations d’invités à fond dans leur jeu comme la fabuleuse voix de Martina TOPLEY-BIRD sur « Psyche »; Et que dire de Horace ANDY ? Ce dernier est tout simplement magistral et n’a pas perdu son chant poignant avec les années. Il ne faut pas oublier aussi une avancée sur le terrain de l’abstraction électronique sur « Splitting the Atom » et surtout « Flat of the Blade ». Un morceau proche du AUTECHRE de ces dernières années.

A vrai dire, malgré mes appréhensions qui me laissaient entrevoir une chute terrible pour MASSIVE ATTACK, je m’aperçois que le résultat est sympathique. On y découvre un album que l’on écoute facilement et régulièrement. Bien sûr, il est loin d’être parfait à cause d’une absence totale de cohérence entre les morceaux. Si bien, que l’on a régulièrement l’impression d’avoir affaire à un best of plutôt qu’à un véritable album. Certaines pièces se révèlent aussi anecdotiques ou terriblement fades. Comme ce « Paradise Circus », dont le groupe a fait le choix, étrange, d’en faire un single, alors que ses sonorités enfantines à la APHEX TWIN ou Hope SANDOVAL guère convaincantes en font un titre que l’on oublie vite.

Mais vient malheureusement l’heure de la conclusion, de la note et là je suis embêté. Cet aspect pop ne va-t-il pas se révéler à double tranchant avec le temps ? Si l’orientation est réussie, que va devenir le groupe qui, sans trébucher, stagne et pourrait à tout moment chuter dans une musique qui perd son caractère sombre et séduit les oreilles les plus faciles... pour le dieu Dollar ? Espérons qu’il s’agisse d’un disque testament, à moins d’un revirement artistique audacieux qui leur permettra de se remettre sur les sentiers de l’excellence.

Donc je me répète, Heligoland est une bonne sortie, mais à force de ne pas surveiller la concurrence, on se fait voler sa couronne. Ceux qui ont écouté un certain Third sorti en 2008 comprendront ce que je veux dire…

A lire aussi en TRIP-HOP :


ARCHIVE
Restriction (2015)
ARCHIVE est devenu un vrai groupe de rock !




EKOVA
Space Lullabies & Other Fantasmagore (2000)
World-électro printanière et riche


Marquez et partagez





 
   SEIJITSU

 
  N/A



- Robert '3d' Del Naja (arrangement électronique, chant)
- Grant 'daddy G' Marshall (arrangement électronique, chant)
- Tunde Adebimpe (invité, chant)
- Horace Andy (invité, chant)
- Martina Topley-bird (invitée, chant)
- Guy Garvey (invité, chant)
- Hope Sandoval (invitée, chant)
- Damon Albarn (invité, chant)


1. Pray For Rain
2. Babel
3. Splitting The Atom
4. Girl I Love You
5. Psyche
6. Flat Of The Blade
7. Paradise Circus
8. Rush Minute
9. Saturday Come Slow
10. Atlas Air



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod