Recherche avancée       Liste groupes



      
TRIP-HOP  |  E.P

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style : Portishead
- Style + Membre : Tricky

MASSIVE ATTACK - Eutopia (2020)
Par K-ZEN le 4 Septembre 2020          Consultée 528 fois

Voilà-t-y pas que MASSIVE ATTACK nous refait le coup du EP surprise. Ritual Spirit avait déjà déboulé comme un chien dans un jeu de quilles en 2016, près de 6 ans après leur dernier album studio Heligoland. Une bonne surprise d’ailleurs sur le moment, l’effet nostalgie avait peut-être fait son effet. Un single avait directement suivi, The Spoils/Come Near Me, plus quelconque. Depuis, plus aucune nouvelle. Si ce n’est via la réédition de Mezzanine ou des concerts.

Le groupe était ainsi passé en 2018, un 19 Juillet, en tant que tête d’affiche au Nice Jazz Festival par un beau crépuscule d’été. Finalement une anomalie dans cette saison qui s’était avérée complètement pourrie, climatiquement parlant ; la soirée avec Gregory PORTER avait été ainsi annulée en raison d’un gros orage.
En première partie, on retrouvait les YOUNG FATHERS, un trio écossais de hip hop industriel un peu dérangé pour ouvrir les hostilités, ceux-là même qui irradiaient "Voodoo In My Bloo", le meilleur titre de Ritual Spirit. Un hip hop nébuleux et dévastateur, abrasif avec un son très sale. Tout cela a culminé sur l’énorme "Wow" que je cherchai sur YouTube dès le lendemain, un album dont je vous parlerai peut-être très bientôt. On retrouvait ensuite le bluesman Gary CLARK JR avant de terminer par MASSIVE ATTACK donc.

Aujourd'hui encore, je ne sais pas si j’ai préféré la prestation de MASSIVE à celle des YOUNG FATHERS. Ce qui est d’ores-et-déjà certain, c’est que le climax de la soirée a été l’instant où les Ecossais sont revenus pour dynamiter "Voodoo In My Blood". Pour le reste, l’impression a été étrange, douce-amère. La tracklist du groupe de Bristol ne fut pas à mon goût, je retins une version heavy de "Angel" ainsi que l’étrange fermeture "Splitting The Atom", un de mes titres préférés de Heligoland. L’aspect politisé fut aussi un peu trop écrasant, avec un écran surmontant la scène affichant de nombreuses phrases polémiques attribuées à Donald Trump ou Nigel Farage, ou des titres d’articles de Nice Matin dont certains étaient faux. Comme une critique de l’hyper-information et de l’homme du XXIème siècle, en permanence connecté. Ou un test pour voir si le spectateur va être complètement happé par les mots plutôt que par les sons. La question des migrants fut également abordée via "Unfinished Sympathy" qui affichait la phrase "Nous sommes tous dans le même bateau" et un hommage vibrant aux victimes de l’attentat de Nice fut fait via une liste de noms sur un fond noir, le groupe devait d’ailleurs initialement passer 2 ans plus tôt mais cela avait été annulé et on comprend aisément pourquoi.

Eutopia, le nouvel EP de Massive Attack est finalement dans la continuité et pousse cet aspect politique un cran plus loin. Le terme, signifiant "lieu du bon", n’a pas été choisi par hasard, empruntant son nom à la fameuse île du livre de Thomas More publié en 1516 dont des extraits sont affichés à la fin des clips des chansons. On peut également y voir comme un jeu de mots entre l’Europe et cette fameuse utopie.

Mais cette fois, la position est encore plus inconfortable. Les trois titres de l’EP présentent des spoken words sur des sujets d’actualité comme l’écologie et les inégalités globales, des discours tenus par des économistes ou conférenciers et qui recouvrent ainsi entièrement la musique, au détriment des nuances. Le premier titre avec les Américains ALGIERS, traite du réchauffement climatique sur une musique curieuse, syncopée, plutôt intéressante. Plus angoissant et sombre, le second titre avec le poète Saul WILLIAMS, sous forme de petite leçon d’économie, de taxes impayées et de paradis fiscaux, s’avère être le plus intéressant musicalement parlant, mais c’est également le plus court. Les YOUNG FATHERS sont à nouveau conviés sur le dernier titre, concernant le revenu universel, mais cela ne fonctionne pas cette fois-ci. Je veux bien que le message politique soit important, mais le problème c’est qu’il se fait clairement au préjudice de la musique dans ce cas précis. Tout cela manque de subtilité et laisse un arrière-goût plutôt âcre en bouche, comme si on avait mâchonné du charbon pur. Comme le dit très justement une chronique sur Rate Your Music, les MASSIVE ont complètement « oublié les chansons ». Et je ne crains que le potentiel de réécoutabilité de ce petit quart d’heure ne soit très faible voire nul.

Eutopia, c’est un peu dans l’air du temps. C’est frais, c’est conceptuel, c’est engagé. Ça plaira sans doute à certains magazines spécialisés, aux militants anti-brexit et à Greta Thunberg. Moi le concept et son contenant me laissent vaguement froid, hermétique, perplexe. Limite agacé devant tant de potentiel gâché, que ce soit volontaire ou pas.

A lire aussi en TRIP-HOP :


Emilie SIMON
Emilie Simon (2003)
Emilie, ton univers formidable...

(+ 1 kro-express)



PORTISHEAD
Portishead (1997)
En noir et blanc, cigarette à la main.


Marquez et partagez





 
   K-ZEN

 
  N/A



- Robert Del Naja (composition et production)
- Euan Dickinson (composition et production)
- Joe Goddard (production)
- Mark Donne (production et direction artistique)
- Guy Standing, Christiana Figueres, Gabri (spoken words)
- Young Fathers, Algiers, Saul Williams (featuring)


1. Climate Emergency (feat. Algiers Et Christiana Fig
2. Tax Havens (feat. Saul Williams Et Gabriel Zucman)
3. Universal Basic Income (feat. Young Fathers Et Guy



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod