Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO-POP PSYCHéDéLIQUE  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : The Flaming Lips , The Beach Boys , Empire Of The Sun
 

 Who Is Mgmt? (181)

MGMT - Congratulations (2010)
Par STREETCLEANER le 5 Mai 2010          Consultée 2219 fois

Groupe formé dans les premières années de la décennie 2000, MGMT (ex The MANAGEMENT) est un groupe américain de Brooklyn (New York) composé de Ben Goldwasser et de Andrew VanWyngarden. Leur premier album en tant que MGMT, Oracular Spectacular, était sorti en 2007 et avait été plutôt bien reçu par la critique (et tout le monde je suis sûr a déjà entendu le single "Kids", qui a donné lieu à un litige avec l'UMP pour cause d'utilisation sans droits). Signé sur le label Columbia Records en 2006, le groupe de New York partagera le même producteur (Dave Fridmann) que le combo de pop/rock psychédélique de l'Oklahoma, The Flaming Lips. Si je parle des Flaming Lips, c'est notamment parce que MGMT présente quelques similitudes avec ce premier, qu'il jouera dans des festivals aux côtés de ce groupe (notamment), et également parce que ce Congratulations lui aussi baigne dans des atmopshères psychédéliques et s'imprègne ou s'inspire aussi fortement de certaines ambiances et sonorités des années 60 ou 70, et enfin parce qu'ils avaient collaboré sur un titre "Worm Mountain" du dernier album (Embryonic) de leurs compatriotes américains.

Le nouveau disque de MGMT est, pour sa part, différent du premier Oracular Spectacular et risque d'entraîner des réactions de rejet de la part des premiers fans. Mais aussi d'en attirer d'autres. Voulu comme un album sans singles, le groupe a choisi une voie qui se veut être représentative d'une certaine intégrité : le disque doit s'écouter dans son intégralité, et le groupe aurait d'ailleurs agencé son track-listing dans ce but, afin que l'album soit écouté dans un ordre bien précis, sans favoriser un titre au détriment d'un autre, en plaçant l'auditeur dans une configuration à même de le faire profiter de la cohérence sonore et thématique de l'oeuvre. Il faut noter que le morceau "Siberian Breaks" est d'ailleurs anti-commercial au possible à cause de sa durée.

Des ambiances 60's à la Beatles (ces géniaux propagateurs de pop) et compagnie il y en aura à foison ici. Il n'y a que cela d'ailleurs, et chacun s'essayera à retrouver les passages "inspired by...". Tout d'abord, dès le premier titre "It's Working", on discernera les passages à plusieurs voix qu'on pouvait entendre chez les Beach Boys, entre autres, et ce surf-pop/rock des Beach Boys est une référence assez prégnante ("Flash Delirium") dans cet album. Même la pochette flashy est parlante : le programme c'est la mer, les vagues, et le surf (il faut dire qu'ils ont aussi composé en partie l'album dans le décor ensoleillé de Malibu au cours de l'été 2009), le tout coloré de psychédélisme. Ces allusions au surf-pop/rock donneront un petit côté ensoleillé et chaud à cette musique.

Synthés vintage sur l'endiablé "Song for Dan Treacy" mâtiné de LSD, et à la basse funky, des choeurs, des choeurs et encore des choeurs, des sonorités et une manière de composer leur pop très 60's ("Someone's Missing"), les voix ou choeurs pleins de reverb ("I Found a Whistle", "Someone's Missing" ou "Siberian Breaks") etc... tout ceci nous ramène près de 40/50 ans en arrière. Les synthés seront souvent utilisés, à tel point qu'on pourrait parler d'un album de synthpop 60's. On notera également un petit côté hippie dispersé à certains endroits de l'album.

De manière générale, cet album est très pop avec ses choeurs "Flash Delirium", ses arrangements variés et plutôt soignés, sa volonté mélodieuse et son bon lot de mélodies flatteuses ("Siberian Breaks"), son côté easy listening assumé etc... Signe qui ne trompe pas, le combo compose des hommages directs à des grands du pop/rock, comme Dean Treacy (Television Personalities) ou Brian Eno (Roxy Music). Sur le morceau "Brian Eno" on peut entendre le groupe nous dire non sans humour “We’re always one step behind him, he’s Brian Eno”. Le morceau de plus de douze minutes, "Siberian Breaks", ressemble quant à lui à une sorte de medley des années 60/70 (les transitions des différents passages ne sont pas ce qu'il y a de mieux...). Et il y a de superbes harmonies gorgées de soleil, ou plus froides et mélancoliques, avec des choeurs blindés d'effets, dans cet assemblage, dans le collage de cette grande fresque de douze minutes. On pourrait voir des prémices de rock progressif dans ces compositions. Ce ne serait pas anormal si l'on se réfère à Pet Sounds des Beach Boys ou Sgt Pepper's... des Beatles. Mais MGMT fait de la pop, assemble et colle des passages pop, ne fait rien d'autre fondamentalement que de la pop.

Ce qu'on reprochera à Congratulations c'est évidemment le fait qu'à force de pomper trop visiblement dans une période ou chez certains artistes, on en vienne à se demander si le groupe est vraiment doté de bons compositeurs (entendre par là des compositeurs originaux) ou s'il n'est pas un peu trop plagieur. Entre hommages, déclarations d'amour d'un côté, et emprunts plus ou moins fins de l'autre, la frontière est ténue. Et puis cette compilation d'idées ou de trouvailles (de retrouvailles devrait-on dire) disparates laisse parfois un peu dubitatif, comme sur "It's Working". Sur "Flash Delirium" on côtoiera aussi le pop-rock/doo-wop des Beach Boys avec les choeurs inclus, des flûtes d'un "I'm Waiting for the Day" par exemple (toujours The Beach Boys, album Pet Sounds), avec un aspect plus moderne d'electro-dance... Même le matériel d'enregistrement semble d'époque. En d'autres termes, la sensation d'avoir affaire à des bricoleurs, à des compilateurs, à des récupérateurs, est naturellement présente. Sur "Siberian Breaks" à la guitare acoustique (ça sent les Beatles bien sûr, les Beach Boys, et aussi ELO etc...), ou "Flash Delirium", ou le break du plus arty "Brian Eno" c'est patent à l'extrême.

Mais pour les amoureux des 60's ou tout simplement de pop, les senteurs d'autrefois peuvent faire illusion. Bon, ça donne évidemment dans le déjà-entendu. A prendre donc comme un sympathique flash back et medley de près de trois-quart d'heure, sans véritable mauvais titre (même si on se demande quel est l'intérêt de "Lady Dada's Nightmare" au clin d'oeil évident). Et finalement on se surprend à entonner les choeurs. En vérité je dois vous le dire, c'est un moment vraiment sympathique.

Note réelle : 3.5/5.

Titres préférés : "Song for Dan Treacy", "I Found A Whistle", "Siberian Breaks".

A lire aussi en POP par STREETCLEANER :


OTHER LIVES
Rituals (2015)
Un des albums de l'année 2015




DEPECHE MODE
Ultra (1997)
Electro-pop envoûtante mâtinée de trip-hop.

(+ 3 kros-express)

Marquez et partagez





 
   STREETCLEANER

 
   MOONDREAMER

 
   (2 chroniques)



- Andrew Vanwyngarden (chant, guitares, claviers, batterie)
- Ben Goldwasser (chant, synthés, claviers, batterie)
- Autres Musiciens :
- Matthew Asti (basse)
- James Richardson (guitares, voix)
- Will Berman (voix, batterie)
- Jennifer Herrema (chant et voix)


1. It's Working
2. Song For Dan Treacy
3. Someone's Missing
4. Flash Delirium
5. I Found A Whistle
6. Siberian Breaks
7. Brian Eno
8. Lady Dada's Nightmare
9. Congratulations



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod